lundi 22 mai 2017

Nous avons lu l'article paru dans Libération en date du 19 mai 2017 « le renouveau de la gauche passe par une conception inédite du travail » et pour nous il y a erreur d'aiguillage : « le renouveau de la gauche politique » passe par une réflexion sur la création de richesses dans les sociétés. Quelles sont les richesses ? Comment se produisent les richesses ? D'où viennent les richesses ? Tout le reste n'est que fadaise et sparadrap sur des jambes de bois.



Si MÉLENCHON est un populiste manipulé qui « paternalise » et « infantilise » ceux et celles qui aspireraient à une gauche politique non austère ou brouillonne, il n'est en fait qu'une caricature du Parti Socialiste dont il est isssu. Le Parti Socialiste en est où il en est parce que cela fait des années qu'il est un parti de notables bien pensants qui ne croient pas en l'égalité et qui pourtant se targuent de faire la leçon à tous et chacun sur ce qui est le bien ou le mal depuis leur petit confort matériel et médiatique. Que des personnes qui ont des discours paternalistes vieille france un peu émancipée se présentent comme de gauche (voire de gauche de la gauche) est bien plus toxique électoralement que des mecs ou des meufs de droite ou du centre qui tiennent un langage de droite ou du centre. Il est triste à dire que la période de vaches maigres que va sans doute traverser le Parti Socialiste français ne pourra que les aider à reprendre conscience de pourquoi il existe une pensée de gauche politique en les confrontant peu ou prou aux conditions de production d'une telle pensée politique. 

considérations parallèles : http://www.europe1.fr/politique/ps-il-faut-tout-changer-estime-jerome-guedj-3338300 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire