mardi 11 juillet 2017

Les mythologiques et l'insémination artificielle.


Notre père nous avait raconté que son frère lui avait raconté avoir surpris plusieurs fois sa belle-mère en pleine contemplation par la fenêtre du taureau saillant des vaches. Comme je ne restais à ne pas comprendre, mon père avait du m'expliquer laborieusement que sans doute cela devait lui faire envie, la belle-mère du frère de mon père étant décrite par certains de mes cousins ( car si le frère de mon père avait épousé la fille, deux de leurs sœurs épousèrent deux de ses frères) la balle-mère du frère de mon père et de deux de leurs sœurs étaient décrites par certains de mes cousins et cousines comme une araignée, du genre qui tente de manger son partenaire cinq plus petit qu'elle après le coït. Et là, par la fenêtre de voir la force du taureau couvrant la vache silencieuse ou qui beugle devait lui révéler une réalité qu'elle ignorait et qu'elle aspirait à connaitre. Bien sûr, de tels propos relève d'un terrible mauvais esprit, soit PAN, mais de nos jours et pour ce que nous en avons compris, la belle-mère du frère de notre père et de deux de leurs sœurs n'aurait même pas loisir de contempler un tel spectacle proposé gratuitement par la nature puisque les vaches se font inséminées artificiellement soit un homme avec son bras ganté s'introduit et y dépose de la paillette de sperme décongelée. Pas de quoi bouleverser l'imaginaire sexuel d'un cul-bénit (d'une Christine BOUTIN). Cela n'est-il pas dommage ? Dommageable ? Je ne voudrais pas parler à la place des vaches en réclamant pour elles le droit à disposer de leur corps et l'accès à la jouissance dans le coït, mais dans les faits, presque. Et je voudrais surtout qu'on resitue l'insémination artificielle des mammifères, dont parmi les êtres humains, comme un projet issu de l'industrie de l'agro-alimentaire.


[en tant qu'adepte du fist fucking, je ne suis pas d'accord avec ton analyse] 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire