jeudi 24 novembre 2016

Note technique : est-il nécessaire de scénariser les français ?


Nous avons lu dans le journal Libération (article "En France, les médias promettent de « réduire la distance avec les lecteurs »") :
« Evidemment il faut envoyer des journalistes sur le terrain pour détecter les signaux non chiffrables » abonde FENOGLIO [directeur du journal Le MONDE], qui s'appuiera pendant la campagne sur une « task-force » de six à huit journalistes lancés à la rencontre de « la France de la colère et du rejet ».
Super ! Et si ces six à huit journalistes rencontrent des personnes humaines ayant une carte d'identité française dans leur poche et qui sont de bonne humeur malgré leurs galères , que fera la task-force ? Ils les liquideront parce que çà ne colle pas dans leur pré-scénario de lecture du réel à raconter ?
« C'est ainsi que l'on sent des thématiques très concrètes remonter, comme le temps de transport », argumente le directeur du Monde
Super ! Mais pourquoi qualifier les problèmes quotidiens de transports de certaines personnes vivant sur le territoire français de « thématiques » qui « remontraient ». Elles remontent d'où les « thématiques » ? De l'enfer ? Elles vont vers où ? Des bureaux climatisés ?
« […] Le directeur du [journal Le] monde, évoquant par ailleurs les vertus des articles de making-of qui « réduisent la distance avec les lecteurs » »
Là nous ne comprenons pas de quoi il est parlé. C'est quoi la distance avec les lecteurs ? Celle du texte imprimé à l'oeil du lecteur, ou celle du réel vu par le journaliste et de l'histoire qu'il raconte dans le texte imprimé ?

Par ailleurs, Néanmoins, nonobstant, quoique, blabla, nous ne sommes pas non plus dupes des discours tel que cités dans le même article du journal Libération :
« Nicolas DEMORAND insiste sur un autre aspect de son émission : « près de la moitié du temps de parole est donné aux auditeurs, qui n 'ont pas été castés préalablement. Ils appellent librement le standard téléphonique. »
Super ! Et a posteriori, c'est quoi alors le profil sociologique des personnes qui appellent librement le standard téléphonique d'un média ? Est-il représentatif de la population vivant sur l'ensemble du territoire français et des outre-mer ?

À notre sens, l'ambition holistique est bien plus toxique que quoique ce soit d'autre : «  Eh, mec ! eh, meuf ! T'as vu ? T'es à côté de moi, t'es pas au dessus ! T'as vu ? On marche sur le même sol et on respire le même air pollué, c'est cool, non ? » Bref, L'auteur en hauteur et omniscient a été démasqué dans les arts et la littérature depuis belle lurette mais certaines personnes dans des médias n'ont pas l'air d'être au courant ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire