mardi 22 novembre 2016

Forum « la condition postmoderne ».



  • Un truc qui m'a frappé dans cette campagne de la primaire de la droite et du centre politique français, ce sont d'une part les attaques contre JUPPé qui ne serait pas moderne puisque parlant de Prisunic ou de combiné téléphonique et maintenant FILLON serait attaqué contre sa conception traditionnelle de la famille, bref, ne pas être moderne serait une tare.
  • Ne faut-il pas être résolument moderne ?
  • Oui, Rimbaud ( ou Baudelaire, je ne me souviens plus exactement) pouvait le dire sans risque au XIXe siècle. La modernité commence, je le rappelle, au XVIIIe siècle : la modernité politique avec la revendication démocratique, la modernité intellectuelle avec l'abandon progressive de l'argument divin pour la conception scientifique, la modernité industrielle par l'organisation rationnelle de la production des biens puis des services,
  • Et alors ?
  • Ben, pour ce que j'en sais et en ai appris, l'espoir fondé en la modernité, Les Lumières qui éclairent le monde et l'humanité vers un horizon infini de progrès blabla s'écroule dans les deux guerres mondiales du XXe siècle. La boucherie de la guerre des tranchées, première guerre bénéficiant des progrès techniques en matière d'armement et d'équipement, l'apparition des gueules cassées bénéficiant des progrès de la médecine, etc... apportent un éclairage sombre sur les possibilités du progrès qui finit de s'obscurcir complétement dans les camps de travail et les camps de la mort conçus par les nazis.
  • C'est vrai, souvent est oublié que l'élaboration des camps de la mort s'établit dans l'esprit des nazis non pas dans une ambiance de conspiration occulte mais dans un souci d'organisation rationnelle, industrielle de la suppression d'êtres humains que les nazis considéraient autre qu'eux-mêmes et indignes de vivre : au début, ils ont essayé des camions dans lesquels les personnes étaient gazées, et donc les camions auraient circulé dans l'Europe pour établir leur œuvre de mort. Mais ils ont jugé plus pratique d'établir des camps qui permettaient de mieux organiser les expériences scientifiques, les pillages des biens, etc..
  • T'es sûr de ce que tu dis ?
  • Ce sont des trucs que j'ai lu, il est possible que cela soit faux.
  • Et quel rapport avec la primaire de la droite et du centre politique français en 2016 ?
  • Ben, que nous ne sommes plus, depuis 1945, dans la modernité et ainsi que l'a décrit LYOTARD en 1976 (en fait 1979) nous sommes dans la condition postmoderne. (fr.wikipedia.org/wiki/La_Condition_postmoderne) Faudrait que je relise le bouquin mais je ne sais plus où je l'ai rangé.
  • Qu'est-ce que c'est postmoderne ?
  • Ben, c'est la reconnaissance que nous vivons dans un millefeuille cognitif où coexistent des strates traditionnelles et des strates modernes, des récits édifiants et des récits déstructurants, de l'archaïsme et du high tech, du masculin et du féminin, de l'animal et du végétal, de l'humain et du non-humain, etc.. Enfin, pour ce que j'en ai compris, je ne te parle pas depuis la chaire postmoderne du Collège de France ... (fr.wikipedia.org/wiki/Postmodernisme)
  • Je préfère l'image de la centrifugeuse. Nous avons à boire un jus postmoderne et c'est très difficile de retrouver les différents éléments qui ont été mis dans la centrifugeuse.
  • Et donc ?
  • Donc quand Juppé parle de Prisunic ou de combiné téléphonique, il n'est pas ringard, il est postmoderne.
  • Ouais.. m'enfin ne pas savoir que les Prisunics ont fermé dans sa ville dès les années 2000 c'est ne pas avoir suivi la guerre menée par les magasins discount et low cost et cela c'est ne pas être au courant des conditions de vie des habitants d'une ville dont il est le maire et je m'en fous de savoir si cela est moderne, postmoderne ou archaïque.
  • OK, t'as raison ! Donc l'argument de ne pas être moderne ou d'être traditionnel n'est pas efficient...
  • Je ne sais pas, en tant que femme, je me méfie des discours sur les bienfaits de la tradition parce que la tradition c'est aussi la femme soumise à l'homme, l'excision etc... J'aurais tendance à penser que traditionnel c'est équivalent à mauvais.
  • Ouais, enfin ce n'est pas si simple, certaines traditions d'apprentissage sont positives.
  • Ouais, et en ce qui concerne la condition de la femme, c'est aussi complexe, regarde Simone de Beauvoir, en tant qu'être humain, elle parle de l'émancipation de la femme et en tant qu'être sexuée, elle tombe amoureuse d'un mec et lui écrit des lettres où elle lui promet de lui faire la cuisine et d'être sa chose...
  • Ben, voilà, c'est postmoderne !
  • En danse, pour ce que j'en sais et en ai compris, ce qui a été nommé les postmodernes, c'étaient ceux et celles qui n'avaient plus de revendication d'un corps construit académiquement ou contre académiquement. Grosso modo ce sont ceux et celles réunis à la JUDSON CHURCH dans les années 70 qui arrivent après Merce CUNNIGHAM  qui arrivait après Martha GRAHAM qui arrivait après le ballet classique.
  • C'est vraiment grosso modo.
  • Ouais, enfin, ce qui est important, est qu'ils et elles, enfin disons Steve PAXTON (fr.wikipedia.org/wiki/Steve_Paxton) ou Yvonne RAINER (fr.wikipedia.org/wiki/Yvonne_Rainer) vont principalement s'intéresser au corps quotidien, non pas celui qui performe une danse mais celui qui marche, coure, respire, etc.. pour y trouver là une danse.
  • DUBOC (fr.wikipedia.org/wiki/Odile_Duboc), parallèlement, dans son atelier à Aix, a fait pareil, non ?
  • Et quel rapport avec les primaires de la droite et du centre politique français en 2016 ?
  • Ben, certains ont dit que l'organisation de ces primaires permettaient à la droite de devenir moderne mais le contexte est postmoderne.
  • Je ne sais pas ce que tu veux dire mais il faut comprendre que l'organisation des primaires permet à la droite politique française de sortir de l'archaïsme du culte du chef, à mon sens, mais il faudra vérifier dans le temps
  • La droite politique française devient moderne en 2016 soit (2016-1789) années après l'affirmation de la modernité politique en France ! WOAW !
  • Voilà exactement, cela est postmoderne.
  • Ouais, et pendant ce temps HOLLANDE essaye de convertir la gauche politique française au principe monarchique et de chef naturel ….
  • Je croyais que la postmodernité était l'impossibilité de faire des récits de ce qui se passe.
  • Impossibilité de faire des GRANDS RéCITS, bien linéaires, cohérents et structurés de l'Histoire. Cela n'empêche pas de raconter des histoires.
  • Ouais, mais les traditionnels se leurraient moins que les modernes sur les possibilités et la véracité des récits.
  • D'où l'existence des contes … C'est cela ?
  • J'ai mal à la tête.
  • Tu veux qu'on s'arrête un peu ?
  • Voilà, cela c'est postmoderne : un traditionnel ne s'aventure pas dans une conversation au hasard et explorant et un moderne, lui ne s'arrêtera pas avant d'avoir trouvé une conclusion ou un résultat.
  • Poil au bras.

