samedi 1 juillet 2017

Merci à Audrey PULVAR pour ce joli texte publié dans le journal LE MONDE « Consentir à la sobriété mondiale », joli texte qui pourra rejoindre la compil en quatorze volumes de jolis textes publiés au sujet de la crise écologique depuis plus de quarante ans. Il faudrait d'ailleurs peut-être réfléchir à une version imprimée sur du papier toilette afin d'élargir les publics de telles proses et rendre concret ce qu'en ont fait depuis toutes ces années les uns et les autres, et surtout ceux et celles qui décident...


Bref, nous espérons que la Fondation pour la nature et l'homme (et sans doute la femme et les enfants) réalise des opérations concrètes d'éducation et de sensibilisation dans les écoles, induit la création de jardins potagers dès qu'il y a du terrain de libre, propage les bonnes pratiques, organise des séminaires de pratiques et de formation potagère auprès des leaders et des managers, etc, blabla, et comprend bien que la sobriété s'applique aussi aux langages dès lors que les uns et les autres, et surtout les pauvres, sont et ont été, en ce début de XXIe siècle, gavés et repus par le lyrisme de séduction publicitaire des marchands.


Quel est le plan d'attaque contre les modèles publicitaires ? Quel est le point de vue de la Fondation pour la nature et l'homme (et sans doute la femme et les enfants) sur les conditionnements et les techniques intrusifs publicitaires ? N'y a t'il pas un risque toxique élévé atteint de nos jours qui pourrait expliquer les pétages de plomb ici et là d'individus qui, dans des pays où le port d'arme est libre, peuvent s'avérer fort dangereux ?
Quel est le plan d'attaque de la Fondation pour la nature et l'homme (et sans doute la femme et les enfants) contre l'intrusion des mafias dans la gestion des déchets ici et là un peu partout dans le monde ?
Ne faudrait-il pas créer des brigades internationales d'intervention pour la nature où des jeunes, occidentaux ou non, qui s'emmerdent, tournent en rond physiquement et/ou dans leur têtes sans trouver leur place, où ces jeunes pourraient s'engager dans une noble cause et partir aller nettoyer les océans et les décharges et autres missions d'urgence environnementale (plutôt que d'aller chez DAESCH and co ) ?

Pour aller plus loin :
Où en est la réflexion sur la baisse carbonée des émissions de télévision ? Peut-on imaginer voir bientôt les présentateurs télé et leurs invités et publics montrer l'exemple en pédalant afin de produire leur propre électricité tout en se montrant sans maquillage et habillés sobrement voire quasi nus ?
Le glamour peut-il être écologique ou devons-nous passer à des sociétés post glamour ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire