mardi 6 juin 2017

TD Introduction du féminin et de son corps dans le langage : aujourd'hui, féminisons l'expression « se faire des couilles en or ».



Se faire un clitoris en or,
Se faire plaquer platine les parois du vagin,

  • ouais, mais bon, c'est un peu n'importe quoi, qu'est-ce que tu veux faire avec un clito en or ou un vagin plaqué en platine ? Ce n'est ni pratique, ni efficient !
  • Ben, pour les couilles, c'est pareil ! Qu'est-que qu'on s'en fout d'avoir des couilles en or !
  • Ah ouais je n'y avais jamais pensé ! Mais alors quel serait le sens profond de cette expression ?
  • Mystère et boule de gomme !
  • Est-ce que ce ne serait pas une allusion à ce préjugé sur la vénalité des femmes ? Elles préfèrent le fric au Q, donc des mecs qui ont des couilles en or plutôt que des couilles de chair qui pourraient les faire jouir.
  • Est-ce que le préjugé ne serait pas de croire que ce sont les couilles qui font jouir ?
  • Çà va loin !
  • Je dirais même plus : çà vole au niveau de la ceinture !
  • La ceinture périphérique ?
  • Pouce !
  • J'ai trouvé !
  • Quoi ? Le graal ?
  • Non, le féminin de «se faire des couilles en or » c'est « c'est avoir une toison d'or » !
  • N'importe quoi ! Tu dis cela parce que t'es rousse …
  • Vous voulez dire que Jason était une femme rousse ?
  • Jason, le mec du film d'horreur « vendredi 13 » ?
  • Non celui des Argonautes.
  • Ah, ouais, ce n'est pas le même.
  • Je suis assez d'accord pour que le féminin de « se faire des couilles en or » soit « se faire une toison d'or », c'est plus poétique.
  • Ouais mais techniquement, il n'y a aucune information...
  • Je crois que je vais m'échapper de cette conversation.
  • OK, pas de problèmes ! 1, 2, 3, et hop ! On change de sujet ….

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire