mardi 21 novembre 2017

Forum « peux-tu apporter cette galette de beurre à ta grand-mère, s'il-te-plait ? »

  • JE SUIS SCANDALISée par une partie de propos tenus par une avocate nommée Léa FORESTIER et parus dans le journal LIBé daté du 18 et 19 novembre 2017 !
  • Arrête de lire Libé !
  • Non, l'article est bien. Les deux meufs disent des trucs pas inintéressants. ADJANI démythifie le métier de comédienne en le resituant dans une comédie des désirs pas forcément reluisante, c'est assez salvateur.. L'avocate Léa FORESTIER dit que les femmes sont aussi « partiellement les gardiennes » de la domination masculine qui, pour elle, relève plus de l'idéalisation du pouvoir que de problématique de genre.
  • Depuis mon expérience, j'aurais tendance à dire que des femmes tiennent ce genre de propos quand elles continuent à croire qu'elles peuvent jouer au plus malin avec les mecs et qu'elles les tiennent sous leurs coupes. Ce qui est toujours faux. L'émancipation c'est l'égalité entre LES hommes et LES femmes et non pas le maintien d'une structure de domination qu'elle soit inverse ou partagée à parité.
  • Pourquoi parler d'idéalisation « du » pouvoir et non pas « des » pouvoirs ?
  • C'est ce que je viens de t'expliquer, la meuf ne s'est pas encore convertie à la pensée démocratique..
  • Bon, votre discussion me semble un peu brumeuse voire erronée donc je vais vous citer les propos qui me hérissent car ils relèvent, à mon avis, de la mentalité qu'il s'agit aujourd'hui de combattre soit celle de fermer sa gueule : « Aujourd'hui, quand une femme porte plainte pour agression sexuelle, elle a toutes les chance que sa parole soit classée sans suite. » On sent tout de suite l'avocate qui croit en « la cause ». « C'est la plupart du temps parole contre parole et le doute profite à l'accusé ce qui est une bonne chose. » D'un point vue légaliste et concernant l'ensemble de l'édifice du droit, je ne peux qu'acquiescer ces propos mais qui ne sont pas ceux attendus de la part d'un(e) avocat(e) défendant des femmes violées et cherchant à éradiquer la culture du viol et de l'impunité qui pourrit nos sociétés ! « Mais cela signifie tout de même qu'une fois sur deux, la plainte est vouée à l'échec. » OK, chérie, t'es pragmatique mais avec une telle mentalité, il y aurait encore des esclaves parce que bon, à l'époque, c'était légal, etc.. « Et quand il y a une suite, il y a une marginalisation de fait dans le travail. Je suis en désaccord avec ma consoeur Marie DOSé qui prône un exclusif recours à la loi en cas d'agression sexuelle, car à supposer qu'un tel recours aboutisse, quelle est la valeur d'une condamnation si elle ostracise la personne de son milieu professionnel ? »
  • Euh, c'est débile comme argument, il est possible de contre arguer par « Quel est donc la valeur d'un milieu professionnel qui ostracise une personne qui s'est plainte de s'être fait violée ? »
  • Voilà.
  • Vous oubliez que certaines personnes peuvent utiliser l'argument du viol pour décrédibiliser certaines personnes.
  • Oui, bien sûr, je sais, Hollywood a produit un film sur le sujet dans les années 90, si je ne m'abuse, un film bien nul avec le fils de Kirk DOUGLASS. Ce serait drôle de voir si WEINSTEIN était lié de près ou de loin à la production de ce film... Bon écoutez la suite des propos parce que qu'il s'y trouve le noeud qu'il s'agit, à mon avis, de trancher « J'ai eu une cliente violée par un personnage éminent. J'ai monté le dossier avec elle, mais j'ai dû la prévenir que la vérité médiatique allait être une déferlante qui annihilerait toute vérité judicaire en lien avec son intimité. » Bon la meuf avocate est pro, pas de problème, le terme de « vérité médiatique » mériterait deux heures de discussion et nous lui préférerons le concept de « construction médiatique » etc, blabla mais voici le noeud « Et qu'elle allait se retrouver avec le scotch du capitaine HADDOCK qui l'empêcherait d'être autre chose que « la violée de mister big ». » Là l'air de rien, nous avons changé de sujet. Nous passons du sujet d'une femme qui a été violée par un homme, ce dont il n'a pas le droit au sujet de l'image d'une femme qui doit réussir sa vie et a besoin pour cela d'exister dans le regard des autres, c'est de l'idéologie ! Nous ne sommes pas des images, nous sommes des êtres humains avec un corps respirant et dansant !
  • Est-ce que c'est l'idéologie de la séduction ?
  • Je ne sais pas.
  • Moi, je dirais que « l'image du corps », c'est un truc qui existe...
  • Est-ce que ce sont les images que voient les esclaves dans la caverne selon PLATON ?
  • Je ne sais pas. De toutes les façons, le raisonnement est pervers, la femme qui s'est fait violée par machin s'est faite violée par machin donc mieux vaut que tout le monde le sache plutôt que cela reste le petit secret partagé entre le violeur et la violée.
  • Et partagée avec l'avocate ! écoutez la suite « Elle a décidé de ne pas poursuivre. Les autres femmes violées par cet homme étaient comme elle, sous une forme d'emprise, il y a une relation de confiance, puis un viol... » Mais ma chérie, si il y a plusieurs femmes violées par le même homme alors ce devrait être plus facile de le faire tomber, non ?
  • On dirait que la meuf avocate veut d'abord que les femmes n'aient pas confiance en les hommes.
  • En cela, elle n'aurait pas tort. Les êtres humains sont sexués et par conséquent faut pas oublier que cette dimension existe.
  • Enfin, quand t'es au boulot, t'es bien obligée à un moment donné de faire confiance à ceux avec qui tu bosses sinon c'est impossible.
  • C'est pourquoi, c'est important que tu connaisses bien ton boulot, comme cela tu sais lorsque les mecs ou les meufs commencent à changer de terrain.
  • Moi, je dirais qu'il y a eu une vulgate managériale qui a fait beaucoup de ravages et qui était une espèce de goulbi boulga fabriqué à partir de la psychanalyse et qui prônait en fait que si tu fermais pas ta gueule ou en avait quelque chose à foutre de ton boulot c'était parce que t'avais un problème de Q !
  • Je ne sais pas. Dans tous les cas, t'as aussi plein de nanas qui racontent aussi des fariboles à leurs(e)s collègues de boulot ! C'est plus une culture qui consiste à prendre l'autre pour un gros con ou une grosse conne voire pour une extension de soi-même qu'une culture du viol, c'est juste un monde médiocre...
  • Est-ce qu'il s'agirait d'une culture de l'abus de pouvoir ?
  • De toutes les façons c'est compliqué, mais je persiste, ces propos sont scandaleux, il est question d'une femme violée par un homme ce qu'il n'a pas le droit de faire quelque soit son niveau de revenu ou son nombre de fans sur facebook, homme qui aurait violé plusieurs femmes et dont aucune ne porte plainte... C'est ridicule ! C'est pervers, juste quelques happys fews savent et en jouissent.
  • Cela me rappelle ces raisonnements débiles de verbeux sur le fait qu'un arbre qui tombe dans une forêt sans que personne ne le sache, n'est pas tombé. Je trouvais cela profondément débile et justifiant toutes les vilenies et les outrages. « ben, tant que personne ne le sait .. » Or c'est faux ! Ne serait-ce qu'avec tout ce bordel des dérèglements climatiques, il est de nos jours facile de comprendre qu'un arbre qui est tombé dans la forêt est tombé !
  • C'est un peu la logique des corrupteurs : « bah, ce n'est pas grave, personne ne saura rien, et vous serez riche »...
  • Avec ta métaphore de l'arbre tombé, veux-tu dire qu'une femme qui a été violé est une femme violée et ne peut pas être autre chose ?
  • Non, je dis une femme qui a été violée est une femme qui a été violée, elle n'est pas la seule, ce n'est pas un sale secret qu'elle ne partagerait qu'avec son violeur et quelques happy few, c'est un fait de son histoire qui s'imbrique dans les autres, le nier c'est s'amputer d'une partie de son histoire, l'exhiber c'est se névroser, mais porter plainte c'est déjà reconnaître que cet homme n'avait pas le droit de le faire.
  • J'admire vos certitudes. Moi, il me semble que ma génération était dans le trou noir, le monde d'avant où les femmes étaient obligées d'être soumises et donc avaient développé des parades étaient déjà out, le monde d'après où les femmes seront l'égales des hommes n'était pas encore là et nous nous étions aux prises avec des contradictions entre des affirmations d'égalité et des transmissions de saloperies ou de stratégies liés à une condition minoritaire, bombardée par des modèles de femmes épanouies imprimée dans des magazines féminins dont certains étaient à l'époque rédigés par des mecs vicelards qui essayaient d'éduquer des grosses salopes, nous étions parfois encadrées par des femmes d'âge moyen qui n'avaient toujours pas jouies et enviaient notre « liberté », etc...
  • Ou encadrées par celles qui avaient déjà trop jouies et voulaient tuer toute potentialité de concurrence …
  • Je dirais que nous croyions à l'égalité et nous ne pensions même pas à vérifier que les autres, hommes ou femmes y croyaient aussi ...
  • Je crois que la vérité est beaucoup plus complexe. Par exemple, pourquoi la mère du petit chaperon rouge envoie t'elle sa fille porter une galette de beurre à sa propre mère alors qu'elle sait que la fillette devra traverser la forêt où se trouve le loup ?
  • Je donne ma langue au chat.
  • (à suivre)

Les questions qui se posent : Pourquoi payer fort chers des dirigeants de sociétés publiques car comme nous l'explique Mathieu GALLET « un dirigeant n'a pas la science infuse » et a besoin de se payer (fort cher) des regards extérieurs, des coachs et des consultants, poil aux dents ? N'y a t'il pas moyen de penser la direction des établissements publiques d'une autre façon ? Pourquoi nommer des personnes jeunes à la direction d'établissement publiques qui avouent elles-mêmes ne pas maitriser les règles de l'argent public et ne penseraient même pas à se les faire expliquer  comme nous l'explique Mathieu GALET lors de son procès pour délit de favoritisme qui y rappelle avoir été nommé à l'âge de 33 ans à la tête de l'I.N.A ? Ah, le pauvre homme !

Forum « tout ce qui ne peut pas être dit, ben, faudra trouver un moyen de le dire... »



  • Je ne trouve pas très sain de mélanger les problèmes des viols de jeunes femmes par Tariq RAMADAN et les problèmes de l'idéologie qu'il véhicule en tant qu'islamologue proche des salafistes.
  • Pourquoi ? C'est un menteur !
  • Heureusement pour nous, tous les menteurs et les menteuses ne violent pas ! Et bon, je ne crois pas que l'angle d' « idéologies mensongères » soient la bonne arme pour lutter contre l'islam radical. Je suis d'accord avec les députés LREM prônant la nécessité d'avoir un discours modéré et apaisant sur ce sujet et je suis d'accord avec le président de la république française Emmanuel MACRON affirmant que le remède est du côté du social et de l'économique contre ces cancers idéologiques.
  • Oui, nous ne sommes plus le lendemain d'un attentat qui a tué plein de personnes, complétement choqués avec le cerveau paralysé...
  • Ouais, je suis assez d'accord, je crois plus aux « petites actions contre les guerres », aux uns et aux autres qui oeuvrent ici ou là localement et pas forcément médiatiquement ou bruyamment, je ne crois pas qu'un discours global et virulent soit la bonne arme.
  • Par « petites actions contres les guerres », tu veux parler par exemple de ceux et celles qui postent des vidéos présentant sur le web un autre visage de l'islam que les prêches salafistes ?
  • Par exemple, mais il existe d'autres modalités, il n'y a pas que le web dans la vie.
  • Dieu merci, si j'ose dire !
  • L'autre jour je me suis demandé s'il existait des tutoriels sur le harcèlement sexuel sur internet, genre pour t'aider à savoir le reconnaître et comment te comporter ?
  • Ben, imbécile, t'as qu'à aller voir par toi-même !
  • T'enerves pas, çà va ! Et c'est quoi cette histoire de guéguerre entre les CHARLIE 2017 et PLENEL
  • Pour ce qui me concerne, VAL et MALKA ce n'est ni ma tasse de thé, ni ma bouillotte et PLENEL, je le respecte mais je le trouve « chiant » et excusez-moi, mais je ne trouve pas d'autre mot pour désigner l'ennui que j'éprouve lorsque PLENEL parle, mais je le respecte, il est pro et je fais des efforts.
  • Les Charlie 2017 lui reprochaient de ne pas faire cas des problèmes d'abus sexuels que perpétraient Tariq RAMADAM dans son traitement médiatique de cette personnalité alors que d'après eux PLENEL savait parfaitement ce qu'il en était.
  • J'ai vaguement entendu parler d'une tentative d'organisation d'un revival du mouvement spontané de 2015 « je suis charlie » et je trouve cela un peu nul... autant à l'époque, les regroupements avaient commencé spontanément dès le 07 janvier 2015 et il avait du sens de dire « je suis charlie », c'était comme une réapparition sur la scène publique des peuples de France qui se réappropriait l'idée d'eux-mêmes rompant ainsi avec près d'une décennie de people en promo en flux continu dans le médias répétant sans cesse que les français sont des beaufs racistes, et depuis il s'est passé plein de choses et pour chacun et pour chacune et collectivement. D'aune certaine manière, cela avait peu à voir avec le journal « Charlie Hebdo » et le 11 janvier 2015, les survivants de la tuerie le reconnaissaient eux-mêmes.
  • Je me souviens que les gens ont commencé à dire "je suis charlie" en réaction aux images qui tournaient en boucle d'un des terroristes avec sa kalchinkoc à la main, criant dans la rue APPERT "j'ai tué CHARLIE" alors les uns et les autres pour que ce crétin n'ait pas le dernier mot se sont mis à dire "je suis charlie" pour lui donner tort.
  • Tu dis qu'il s'est passé plein de choses collectivement pour la société française C'est-à-dire ?
  • En vrac, je dirais, la coupe du monde de hand, l'Euro 2016, les élections régionales et départementales en 2016, les primaires de gauche et de droite, Thomas PESQUET dans l'espace, les attentats de Paris en novembre 2015 et de Nice en juillet 2016, Nuit debout, la COP 21, la campagne présidentielle 2017, l'élection d'Emmanuel MACRON, etc.. La société française a été éprouvée et s'est réveillée...
  • Moi, ce qui me gène est que la phrase « je suis charlie » qui voulait dire quelque chose juste après l'assassinat de membres historiques de CHARLIE Hebdo notamment REISER et CABU, etc.. Autant trois ans après, cela devient un slogan publicitaire et je ne crois pas au slogan publicitaire pour faire avancer la conscience démocratique puisque le langage publicitaire mine l'être humain et ses possibilités afin de le programmer tel un robot ou un chien de PAVLOV...
  • Je me suis souvenue récemment qu'au début des années 2000, il y avait eu une affaire de harcèlement sexuel dans les milieux universitaires qui avait fait la une du journal LE MONDE, période COLOMBANI-PLENEL. C'était une étudiante de Le BRAS qui avait porté plainte pour harcèlement. D'après les récits, le mec la cuisinait en prétextant des histoires d'ordinateur à lui rapporter afin de faire monter la pression dans la cocotte et de se l'ouvrir le moment venu, etc ..
  • Ah, ouais, je m'en souviens, tout à coup, il y avait eu plein de femmes universitaires qui avaient raconté qu'elles étaient toutes passées par là, blabla mais bon bah, c'est pas grave, quand on s'occupe des choses de l'esprit, détester son corps, ce n'est pas très grave …
  • Pourquoi détester son corps ?
  • La meuf croira que c'est à cause de son corps qu'elle se sera « laissé » baisé et piégé par un gros naze qui la dégoute et qui jouera au « maître-chienne » quand çà l'amuse ...
  • Je me rappelle que c'était une chose que je comprenais sourdement lors de cette nuit sans fin de commissariat en commissariat en passant par des médecins, des prises de sang et des hopitaux pour terminer à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture police de paris, endroit sordide que je ne conseille à personne, bref, au fil de la nuit et du lendemain où il m'a été expliqué gentiment que j'allais être enfermée en HP parce que j'étais folle et que mes parents en avaient accepté l'idée, je m'étais dit (entre autres 10 000 choses) que ce qu'ils et elles voulaient, c'était que je déteste mon corps, qu'il aurait fallu que je préfère être avec eux et elles et pas avec lui.
  • Ouais, c'est bizarre ce que tu dis.
  • Non, ce n'est pas bizarre, c'est désuet. Bref, cette affaire de harcèlement sexuel dans les milieux universitaires sort dans la presse au début des années 2000 et nous avions pu découvrir que nombre de femmes universitaires en place avait été harcelées puis avait du passer à la casserole, qu'elles n'en parlaient jamais et que sans doute elles devaient considérer que c'était là le prix à payer pour faire partie du sérail.
  • Cela ressemble un peu au maquereau qui enQle ses prostitués pour marquer sa propriété , le mandarin marque ses intellectuelles qui ne penseront pas contre lui et travailleront pour lui ;
  • C'est ce qu'aurait fait HEIDEGGER à ARENDT ?
  • Je ne connais pas le détail de leurs relations.
  • J'ai envie de dégueuler.
  • Bref, je me souviens que l'affaire était sortie alors que PLENEL était en vacances et COLOMBANI peut-être déjà parti, bref que le mandarin s'était plaint et que PLENEL avait fait la morale aux journalistes qui avaient fait cette une un peu trop vite sans vérifier, je n'ai pas su la fin de l'histoire concernant LE BRAS CASSé et dans ma mémoire, il faudra attendre ensuite l'affaire de DSK au sofitel de New-York pour reparler et débattre publiquement des mœurs et des abus dans la société française.
  • Je me souviens de Jean-François KHAN qui avait qualifié la tentative de DSK de forcer une femme de ménage de l'hôtel SOFITEL de new-york à lui faire une fellation de « détroussage de domestique » ! Le mec jean-françois KHAN avait compris, alors, en un éclair, face au tollé, que son monde n'existait plus : les fils de bonne famille qui se font la main sur les domestiques appartiennent aux pratiques du passé et pas au présent ou à l'avenir des sociétés démocratiques …
  • Oui, je crois que ce mouvement de prise de paroles des femmes qui racontent toutes sortes d'abus dont elles ont été l'objet doit être placé dans une perspective démocratique et qualifié d' « abus de pouvoir » plus que de « violences sexuelles » ou de « violences faites aux femmes », afin de ne pas tomber dans le piège de la « guerre des sexes », de se placer dans la mouvement d'émancipation des uns et des autres parmi les peuples et de préserver la guéguerre du sexe qui nous fait du bien.
  • Bon, on marque une pause dans cette conversation, parce que je voudrais quand même continuer pour ma part à prendre du plaisir à respirer avec qui me plaît et me sied ;
  • oui, bien sûr …

vendredi 17 novembre 2017

Special COP 23 : vues d'en bas (vidéo)

Palme d'or, Ours d'argent et leopard de bronze à Josette FERAL pour sa tribune sur les dérives de l'université française parue dans libération de ce jour

http://www.liberation.fr/debats/2017/11/16/une-huronne-a-paris-ou-les-derives-de-l-universite-francaise_1610560

Forum « juste une mise au point (géopolitique) »



  • J'ai du rater plusieurs épisodes concernant la situation au proche-moyen orient car je ne comprends plus du tout ce qui s'y passe …
  • Ah, ben, moi, je n'y ai jamais rien compris !
  • Qu'est-ce que tu ne comprends pas ?
  • Je croyais que HARIRI était l'ennemi d'ASSAD, que l'Iran était allié avec ASSAD et que par conséquent l'Iran ne pouvait pas soutenir HARIRI car les ennemis de mes amis sont mes ennemis.
  • Bon, alors, d'abord, la géopolitique n'est pas une série télévisée, la diplomatie et ses règles ne relèvent pas des sciences mathématiques, et pour ce que j'en sais c'était le pére ASSAD et le père HARIRI qui se détestaient et l'un a plus ou moins assassiné l'autre, les fils se détestent aussi je crois mais je n'en sais pas plus. Par ailleurs, l'Iran et l'Arabie Saoudite se détestent car ils sont en compétition pour le leadership de la religion musulmane et ils jouent à une grosse partie de go, les autres ne sont que des pions.
  • Et POUTINE, je croyais qu'il était contre les musulmans, pourquoi soutient-il l'IRAN ?
  • Non.. alors, pour ce que j'en sais, POUTINE soutient ASSAD, le lien entre la Syrie et la Russie date de l'époque soviétique et de la guerre froide. Les Iraniens, eux, ont un intérêt géopolitique à soutenir ASSAD contre des combattants proche d'une autre version de l'islam et surtout contre des démocrates laïques de culture musulmane. POUTINE, lui, s'affiche catho orthodoxe tendance traditionnel c'est-à-dire une déviation du discours de Jésus-Christ en un dogme autoritaire où les femmes devraient servir les hommes et les homosexuels homme ou femme n'existeraientnt pas. Ce que, bien sûr, ni Jésus Christ, ni Moïse, pour ce que j'en sais, n'ont dit !
  • Au doigt mouillé, je dirais que Mahommet non plus ne l'a pas dit.
  • Tu veux dire l'ange GABRIEL ?
  • Bref, donc POUTINE se veut catho tendance Général FRANCO mais en orthodoxe, et alors ?
  • Et alors, il est contre les populations dont une majorité est musulmane de certaines régions de l'ex-territoire soviétique qui voudraient leur indépendance et quitter la Russie, genre les tchéchènes, et à cause de la repression étatique russe, certains indépendantistes tchéchènes se sont radicalisés et je ne sais pas s'ils sont plutôt sunnites ou wahabites , enfin c'est ce que j'ai compris...
  • et les marronites, c'est quoi ?
  • Non, les marronites sont des chrétiens.
  • Et pourquoi POUTINE ne veut pas donner leur indépendance aux tchéchènes ?
  • Parce qu'il y a du pétrole sous la terre de Tchéchénie.
  • Mais alors dans une économie sans pétrole, les tchéchènes pourraient être indépendants.
  • Sans doute ... d'ailleurs si ce bordel au moyen proche orient dure depuis si longtemps sans trouver de solutions, l'explication serait plutôt du côté des richesses pétrolières que des combats concermant le leadership spirituel.
  • Moi, je dis que c'est mélangé. C'est un peu comme en Corse ou en Sicile, les mecs et les meufs des différents clans ne savent même plus pourquoi ils se font la guerre mais leurs guerres sont devenues des parts de leurs identité.
  • C'est affreux ce que tu dis !
  • Tu sais dans ton ordinateur, il y a aussi des guerres pour le leadership « spirituel » de la matrice du web.
  • Euh …
  • Ben, il y a déjà les guerres entre les systèmes d'exploitations, les guerres entre les navigateurs, les guerres entre les anti-virus, etc...
  • Euh, la matrice du web, c'est un truc qui existe ? Je croyais que c'était une invention d'Hollywood.
  • Non, c'est du langage.
  • Je suis fatigué. Je voudrais retrouver le cinéma muet.
  • Je te comprends. Moi aussi.


(à suivre).

des informations sérieuses au sujet du feuilleton "Saad HARIRI passe ses vacances en Arabie Saoudite" : http://www.liberation.fr/planete/2017/11/16/saad-hariri-et-ses-arrieres-francais_1610615

jeudi 16 novembre 2017

Spécial COP 23 : I remember " mes amis sur beastbook, special Cop 21" (vidéo)

Bon, ben, y a au moins un mec de gauche politique en France qui a bossé :

http://www.liberation.fr/debats/2017/11/15/du-proletaire-au-citoyen-penser-la-fin-du-communisme_1610313

NE pas confondre jacuzzi et JARUZELSKI

Forum « Who's next ? »




  • T'as entendu cette histoire au sujet de l'ex-président du mouvement des jeunes socialistes qui était un agresseur sexuel multirécidiviste ?
  • Ouais, là, nous sommes dans une série de dominos concernant les prédateurs sexuels, l'année dernière c'était une série sur les abus d'emplois fictifs confiés à des proches, bon, là avec le sexe, c'est un peu plus trash, çà va intéresser plus de publics, les journaux vont bien se vendre.
  • Arrête de dire des bétises, c'est sérieux !
  • Ouais, enfin, nous aurons compris que ce n'est pas en donnant de l'argent à des associations comme « osons le féminisme » que nous pourrons agir envers le droit des femmes à ne pas se faire agresser sexuellement par des mecs qui ont des têtes de psycho !
  • Ouais, c'est vrai ... autant le DSK avait une tête classique de vicelard d'un porno allemand, autant le type machin des MJS a une tête de psycho grave, il aurait pu faire carrière dans le cinéma d'horreur.
  • Il en faisait pour de vrai de l'horreur, et donc le plus horrible était qu'il encourageait les meufs à aller vers l'assoc « osons le féminisme » de la mère Caroline De HAAS si je ne me trompe pas qui défend les droits des femmes ! Hahaha ! L'horreur !
  • Moi, je trouve qu'il ressemble un peu à BOWIE période Ziggy STARDUST …
  • Ben, un dingue, c'est bien, ce que j'ai dit … BOWIE à cette période-là est dingue ...
  • La mère De HAAS devrait surveiller ses fréquentations entre la mère DUFLOT qui gruge, euh pardon, qui contourne l'URSAFF et le père machin qui agresse les jeunes socialistes …
  • Je ne sais pas si la mère De HAAS connaissait ce crétin …
  • Moi non plus et je m'en fous...
  • Si tu veux protéger les femmes des agresseurs, tu dois construire des logements à loyer modéré, tu dois pouvoir leur offrir de travailler et de recevoir une formation à un métier afin d'atteindre l'autonomie économique, etc.. Protéger les droits des femmes, c'est concret, c'est faire en sorte qu'une femme soit un individu dans toute sa complexité qui peut gagner sa vie et faire ses choix et non pas être obligée de jouer à la maman ou la putain ...
  • Ce qui m'a étonné ce sont les récits des meufs et des mecs des MJS, des trucs qui semblent d'un autre âge, genre « il ne fallait pas salir l'organisation » blabla …
  • Je l'ai déjà dit, le PS était devenu une secte !
  • Mais pourquoi ne l'ont-ils pas viré ?
  • Parce qu'à l'époque, ce genre de salauds-là avaient la main … et maintenant, la donne a changé, c'est cela « le nouveau monde » mais faut faire gaffe parce que ces sournois-là avancent masqués en défendant toujours la veuve et l'orphelin avec des trémolos dans la voix …
  • ah bon !
  • N'écoute pas cette paranoïaque !
  • Parano et panneau sont dans un gros bateau … plouf dans l'eau !
  • Bon et alors, c'est qui le prochain qui tombe ?
  • Voyons, nous avons eu des scandales dans le milieu du cinéma, là, c'est la politique, il y a eu une affaire d'un journaliste de tf1 ex-france 2, si j'ai bien suivi, enfin cela ne concernait qu'une seule meuf je crois... donc, euh... je ne sais pas ... un truc chez les travailleurs sociaux, genre des conseillers pôle emploi qui abusent des chômeurs …
  • Ben, c'est le boulot qui leur est demandé de faire, hein, d'abuser les chômeurs …
  • Je parle d'abus sexuel avec atteinte à l'intégrité physique …
  • ah, d'accord … mais c'est quoi exactement la nuance ?
  • Arrête de te faire plus bête que tu ne l'es !
  • Qui vole un œuf vole un bœuf.
  • Qui met de l'insecticide dans l'oeuf, met du cheval dans les lasagnes de bœuf !
  • Et pourquoi pas une femme ? Je suis pour l'égalité... même chez les prédateurs …
  • Un truc que j'apprécie dans le gouvernement, c'est justement ce concept de secrétariat d'état à l'égalité entre les hommes et les femmes. MACRON et PHILIPPE nous ont évité tous les pièges de « la condition féminine », de « la Femme et ses droits », blabla, etc pour replacer le curseur sur la question de l'égalité entre LES hommes et LES femmes. Mais, bon, je ne suis pas sûr que La SCIAPPA ait conscience de la nuance...
  • cratos pour tous !
  • Tous pour demos !

lundi 13 novembre 2017

France Télévisions expérimente des programmes télé spécial EPHAD, premier numéro : Michel DRUCKER reçoit François HOLLANDE.



On se demande comment toute la vanité de monsieur François HOLLANDE n'a pas encore réussi à suggérer (« oh, mais je n'ai rien demandé, moi, tous ces gens viennent à moi, tellement ma personnalité intéresse... ») après les livres d'entretien avec des journalistes, les récits de témoins, les BD,etc... n'a pas encore réussi à suggérer le jeu « François HOLLANDE », sorte de trivial pursuit avec des questions telles « Combien d'orteils a François HOLLANDE? » « Combien de cheveux a François HOLLANDE ? » « Durant son quinquennat, François HOLLANDE a amélioré : 1) sa perception géopolitique du monde, 2) son intelligence économique et ses stratégies 3) sa connaissance du territoire français et de ses habitants 4 ) sa diction et sa prestance physique lors de discours publics ? », etc... Succès garanti dans les EPHAD et les bureaux de douaniers dans les aéroports.

Remarque : Les historiens vont avoir deux fois plus de boulot pour écrire l'histoire du quinquennat, outre les documents administratifs, les articles de presse et les émissions de télé, les mémoires des uns et des autres, etc... faudra en plus déconstruire toute cette production-propagande culte du chef en démocratie d'un genre nouveau … J'espère qu'ils ne seront pas obligés en plus de se taper tous les SMS et les messages twitter …

vendredi 10 novembre 2017

Tata YOYO lit « La rive gauche, du front populaire à la guerre froide » d'Herbert R. LOTTMAN.


Tata YOYO lisait la fin du chapitre « Tout le monde collaborait » :

« […] Telle est la petite histoire des années d'Occupation. Elle est significative, mais seulement dans la mesure où elle prouve que les Allemands pouvaient tenter de justifier ; d'étayer leur politique « européenne » : des Français parmi les plus célèbres de l'époque se prêtaient à leur jeu. Ils disposaient en outre d'amis à l'Académie française. Celle-ci était encore prestigieuse. Juste avant la guerre, elle avait reçu en son sein Charles MAURRAS, tout juste sorti de prison : la justice l'avait inculpé d'incitation à la violence contre les membres du gouvernement de Front populaire. L'académie GONCOURT comptait enfin dans ses rangs, nous l'avons vu, des auteurs qui ne refusaient pas tout contact avec les vainqueurs...
Pourtant, il est difficile de citer un seul nom d'écrivain français de réelle importance qui ait trahi. Les plus ardents collaborateurs mériteront à peine, plus tard, quelque note en bas de page dans les manuels d'histoire littéraire, et la mention de leur nom n'éveille aucun écho dans les générations nouvelles. Le seul auteur dont l’œuvre ait survécu, c'est Louis DESTOUCHES ( Louis-Ferdinand CELINE), l'auteur du « voyage au bout de la nuit » et de « Mort à crédit », deux romans qui continuent d'émouvoir les lecteurs. CÉLINE publia ensuite une série de pamphlets politiques et racistes puis, après la Libération, retourna aux romans autobiographiques. Certains de ces échos pathétiques gardent en nous un intérêt plus intense que les œuvres de ses contemporains plus raisonnables.
Par égard, en quelque sorte, au premier CÉLINE, et sans doute aussi pour des raisons commerciales moins honorables, on tenta par la suite de faire apparaître sous un autre jour le rôle de l'écrivain avant la guerre dans la propagation du racisme, et d'atténuer la portée de son comportement pendant l’Occupation. On peut même se demander si ce n'est pas pour sauver sa réputation posthume, plutôt que pour préserver la sensibilité des lecteurs, que ses œuvres le plus outrageusement antisémites n'ont pas été réimprimées. Qu'il ait été un génie du mal et que sa psychologie n'ait pas été entièrement normale, cela apparaît clairement à l'examen de ses livres et de sa vie : l'explication du phénomène CÉLINE appartient, selon nous, aux psychiatres, et elle nous fait encore défaut. Si CÉLINE a sa place dans ces pages, c'est parce que certains ont voulu voir dans les symptômes de sa paranoïa les grandes lignes d'une politique et comme une prophétie.
Le mythe veut que CÉLINE n'ait pas collaboré ; et, en effet, si avoir collaboré signifie avoir joué un rôle actif dans l'édition, avoir fait des déclarations publiques ou accepté des postes officiels, CÉLINE n'a pas collaboré. Mais l'action que réellement il mena présente un caractère tout aussi extraordinaire : il publia sous l'Occupation, des ouvrages et des articles où il appelait les Français à collaborer encore plus qu'ils ne le faisaient : « travailler ensemble, sans fraude … sous discipline. » Dans le livre en forme de pamphlet intitulé « Les beaux Draps », publié prés d'un an après l'entrée des troupes hitlériennes dans Paris, CÉLINE se plaignait que l'on rencontrât encore des juifs partout. Il réclamait leur extermination, et aussi l'extermination de leurs protecteurs. Sa définition personnelle du juif était plus stricte encore que celle d'HITLER ou de PETAIN : « J'entends par juif, expliquait -il dans une note, tout homme qui compte parmi ses grands-parents un juif, un seul. » Ce livre était apparemment trop virulent pour Vichy, car certains exemplaires furent saisis, ici ou là, en zone Sud, ce dont l'auteur se plaignit.
Une œuvre antérieure de CÉLINE, « Bagatelles pour un massacre », où il dénoncait plus violemment que partout ailleurs les juifs, s'élevait contre leur influence dans la sphère gouvernementale et le domaine des arts, fût rééditée sous l'Occupation, Et son éditeur Robert DENOËL montra le même fanatisme que CÉLINE dans un article qu'il écrit pour une révue publiée ar l'Institut (antisémite) d'étude des questions juives. Se référant à un autre pamphlet d'avant-guerre de CÉLINE qu'il continuait à vendre pendant l'occupation, « l'école des cadavres », DENOËL écrivait : « « L'école des cadavres », c'était l'application à la France de la théorie du juif. Si jamais il y eut un livre prophétique, ce fût bien celui-là. Tout y est dit … C'était le grand cri d'alarme, le « holà » terrible qui aurait dû arrêter tous les Français sur la pente de la guerre. Il ne fût entendu que par les juifs... Et l'on nous mijota à CéLINE et à moi un procès en correctionnelle... » Lucien REBATET se souvint par la suite que, dans ce livre, CÉLINE réclamait une alliance totale entre la France et l'Allemagne hitlérienne, et cela au moment précis où les nazis entraient dans Prague. Même « je suis partout » avait jugé bon de passer le titre sous silence, en cette dangereuse période de l'avant-guerre …
Pendant l'Occupation, l'une des activités favorites de CÉLINE fut d'écrire, souvent sous forme de lettres, pour les hebdomadaires les plus virulents de la collaboration ; il reprochait vigoureusement aux français, dans leurs colonnes, de ne pas faire preuve d'antisémitisme assez violent ; il souhaitait ainsi voir les dénonciations se mulitiplier.
Ernst JÜNGER eut l'occasion de le rencontrer longuement à l'Institut allemand, par un après-midi de décembre 1941. CÉLINE confia à son interlocuteur «  combien il était surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillons pas, nous ne pendions pas, n'exterminions pas les juifs […] stupéfait que quelqu'un disposant d'une baïonnette n'en fasse pas un usage illimité ». Et CéLINE d'ajouter : « Si je portais la baïonnette, je saurais ce que j'ai à faire. » JÜNGER écrit qu'il avait appris là quelque chose (après deux heures de conversation) : « la monstrueuse puissance du nihilisme ».
Céline et ses semblables ne voyaient dans la science qu'un moyen de tuer d'autres gens. (On se demande toutefois s'il était vraiment nécessaire pour un Allemand de traverser le Rhin pour rencontrer ce genre de personne.)
Le 22 juin 1944, moins de deux semaines après le débarquement allié en Normandie, JÜNGER apprit que CéLINE s'était précipité à l'ambassade d'Allemagne ; muni des documents nécessaires, il devait s'enfuir en Allemagne deux mois avant que les Allemands n'évacuent Paris. « Curieux de voir, nota JÜNGER, comme des êtres capables d'exiger de sang froid le tête de millions d'hommes s'inquiètent de leur sale petite vie. Les deux faits doivent être liés. »
Dans un autre violent monologue, cette fois en présence de Jacques BENOIST-MECHIN, au cours d'un dîner donné par ABETZ à l'Ambassade d'Allemagne en février 1944, CéLINE déclara que la défaite des Allemands était inévitable, que Hitler lui-même était mort et remplacé par un sosie – un juif, en vérité, qui travaillait à la victoire des juifs. Un ami de CÉLINE se leva alors de table et entreprit d'imiter les gestes familiers du chancelier, tandis que CéLINE poursuivait ses diatribes. Traitant son éminent invité comme s'il était pris de délire, ABETZ fit reconduire CÉLINE chez lui. »

Tata YOYO riait. Elle reconnaissait dans le « délire » de CéLINE peu ou prou le récit du film « Le dictateur » de Charlie CHAPLIN et se demanda si Céline avait pu en entendre parler ou l'avoir vu.

mercredi 8 novembre 2017

Forum « l'année prochaine, j'aurai cinquante ans ».



  • Qu'est-ce que t'en penses, toi, de fêter les cinquante années des événements de mai 1968 ?
  • Ben, je pense que c'est une bonne idée, mais il ne faut pas que cela soit un truc d'Etat, pompier, patrimoine, etc.. Il s'agirait plus de célébrer un état d'esprit, un vent de liberté qui a soufflé sur Paris et ailleurs où les paroles et les actes se sont déliées.
  • C'est le moment où les filles enlèvent leur soutien-gorge, c'est cela ?
  • C'est, pour ce que j'en sais et en ai compris, la sortie du monde social tel qu'édicté par la bourgeoisie catholique, c'est pour cela qu'il se disait de « jouir sans entraves » en réaction au dogme bourgeois catho qui prônait de « serrer les dents ».
  • Et donc cinquante ans après, ce serait la sortie de quoi ? De la bourgeoisie de cinéma ?
  • Ah, pas mal.. Peut-être.. effectivement, un flux de paroles émanant de personnes abusées sexuellement ou socialement semblent se libérer ces jours-ci et la « bourgeoisie de cinéma » comme tu dis a le vernis qui craque de partout. Ce monde est un monde de merdre.
  • Qu'est-ce que vous pensez de la formule : le dogme de la bourgeoisie de cinéma était de « jouir sans entraves en serrant les dents » ?
  • MACRON devrait réinitialiser le mouvement qui l'a porté à la présidence de la République, c'est cet élan là qui souhaite aussi balayer tous les corsets des mensonges sociaux, je crois plus à des comités en marche autour d'une parole, que d'un parti politique préparant comme les autres les prochaines élections.
  • J'ai entrevu dans Libé qu'un mec comme VALLAUD défend les intérêts des retraités, cela te donne une idée d'où parle le PS !
  • Ben, moi d'où je vous parle, une fois que les touristes et leurs mannes sont partis alors t'as l'impression que la société se remet au service des vieux et des vieilles car ce sont eux et elles qui ont l'argent, c'est horrible t'as l'impression d'être dans un parc de loisirs pour Alzheimers !
  • Au PS, Olivier FAURE me semble un mec plus intéressant. En fait avec le recul, nous nous rendons bien compte que ROCARD dessinait l'avenir d'une possiblité de gouvernement à gauche alors que MITTERRAND était un homme de droite de la IVe République qui idéalisait l'art et les artistes...
  • Ce qui m'avait frappé dans les interviews qu'il avait donné à ELKABBACH était que le mec MITTERRAND avait une revanche sociale à prendre, ses parents étaient des « vinaigriers » de jenesaisplusquellevilledeprovince et la haute bourgeoisie de cette ville de province ne s'intéressait pas à eux, ce qui avait froissé le jeune homme, MITTERRAND voulait faire partie de la haute, il n'était pas animé profondément par une motivation de gauche politique, d'une société où chacun est respecté dans son rôle envers la communauté et libre de faire ce qu'il veut dans le respect des autres, MITTERRAND voulait être en haut de la pyramide, avait un rêve d'ascension sociale, c'est-à-dire qu'il croyait à la hiérarchie sociale, et vouliat être reconnu comme appartenant à la « haute »...
  • D'où cette nouvelle bourgeoisie, « de cinéma » comme dit notre ami, qui est bien pire que l'autre puisque se croyant de gauche …
  • Par exemple, un mec comme WEINSTEIN filait du fric à Hillary CLINTON alors qu'il ressemble plus à TRUMP …
  • TRUMP ne se cache pas alors que WEINSTEIN se camouflait …
  • Les bourgeois cathos avaient la bonne conscience de l'Eglise de l'époque, le pape n'était pas quelqu'un se réclamant de François d'Assise !
  • Je voudrais parler de Jean-Luc NANCY et de la polémique ridicule autour de lui défendant la lecture des textes philosophiques d'HEIDEGGER. Jean-Luc NANCY pour ce que j'en sais est justement d'une génération où enfant il n'y avait pas de films pornos à la télé. Il défend l'idée d'un individu se risquant à la pensée et qui de fait peut déraper, dériver, délirer, etc.. Je suis toujours étonnée par des personnes de ma génération soit justement nées dans les années 60 qui ont des certitudes intellectuelles très fortes telles que « la pensée philosophique d'HEIDEGGER est nazi ». Que HEIDEGGER en tant que corps et être social ait eu sa carte au parti nazi, ait cru en Hitler, était antisémite dans un contexte social antisémite, etc.. c'est une chose, dire que sa philosophie qui pour ce que j'en sais et connaît est une sorte d'exploration presque géographique d'une sorte d' espace mental peut-être collectif est nazie me semble aussi ridicule que ceux qui affirmait que la philosophie de NIETZSCHE l'était. Jean-Luc NANCY rappelle qu'il y a un risque à penser. Nietzsche est mort fou et HEIDEGGEr a cru au nazisme mais qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois …
  • Pour moi, toute activité intellectuelle qui n'est pas tempérée par une activité manuelle est vouée à l'échec...
  • Je sais trop peu de choses sur le sujet. Peut-être la réponse se trouve dans l'ouvrage de CHAPOUTOT sur « penser et vivre comme un nazi » … Je vais dire un truc qui est peut-être complétement erroné mais voilà : pour moi, Jean-Luc NANCY fait partie des dinosaures, il avait un répondant en la personne de LACOUE LABARTHE qui a fait de lui une personne généreuse. Il me semble que Jean-Luc NANCY s'est plus fait utiliser par ceux et celles de ma génération pour faire ceci et cela dans les médias ou l'édition ou pour servir de caution qu'il ne s'en serait servi comme faisaient les anciens mandarins de la pensée. Il est un témoin d'une possibilité d'être dont ceux et celles de ma génération ont tendance à se moquer mais c'est une erreur.
  • Ben, comme tout le monde, Jean-Luc NANCY comme HEIDEGGER a pu se tromper sur des trucs mais tout n'est pas à jeter dans ce qu'il a dit et surtout écrit. A chacun dans son chemin de faire le tri.
  • Oui, mais moi je voulais parler des terroristes de la pensée qui connaitrait LA VERITé, jamais ne semblent douter et font la police ! Et pourquoi ceux et celles-là ne pensent pas plutôt leur époque, n'y a t'il pas un fascisme d'entreprise ? Un management nazi ? Qu'est-ce que c'est que tous ces suicides sur les lieux de travail ? N'y a t'il pas une utilisation des industries culturelles à la GOEBBELS ? Etc..C'est toujours plus facile de savoir qui est qui dans le passé mais dans le présent ...
  • Moi, je me souviens encore des émissions de télé qu'il y avait eu au moment des dix ans des événements de mai 68. Moi-même, j'avais dix ans et ma mère regardait toutes ces émissions avec frénésie. Pour ce dont je me souviens, les émissions parlaient plus d'échec, de suicides, de cause trahie, l'époque était encore politisée à la papa, le marxisme scientifique avait toujours ses adeptes alors que Georges MARCHAIS était encore secrétaire général du PCF et KRAZUKI à la CGT. Ensuite, j'ai étudié à l'école qu'il y avait eu un hiatus pendant les événements entre une jeunesse étudiante qui se révoltait contre un carcan de mœurs et de règles et un milieu ouvrier qui voulait recueillir aussi les fruits de la croissance, j'ai appris la théorie énonçant que mai 68 marquait l’avènement de la société de consommation qui connait son apogée de nos jours. Ensuite j'ai lu les bouquins des frères ROLIN qui racontent une histoire des années 70 où le gauchisme littéraire se dissout dans son contact avec le réel ouvrier.
  • Et donc ?
  • Je me suis perdue en chemin, je ne sais plus ce que je voulais dire...
  • Ah, ben voilà ! fêtons et partons à la recherche de ce qui s'est perdu en chemin depuis cinquante ans, c'est une bonne idée !
  • Comme un tour de France alors ?
  • Peut-être.
  • Je crois que si l'idée est de célébrer l'état d'esprit qui a présidé aux événements de mai 1968 alors il faut partir des lettristes, d'Isidore ISOU, de Maurice LEMAITRE, etc ..
  • Il est sûr que déclamer des poèmes d'Isidore ISOU ne créé pas trop de risques sociaux culturels !
  • Détrompe-toi !
  • Cratos pour tous !
  • Tous pour démos !