Pour aller plus loin, un texte d'aout 2009 :
EVOLUTION DES POINTS DE VUE [nous nous sommes amusées à faire de la classification].

Point de vue social :

Traditionnel : l’ordre social est le résultat de l’ordre divin.
Moderne : l’ordre social est une construction sociale collective régie par des lois et des coutumes.
Postmoderne : il n’y aurait pas d’ordre social mais une recherche (constante) d’équilibre social.

Point de vue de la connaissance :

Traditionnel : l’ordre du monde est un ordre caché dont la connaissance est réservé aux seuls initiés.
Moderne : l’ordre du monde est accessible par les outils de la raison ;
Postmoderne : il n’y aurait pas d’ordre explicite dans le monde mais des constantes, des régulations, des mécanismes,des possibilités et des évolutions observables pour la construction de savoirs conçus non pas comme des socles mais comme des grilles d’appréhension, de compréhension,de possibles actions, etc.

Point de vue de la personne :

Traditionnel : Il faut se référer aux ordres des dieux.
Moderne : Il faut se construire soi-même, voire s’inventer.
Postmoderne : d’un naturel assez fluctuant, il est conseillé de bricoler, de se conformer, d’hybrider selon les personnes, les contextes, les situations, les conjectures, les conjonctures, les occasions, etc.

Point de vue de l’usage du langage :

Traditionnel : Au début était le Verbe,
Moderne : Je me servirai du verbe,
Postmoderne : il est possible qu’il n’y ait pas de verbe dans la masse de ce qui se dit, à chacun d’y entendre  ce qui lui parlera comme juste, formaté, usuel, contrefait, etc..

Point de vue de l’amour :

Traditionnel : Dieu est amour
Moderne : sexe est amour
Postmoderne : l’amour est masculin au singulier, féminin au pluriel.


Comme toute tentative de classification, il convient bien sûr de redire la tentative de création d’archétype pour clarifier la compréhension, sachant que les trois principes coexistent, cohabitent et (sans doute) se chamaillent un peu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire