samedi 25 février 2017

Ne manquez pas notre prochain forum : « Post-vérité et post-mensonge sont dans un post bateau et cherche le chemin de la poste à moins que du poste (de radio) »


POECHIE :


Sur les murs de la honte,
Classe moyenne, j'écris ton nom,
Sur les mesquins et les coquins,
Classe moyenne, j'écris ton nom,
Sur les compétitions et les promotions,
Classe moyenne, j'écris ton nom,
Sur les médailles et les distinctions,
Classe moyenne, j'écris ton nom,
Sur les aspirations et les représentations,
Classe moyenne, j'écris ton nom ;
Puis je case mon stylo et m'enivre de mots,
puis je cours dans la lande pour oublier cette langue .
Pète un coup, classe moyenne !
Tu te découvriras populaire !

mardi 21 février 2017

Forum « çà, blabla et chat sont dans une communication »


  • Ce qui m'étonne toujours ce sont les mecs et les meufs qui expliquent sérieusement que les hommes et les femmes politiques ne savent plus parler aux classes populaires, ne savent plus les séduire, blabla.
  • Et qu'est-ce qui te choque ?
  • Ben, que le problème est avant tout qu'ils ne savent plus ce qu'ils vivent et que par conséquent ils ne comprennent pas leurs problèmes ! Pour ce que j'en ai compris, les classes populaires attendent des politiques qu'ils les aident face aux pouvoirs économiques qui ont tendance à les broyer et à trop les exploiter. Ce sont les classes moyennes (qui n'existent pas) qui veulent être séduites, qu'on s'occupe d'elles, machin, truc. Les classes populaires veulent justes vivre leurs vies du mieux qu'ils peuvent et ils attendent des politiques qu'ils les aident à cela.
  • Séduction, piège à cons !
  • Moi, je me suis rendu compte que lorsque j'entends « classe moyenne » je pense à la belle famille de la meuf dans « Belle du seigneur » et que par conséquent, j'ai un gros biais dans ce que je peux penser au sujet des classes moyennes.
  • Ceci dit, cela ne me semble pas totalement incongru comme point de référence pour parler de la classe moyenne...
  • J'ai entendu un extrait d'un discours que Barack OBAMA aurait prononcé dans la période où il était encore président des Etats-Unis et Donald TRUMP déjà élu, blabla, bref, Barack OBAMA parlait grosso modo des fake news qui se propageraient par les réseaux sociaux virtuels, blabla, puis il a dit ce truc énorme que lorsque nous regardons l'écran produit des réseaux sociaux cela ressemble à l'écran de télévision, mais ce n'est pas la même chose, qu'il faut savoir faire la différence, blabla. Genre « si la télé dit la vérité, les réseaux sociaux ne le font pas, méfiez-vous ! »
  • HAHAHAHAHA la bonne blague ! La réalité sociale est construite et la télévision participe à la construire. La télévision distille malheureusement peu de vérités scientifiques, beaucoup de vérités historiques ou factuelles et, comme tout le monde et les uns et les autres, racontent des histoires ! Le discours sur les fake news est une construction, il est possible de raconter cela tout autrement !
  • Moi, je trouve que les journalistes doivent se concentrer sur leurs fondamentaux, qui, quoi, quand, comment, où, à partir de quand, depuis où, d'où viennent ces données, comment ont-elles été collectées, qu'est-ce qu'elles sont censées représentées, y a t'il d'autres données qui contredirait ou affinerait cette représentation, etc.. parce que dès que l'on passe à des réflexions sur des concepts genre  "fake news", on glisse tout de suite dans le « design intellectuel » comme disent nos non-amis les créationnistes et donc on patauge dans la grosse connerie !
  • De toutes les façons, ce concept des « fausses informations »n'est pas très nouveau, je ne voudrais pas rappeler pour la nième fois l'affaire des bobards journalistiques de la première guerre mondiale sous la présidence POINCARé ou des théories de GOEBBELS sur la propagande pour les masses lors de la IIe guerre mondiale...
  • ...sans oublier tous les bobards de la guerre froide ...
  • Et tous les bobards de la guerre économique mondiale après la chute du mur !
  • J'ai entendu une émission à la radio qui disait parler des rapports entre communication, médias et politique. Ce qui m'a étonnée, ce que les mecs et les meufs parlent vachement sérieusement de communication, alors que bon, c'est quand même d'abord une tradition d'escrocs et de charlatans. la communication !
  • Un peu comme les arts !
  • Je croyais que c'était surtout une compétence des commerciaux ...
  • ...Ou une pratique propre aux animaux. Lorsque j'ai fait mes études à l'institut d'Etudes Politiques de Lyon, la section « Politique et communication » que j'ai suivi était surnommée « Peinture et céramique » et nous étions censés être les branleurs de la promotion !
  • Je crois que lorsque t'as un contexte idéologique qui est encore fort, structuré et structurant pour les sociétés, la communication reste ce qu'elle est de toutes les façons, un moyen. Dès lors qu'il n'y a plus que rien, alors les uns et les autres qui veulent toujours passer pour au-dessus ou plus machin s'intéressent alors à des discours formels ou techniques...
  • Là, certains mecs ou meufs en parlent presque comme d'une science. Avec cette capacité à dire des trucs totalement arbitraires et indémontrables comme s'il s'agissait de vérités intangible telles le théorème de THALès !
  • Ben, ce sont les « sciences de la communication » : le mot et la filière universitaire existaient déjà dans les années 80 ! Moi, j'ai quand même eu comme prof une plus ou moins pointure de l'époque en la matière, monsieur LAMIZET, mais la communication et la transmission orale n'était pas son point fort. Le type avait du se perdre en route à un moment donné  et il cherchait sans cesse son chemin pour sortir du labyrinthe de ses pensées !
  • Si l'université académise la science des escrocs, alors … où va t'on ?
  • Ben, t'as bien des cours de trading dans les facs : en matière d'escroqueries, il n'y a pas de monopole pour la seule communication dans l'organisation sociale mondiale contemporaine.
  • J'ai un souvenir d'avoir entendu un enregistrement d'une conférence de Jacques LACAN où avec sa voix de prédicateur de western italien doublée en français, d'une conférence où Jacques LACAN dit avec sa voix si particulière quelque chose comme « L'inconscient, çà communique ! » et alors qu'il jouit de l'écho de ses dires dans le silence religieux de l'écoute du public, t'entends le rire de petites nénettes et LACAN leur dit « si vous en êtes déjà là ! »
  • Excellent !
  • Je ne comprends pas.
  • Ben, tout cela ne sont que des âneries ! Mais pour accéder au rire (et au plaisir), il faut parfois traverser tout un océan de conneries !
  • Je ne suis pas sûr d'être d'accord avec ton interprétation.
  • Dans tous les cas, ce que je voulais dire est que la communication est au service de quelque chose ou de quelqu'un. Les jésuites te l'expliqueraient mieux que moi c'est-à-dire qu'ils te le feraient comprendre par toi-même. Or de nos jours, les réseaux de communication sont surtout saturés de propagande publicitaire, nous nageons jour et nuit dans un océan de réclames conforme au dogme de la consommation de marchandises et personne n'en parle vraiment pas même à ma connaissance les chaînes d'information du service public dont ce devrait être un des objets ! Non, bien au contraire, ils veulent, selon leurs propres termes, avoir aussi « accès à la manne » de l'argent de la publicité ! Or « la manne » si j'en crois le dictionnaire c'est « la nourriture miraculeuse envoyée aux Hébreux dans le désert » (Exode, XVI, 15) !
  • Ben, dis donc, tu parles d'une « manne » ! Si les Hébreux avaient reçu le même degré de poison et d'intoxication mentale dans leur bouffe miraculeuse que celui que nous injectent sans arrêt les pubs ... Hitler aurait du se trouver d' autres bouc émissaires.
  • L'autre jour, j'ai lu un article affreux dans peut-être le supplément magazine justement publicitaire week-end du journal LE MONDE blabla, bref t'avais tout un exposé sur la production des films d'animation en France : des mecs et des meufs professionnels qui gagnent leur thune en faisant des dessins d'animation nous expliquaient sagement que, bon, si il n'y avait pas de pubs, il n'y aurait pas d'argent dans leur secteur et que, par conséquent, la pub, même sur les chaînes pour gamins, est un mal nécessaire et que bon, si les parents étaient à côté de leurs enfants quand ils regardent la télé alors les parents pourraient déminer les mines antipersonnels que leur envoient la pub etc... Au secours !
  • Tout à fait le genre de discours qui me ferait adhérer au projet de rééducation par le travail agricole de certains urbains, mais bon, comme chacun sait, c'est un projet idéologique qui a connu quelques excès...
  • Je trouve cela affreux. C'est super important que les mômes fassent leur apprentissage du monde par eux-mêmes, si tu dois avoir sans cesse les parents dans leurs sillages pour leur expliquer que, là, tu vois ce truc, c'est de la grosse merdre gluante qui va te rendre malade, mais cela a été mis là pour que des personnes puissent gagner leur vie en faisant des dessins et donc, c'est pour cela que moi, ton parent, je dois te coller aux basques dans ton chemin de vie pour t'empêcher de tomber dans ces pièges grossiers mais dont la pose permet à des gens délicats et si merveilleux de gagner leurs vies en faisant des dessins animés, etc, blabla, et tu vois les fils et les filles de pauvres qui n'ont pas la chance d'avoir un parent dédié à coller au Q de leurs gamins se font intoxiquer gravement, mais dans le même temps, l'humanité aura été enrichie par des dessins animés, etc.. N'importe quel môme qui aurait la tête sur les épaules et le langage dans sa bouche se demanderait dans quel monde de tarés il vient d’atterrir et il aurait raison !
  • Dans les années 80, on parlait de la pub.
  • Non, on nous parlait de la « création publicitaire », on nous faisait aimer la pub !
  • Ouais, et en matière de fausses informations, les experts sont quand même les publicitaires !
  • Bingo !
  • TRUMP en sait quelque chose, puisqu'il est lui-même une marque !
  • De toutes les façons, tout ce blabla autour de TRUMP et de ses bobards, c'est encore un signe des complexes de la classe médiatique française. En matière de fake et de n'importe quoi, nous avons (eu) quand même en France Nadine MORANO, Ségolène ROYAL pour ne pas dire Nicolas SARKOZY et François HOLLANDE !
  • T'oublies MELENCHON et LE PEN.
  • HAHAHAHA !

samedi 18 février 2017

Entr'acte (suite)

  • Ohé, vous m'entendez ?
  • A peu près. Tant bien que mal.
  • Vous aviez raison, je m'étais gourrée, là où je suis, je vois un deuxième tour MACRON/HAMON pour le second tour de la présidentielle française en 2017 !
  • Ah, bon ?
  • Ouais, il a du se passer quelque chose parce que personne n'est surpris de cette affiche !
  • Bon, alors tu restes encore un peu où tu es, histoire de vérifier que tu n'es pas dans les plis et replis du sommeil d'un comateux.
  • Ben, de toutes les façons, l'avenir c'est plein de plis, il y en a plusieurs possibles.
  • Bon, ben, reste encore un peu, histoire de voir si là où tu es, cela tient.
  • Vous êtes chien !
  • Oui, c'est cela, et toi, tu es chat !
  • Mais elle est où ?
  • T'occupes pas de cela. Tu voulais dire quelque chose.
  • Non, je voulais chanter quelque chose.
  • Ben, va'z'y dès que tu es prêt.

Forum « La forme c'est le fond qui remonte à la surface ».



  • J'ai lu que Benoît HAMON fait une campagne de proximité, il va sur des lieux de travail et discute avec les gens de leurs conditions de travail, de vie, etc.. J'ai trouvé cela totalement génial, l'antidote au discours purement séductif du BOURGET de François HOLLANDE qui s'était révélé un poison lent pourrissant tout son quinquennat, tel un cadavre de langage qui refuse de disparaître discrètement avec l'eau du bain.
  • Ouais, de toutes les façons, la campagne electorale qui enchaîne les meetings avec des mecs et des meufs sur des estrades qui disent à une foule chauffée ce qu'ils doivent penser, c'est non seulement insupportable mais c'est une forme de droite politique.
  • Tout à fait d'accord. Benoit HAMON fait une campagne qui a une forme de gauche. Je trouve cela génial, bien sûr je peux me tromper mais vu de chez moi, que le candidat de la gauche politique ne soit pas obsédé par le journal télévisé de vingt heures, les petites phrases et les punchlines donnent de l'espoir aux gens de gauche qui n'en pouvaient plus de voir les uns et les autres avec leur plume invisible dans le Q se vautrer sur les plateaux de télé et enchainer les lapalissades ou les polémiques convenues dans les interviews radio.
  • Donc Benoit HAMON, pour ce que nous en avons compris, n'a pas axé sa campagne sur une mise en scène de lui-même avec travail prémâché pour la presse, mais il essaierait, pour ce que nous en comprenons de là où nous sommes, à intéresser les uns et les autres dont lui-même aux uns et aux autres ainsi qu'à eux-mêmes, il n'est pas dans une logique de médias qui parle aux masses mais dans un déroulé de tissu social, une logique de réseaux sociaux physiques. Je trouve cela intéressant et surtout suant la gauche politique à grosses gouttes.
  • En tout cas, même si c'est un charlatan, il est bon.
  • Et ce serait parce qu'il n'est pas spectaculaire que certains trouvent qu'il n'acquiert pas une carrure présidentielle ?
  • Ouais, mais ce discours c'est n'importe quoi !
  • C'est celui de la gauche caviar soit les gens de droite qui se croient de gauche, ils veulent du spectacle, de la hiérarchie sociale et de la bonne conscience pour eux-mêmes ….
  • Justement, pour ce que j'en comprends, Benoît HAMON sort de la politique spectacle, il ne couche pas avec des actrices qui vont lui donner des conseils pour « incarner » un rôle. Il ne cherche pas à apparaître aux yeux des uns et des autres dans l'oeil des caméras tel un berger ou un guide de la nation. Il renoue avec le rôle de l'homme politique qui se préoccupe depuis le plancher des vaches des aspects politiques au ras du sol de la vie des uns et des autres qui forment et constituent les pays de la France, je trouve que c'est très très XXIe siècle !
  • Enfin, la gauche politique est passée au XXIe siècle !
  • 17 ans de retard, ouais, çà va, quand on sait que la droite française vient à peine de passer à la modernité politique affirmée au XVIIIe siècle !
  • Et encore, j'ai encore entendu FILLON François, candidat au pouvoir exécutif critiquer le pouvoir judiciaire au travers du parquet financier qui selon un fonctionnement sain de la démocratie française fait juste le boulot qu'il a à faire ! Le mec FILLON n'a toujours pas compris l'esprit des lois du sieur MONTESQUIEU !
  • C'est vrai que 240 ans de retard dans l'histoire des idées, çà plombe un peu une organisation, même politique !

vendredi 17 février 2017


à la recherche du sentiment de la peinture par manuelle-yerly

COMMENT LE DROIT INTERNATIONAL QUALIFIE LES PERSONNES QUI TIRENT à balles réelles SUR DES FOULES PACIFIQUES QUI MANIFESTENT LEUR Volonté de vivre dans un pays démocratique ? COMMENT MONSIEUR BACHAR AL ASSAD QUALIFIERAIT LES DIRIGEANTS QUI COMMANDERAIENT DE TELLES ATTITUDES à leur POLICE ET ARMéE ?


Hommage à Ibrahim Qashoush par manuelle-yerly

Forum « sexy, sexisme et saucisses sont dans un vibro ».


  • J'ai regardé l'autre jour un truc à la télé (Complément d'enquête présenté par Nicolas POINCARÉ, deux jeudis par mois, France 2 http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-du-jeudi-9-fevrier-2017_2047735.html) et à un moment tu voyais une des avocates de Jacqueline SAUVAGE qui était peut-être dans son bureau, alors la meuf prenait et parlait d'un air grave des violences faites aux femmes, blabla, alors que bon, dans le reportage vachement bien fait, tu pouvais comprendre que ce discours général et consensuelle sur les violences faites aux femmes ne s'appliquait pas vraiment au cas particulier de Jacqueline SAUVAGE, blabla, bref, à l'image tu voyais une meuf avocate nous servir la soupe qui se lit partout sur les violences faites aux femmes et alors derrière elle, t'avais genre des photos d'infographie où se voyait une sorte de statue animée style dieux grecs barbus qui fait de l'oeil et à côté une statue style déesse grecque en plissé qui se fait peut-être plaquer au sol et peloter les seins et qui en roucoule, le tout dans une esthétique d'art contemporain de gare, déco IKEA pour lupanar. Franchement, n'importe quoi ! Soit la meuf ne se rend pas compte, soit elle se croit spirituelle, mais dans les deux cas, t'a pas envie de la connaître !
  • Je ne comprends pas où est le problème.
  • Ce n'est pas un problème dont je parle, je parle d'une question de territoire ou de frontière. Je trouve cela louche qu'une meuf avocate qui disent ouvertement lutter contre les violences faites aux femmes aient une déco de bordel de quartier rouge dans son cabinet.
  • Pour que soit bien faite la différence dans les esprits entre la violence faite aux femmes qui leur fait du bien et celle qui leur fait des bleus et des fractures, c'est cela que tu veux dire ?
  • Oui.
  • Mais est-ce que cette violence est différente ou n'est-ce pas la même violence qui une fois va faire jouir celle-là et faire mal à celle-ci ?
  • Je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas la même violence. Elle ne s'appuie pas sur le même socle. Quand la femme va jouir, elle participe à la violence. Quand la femme souffre, cette violence lui est extérieure et infligée.
  • Est-ce que la nuance n'est pas plutôt la conscience ?
  • Moi, je dirais que dans le cas où la femme reçoit la violence, elle jouit, dans le cas où elle la subit, c'est une ou un autre qu'elle qui en jouit.
  • Ouais, enfin, il y a violence et violence.
  • Vous dîtes n'importe quoi. Je vous rappelle que la chanson « johnny fais-moi mal » a été écrite par un homme, soit Boris VIAN, et qu'elle ne reflète nullement le désir profond des femmes.
  • Tu veux dire que c'est de la propagande, un peu comme la poésie de Louise LABBé écrite en fait par Clément MAROT et ses comparses ?
  • Pourquoi parles-tu du désir des femmes ? N ont-elles pas des désirs ?
  • Ouauis, ce que vous racontez me paraît trop subtil voire bidon . Mais vous ne m'ôterez pas de la tête que la meuf avocate de la Jacqueline SAUVAGE, avec son décor de bordel bas de gamme, est louche. Soit c'est une lesbienne qui veut remplacer les hommes (il y a le même pourcentage de tarés chez les lesbiennes, que chez les homos ou chez les hétéros), Soit c'est une perverse qui cherche la merdre.
  • Tu négliges la possibilité que ce soit juste une conne qui a un goût de chiotte !Il ne faut pas trop se prendre la tête avec des bêtises pareilles !
  • Je trouve qu'il y a un sérieux relâché dans notre expression et j'aimerais que nous veillons les uns et les autres, les autres et les unes à un peu plus de tenue.
  • Madame, vos désirs sont des ordres !
  • Ah, non pas ce gros cliché !
  • Moi, j'ai appris que nous sommes obligés à notre époque de traverser et d'être traversé par les clichés pour accéder à soi, à sa façon.Enfin, presque et pas tout à fait, à peu près
  • Ah, bon ?
(à suivre). 

[Ne pas confondre jacqueline sauvage et Catherine sauvage. https://youtu.be/jyTgTZuLLPs?list=PLjZGUp0BiiKJdvZKypNj5VgsUXVmCvpOT]
 

Jogging d'entretien des réseaux critiques en vue des combats pour les démocraties du XXIe siècle : Lu dans le journal L'opinion daté du mercredi 15 février 2017 :



« La maladie du motoneurone perturbe les canaux de transmission et empêche le cerveau de communiquer normalement avec les muscles ; ces derniers, s'atrophiant, donnent en retour de mauvaises informations au cerveau. Cette maladie dégénérative offre une intéressante métaphore du mal qui ronge la France, selon l'économiste Jean-Paul Betbeze. [..] Bref, le cerveau-l'élite- a parfaitement conscience de ce qu'il faudrait faire mais les muscles -le peuple- ne le suivent plus. Et le cerveau panique en retour. »
HAHAHAHAHA, la bonne blague ! Nous ne savons si la pensée de monsieur BETBEZE est ici caricaturée mais nous voudrions rappeler :
  1. que les conceptions sociales mettant en scène une élite et un peuple relèvent au mieux de la pensée politique monarchique au pire de celle du fascisme et ses dérivés. Depuis la modernité politique affirmée en 1789, soit le XVIIIe siècle, il existe des peuples, des populations, des individus, des chacuns et des chacunes qui vivent tant bien que mal parmi les uns et les autres. Certains maitrisent l'art de l'éloquence, d'autre celui du feu, etc.. Et tout ce beau monde se racontent des histoires. A notre connaissance, seuls les imbéciles ont besoin de raconter des histoires où ils seraient supérieurs aux autres...
  2. pour ce que nous en savons, lorsque le cerveau de l'être humain masculin demande aux muscles de sa bite de se raidir, cela ne fonctionne pas forcément et ce sans même être atteint d'une maladie dégénérative, de la même façon lorsque ce même cerveau demanderait aux muscles de la même bite de ne pas se raidir. Donc, si j'étais de mauvaise foi ou scélérat(e) dans ma démonstration, je pourrais reprendre la métaphore précédente pour montrer à quel point le cerveau -l'élite- est inutile pour diriger les choses importantes soit la recherche et la maitrise du plaisir sexuel. Mais nous ne saurions utiliser de tels arguments fallacieux pour démontrer qu'au XXIe siècle, ce que de nombreux chacuns et chacunes savent de par leurs expériences personnelles et collectives, au sein, parmi, c'est qu'il est très important d'éradiquer des cerveaux cette conception sociale erronée entre une élite et une masse afin que chacun et chacune ait l'ambition de se diriger lui-même dans un monde démocratique où chacun et chacune aspire à gouverner en son propre royaume sans jamais l'imposer aux autres.Tant d'énergies intellectuelles, émotionnelles, nucléaires et fossiles sont dépensées chaque jour pour prouver et faire croire que quelques uns et quelques unes le valent bien et mieux que les autres et ainsi justifier leurs privilèges et leurs passe-droits! Cela n'est plus possible. La planète ne peut plus le supporter. Quiconque a un cerveau, un corps et un langage en ordre de marche et non leurrés par les propagandes publicitaires des populistes de gauche ou haineuses des populistes de droite le sait déjà. Mais ils et elles semblent obligés d'attendre que ceux et celles qui se prennent pour des élites s'en rendent compte. De leur propre chef.

Entr'acte


  • T'es sûre de toi lorsque tu nous dis que tu as commencé à entrevoir le deuxième tour de la présidentielle 2017 avec une affiche HOLLANDE/ SARKOZY ? Tu n'aurais pas vu des échos, des répliques de la présidentielle de 2012 par exemple ?
  • Ben, en 2012, personne ne trouvait que cela était une surprise, non ?
  • C'est-à-dire qu'à une certaine époque, chacun, chacune et leur tout le monde s'attendait plutôt à une candidature de Dominique STRAUSS-KHAN donc le duel SARKOZY contre HOLLANDE avait été une surprise !
  • Bon, Ok, j'ai du mélanger des couches du feuilleté alors, j'y retourne, à plus tard.
  • Mais elle va où ?
  • Ne t'occupe pas, ce ne sont pas tes affaires. Tu voulais dire quelque chose ?
  • Oui, mais j'ai oublié.
  • Cela reviendra.
  • Oui.
    [Silence non gênant].

Special dédidace à Jean-François COPé : une promo chez LIDL promet des pains au chocolat à 0, 29 centimes, boulangers (industriels), encore un effort pour atteindre les prix fixés par COPé !

  [« c'est bizarre,je n'ai pas souvenir avoir encore entendu le nom de COPé pour remplacer FILLON dans le cadre d'un plan de B à Z, je ne comprends pas pourquoi. » »  « c'est à cause de son homonymie avec François COPPéE. » « Ah, d'accord, je comprends mieux maintenant. »]

mercredi 15 février 2017

Forum « it's been an hard day's night and i've been working like a dog »



  • Je suis assez consternée par ces pseudo-réflexions autour de la fin du travail qui ont surgi dans les débats publics dans la foulée de la proposition de revenu universel reprise par Benoît HAMON dans son programme de candidat à la candidature présidentielle pour le parti socialiste français.
  • Cela te travaille ?
  • Justement, c'est exactement là que je voulais en venir. Lorsque les uns et les autres parlent de la fin du travail ou du plein emploi, ils se trompent de sujet, en fait ce dont ils parlent c'est la fin du travail salarié et de l'organisation du travail selon le modèle industriel.
  • Cela fait des années que je le dis et le répète : l'organisation sociale selon laquelle les uns et les autres font huit heures de conneries au bureau puis vont acheter des conneries au supermarché pour ensuite s'avachir à regarder des conneries à la télé, cette organisation sociale est out !
  • Tu caricatures et tu rates l'essentiel. La fin du modèle industriel doit être considérée comme une chance, nous avons aujourd'hui des moyens techniques et technologiques qui nous permettraient de revenir à la mesure de la maison.
  • C'est-à-dire ?
  • Ben, tu sais, la ferme qui produit sa bouffe, son électricité, ses habits, recycle ses déchets, etc.. Voilà, les personnes vont pouvoir être centrées sur eux-mêmes parmi les uns et leurs chacuns, concentrées sur leur bouffe, leur plaisir, leur convivialité, leur énergie, etc...
  • Je ne comprends pas.
  • Je crois que je comprends plus ou moins. Ces derniers temps, je me connecte au service WIFI d'un centre commercial, ils ont aménagé un petit salon avec des fauteuils, c'est cool, et c'est devant l'entrée d'un supermarché culturel. Parfois, je regarde les gens qui sortent, et je me rends compte que je ne comprends plus. Ils vont acheter des bouquins tout faits, des films tout faits, des places de spectacles tout fait. Cela me fait à peu près le même effet que lorsque je vois des personnes empiler les surgelés et les conserves sur le tapis roulant des caisses de supermarché.
  • Tu veux dire que tu n'as plus envie de voir des films ou de lire des livres qui auraient été réalisés ou écrit par des personnes que tu ne connais pas ?
  • Peut-être, je crois que ce n'est pas exactement cela. J'ai un problème avec la consommation culturelle.
  • Ben, de nos jours, la dite culture vire un peu au fétichisme, tous ces discours sur les aaarts et les aaartistes, cela devient insupportable et surtout masque les œuvres et leurs possibles effets (secondaires) !
  • Cela me fait penser au PV de la KARDASHIAN suite au vol de ses bijoux qui a été retranscrit dans la presse : la meuf donne pour certains bijoux leurs marques, il faudrait vérifier si ce sont des marques avec lesquelles elle est sous contrat mais cela m'avait fait rire, même dans sa déposition à la police, la meuf continue de penser qu'il est important de mentionner que son collier est un Cartier ou machin-truc etc.. ! L'aliénation totale !
  • Moi, Je croyais que la bouffe toute prête avait libéré la femme ! [et donc que la culture toute prête a poursuivi cette libération!]
  • Peut-être cela a t'il été une parenthèse pour permettre et à l'homme et à la femme de sortir des rôles traditionnellement attribués et ainsi permettre à l'homme si il en a envie de faire de la cuisine et le ménage. [une parenthèse pour permettre à la femme de devenir sujet dans sa sexualité et de se masturber si elle en a envie ]
  • Mais personne n'a envie de faire le ménage !
  • Je me souviens avoir entendu une chanteuse lyrique raconter que pendant les journées où elle va chanter le soir dans des productions d'opéra, elle fait le ménage chez elle afin d'atteindre le vide et de pouvoir chanter tel un cristal !
  • Moi, je crois qu'en fait, personne n'a envie de passer huit heures dans un bureau à brasser toute la journée quasi du vent qui ne le concerne guère...
  • Cela me rappelle le film de Charlie CHAPLIN « les temps modernes », si je me souviens bien, il y a cette critique du modèle industriel qui lamine les individus.
  • Voilà, en fait l'époque est historique car nous avons la chance de pouvoir en sortir
  • Par le haut !
  • J'ai horreur de cette expression !
  • Moi aussi, ce n'est pas le sujet, disons « pour en sortir par le milieu » comme cela tout le monde sera content, cela ne décrit rien du tout.
  • Je dirais qu'il s'agit d'en sortir sans passer par la case chaos.
  • Voilà.
  • De toutes les façons, les individus ont chacune et chacune plutôt intérêt à sortir d'un modèle qui les écrase, cela devrait se faire sans heurts.
  • En théorie, bien sûr, mais dans les faits, certaines personnes se sont construites pour bénéficier du système actuel, d'autres croient en bénéficier, etc..
  • Je ne peux m'empêcher d'éprouver un terrible doute en vous écoutant.

(à suivre).

[voir une vidéo où les beatles chantent comme des pelles "it's been a hard day's night" : www.youtube.com/watch?v=0tcfbgQsYtM ]

mardi 14 février 2017

Bonne fête à tous les amoureux et les amoureuses !


le programme romanesque par manuelle-yerly

Note technique de madame DUPONT et madame DUPOND : concerne les raisonnements foireux de mademoiselle CALMELS

Si je dépense de l'argent public (provenant pour partie du porte-monnaie de monsieur ou madame DUPONT ou DUPOND) c'est que j'en attends un bien pour l'intérêt commun : si je dépense de l'argent dans l'éducation nationale, c'est pour que les uns et les autres soient éduqués (peu ou prou), si je donne de l'argent aux pauvres, c'est pour qu'ils ne volent pas et ne se révoltent pas, si je dépense de l'argent dans la justice ou dans la police, c'est pour que peu ou prou nos sociétés soient vivables, si je dépense de l'argent pour la recherche c'est pour l'accroissement des connaissances devant peu ou prou à terme profiter à tous, si je dépense de l'argent pour payer les députés et leurs assistants c'est pour que peu ou prou ils gèrent et veillent au bien-être (liberté, égalité fraternité), à l'avenir et à la sécurité des uns et des autres, etc... si je paye madame FILLON à ne rien faire avec de l'argent public, je gaspille de l'argent ! (je rappelle que dans certains tribunaux, le papier toilette et à imprimer manque !, si les députés disposent de tant d'argent dans leurs enveloppes de frais qu'ils peuvent payer leurs femmes et leurs enfants à ne rien fiche, alors qu'ils reversent l'argent pour, par exemple, au hasard, dératiser les prisons, non?) C'est le principe de l'impôt que les personnes payées avec de l'argent public doivent avoir sans cesse en tête. D'où vient l'argent public et au nom de quoi cet argent a été récolté ? En 1789, les populations françaises se révoltent contre les privilèges des nobles car ceux-ci abusent.
 [de la même façon, si je prends de l'argent de la Communauté européenne pour faire des trucs qui n'ont rien à voir avec elle ni même contre elle en son sein, il est normal  que je me fasse taper sur les doigts et que je doive rembourser, poil au nez]

lundi 13 février 2017

LU dans LUI : « […] Thomas LEGRAND : OK, mais vous ne pouvez nier qu'il y a une demande de verticalité, d'autorité pour aller vers un destin commun sous la houlette d'un chef mis en place pour cheffer... Alexandre JARDIN : Oui, tout à fait et nous appelons cela, dans nos programmes, les minimums à rétablir. [...] » Euh, çà va, les mecs, vous vous sentez bien ou vous ne vous ne vous rendez pas compte de ce que vous dîtes ? Euh, en ce qui me concerne je n'ai pas du tout de demande de verticalité, ni de chef pour cheffer, mais comme dans toute vie collective, je reconnais par moments le besoin de recourir à un arbitre ou un juge de paix, à une personne plus expérimentée ou aguerrie qui orientera ou décidera et dont les conseils ou décisions seront respectés peu ou prou jusqu'à ce qu'ils s'avèrent à discuter à nouveau etc.. blabla, mais alors la « demande de verticalité » et de « chef pour cheffer », oh la, au secours !


  • Laisse tomber, c'est un truc de mecs, c'est lié aux mécanismes de l'érection du pénis, Il faut être doté d'un pénis pour comprendre cette « demande de verticalité »  !
  • Et alors les femmes demanderaient quoi ?
  • Je ne sais pas du remplissage, des vagues d'humidité, que sais-je encore ?
  • Un saisissement horizontal, non ?
  • Et quand est-ce qu'on arrête de dire des conneries ?
  • Pourquoi serait-ce à nous d'arrêter en premier ?
  • Bon, alors soyons méthodique : lorsqu'un homme est debout et son pénis au repos, son pénis pendouille et est vertical, lorsque cet homme se met à bander alors son pénis devient dur et devient plutôt horizontal...
  • Alors c'est lorsque l'homme est allongé sur le dos que l'érection donne cette impression de verticalité..
  • Ce doit être cela. Mais quel rapport avec ce soit-disant besoin des membres de la société française pour une « verticalité » où des chefs aboieraient des ordres ?
  • Je me souviens que l'ex-mec de BJÖRK dont le nom m'échappe pour l'instant, avait réalisé une trilogie de films intitulée ou sous-intitulée Crew [Matthew BARNEY, fr.wikipedia.org/wiki/Matthew_Barney Cremaster fr.wikipedia.org/wiki/Cremaster_(série_de_films)], soit, si j'ai bien compris, le nom en anglais d'un muscle qui justement permet l'élévation horizontale ou verticale du pénis, bon je n'ai vu que des extraits, ce sont des films expérimentaux, mais je me souviens avoir lu un article où un mec racontait que, après la projection de peut-être les trois films de suite, nombreuses étaient les personnes dans le public qui avaient ressenti une sensation étrange d'avoir assisté à une espèce d'ode profaciste.
  • Les futuristes ont eu le même type de problèmes pendant l'entre-deux guerres si je ne m'abuse. Nous l'oublions souvent parce qu'en France, nous avons eu le pétainisme qui était un truc de vaincus animés par des peu ou prou écrivains, en tout cas des littéraires, fantasmant l'action dans le réel mais le national-socialisme et le fascisme vénéraient le progrès technique et croyaient en la science. Ils avaient aussi et surtout leur idée du Beau, leur canon du Beau unique !
  • La chirurgie esthétique est-elle une application scientifique fasciste ?
  • Vaste question !
  • Faut pas tout mélanger ! Et arrêtez de penser de traviole ! Je continue de poser ma question : qu'est-ce que c'est que cette soit-disant demande de verticalité parmi la société française, verticalité où des chefs aboieraient des ordres tout en cheffant smartement ?
  • Je dirais que c'est une sorte de « pieux mensonge ».
  • Mais pourquoi utiliser un pieu ?
  • Je trouve cela fatiguant d'essayer de discuter avec des obsédés sexuels.