mardi 6 juin 2017

Forum « Psycho, Psy-show et peep show sont dans un bateau . »


  • J'avoue que je ne comprends pas toujours les arguments de Richard FERRAND pour se défendre face aux accusations d'abus de bien social dans cette histoire de location de locaux par les mutuelles de Bretagne qu'il dirigeait.
  • Parce que t'as entendu des arguments de sa part ? T'as bien de la chance ! Moi je n'ai entendu que du psychologique, monsieur FERRAND est « atteint » par cette chasse à l'homme (« Voyous, voleurs, Chenapans ! C'est la meute des honnêtes gens ») , monsieur FERRAND ne se reconnaît pas dans le portrait que fait de lui la presse au travers de cette affaire, etc.. blabla, mais des arguments techniques, rien que dalle , nenni ! Oh pauvres manants regardez comme je souffre alors que je n'ai rien fait de mal puisque je vous dis que je n'ai rien fait de mal . Le mec se la joue à fond et on ne peut le racheter qu'en pensant qu'il se leurre lui-m^me afin de ne pas décevoir sa maman …
  • J'avais entendu Hervé LE BRAS à la radio au soir du premier ou du second tour de la présidentielle, il avait dit un truc assez juste, grosso modo que « les hommes politiques continuaient à parler aux peuples comme si les uns et les autres n'avaient pas le certificat d'études alors que le niveau d'étude et d'éveil des uns et des autres a considérablement augmenté. »
  • Ouais, mais le niveau de conditionnement aussi…
  • Non, ce que je veux dire, c'est que Richard FERRAND est typique d'un mec qui continue à parler au bon peuple comme un notable du XIXe. Lui, l'homme qui a étudié parle à des manants illettrés et grossiers, à des femmes soumises au joug du mariage, etc... Or bon, nous sommes au XXIe siècle, la société est émancipée quant aux mots d'ordre religieux, les femmes revendiquent le droit de jouir, la société est technique.
  • D'ailleurs ce qui est reproché à FERRAND est un point technique, il doit répondre sur ce point, le reste c'est du cinéma.
  • Je suis assez d'accord, nous vivons dans une société de droit, il ne serait pas idiot que des professionnels du droit (théorie et mise en pratique) discutent dans les médias du cas FERRAND par l'analyse juridique des faits plutôt que des généralistes du tout et rien qui nous causent de morale.
  • Ouais, la question n'est pas de savoir si FERRAND est gentil ou pas gentil, il est juste, pour ce que j'en ai compris, qu'il aurait voulu s'enrichir un peu plus rapidement, et qu'il aurait flairé le bon coup qui l'air de rien pouvait marcher sans que personne ne s'en aperçoive. Les uns et les autres l'ont peut-être un peu oublié mais les années 2000, c'était vraiment la religion du fric élevé au rang de doctrine sociale absolue, il n'y avait plus que çà comme référence, et puis il fallait être fun. J'avais résumé cela dans une formule avec trois F : le fric, le fun et je ne me souviens plus du troisième F …
  • La fesse ?
  • Ah, non : la frime ! Justement pas la fesse, du moins pas officiellement, d'où tous les problèmes...
  • Est-ce que tu veux dire que FERRAND est psycho rigide, genre il a fait son plan fric comme tout le monde mais en fait c'est parce qu'il est bien intégré à la société mais qu'en fait il n'y a jamais réfléchi, c'est cela ?
  • Peut-être.
  • Dans tous les cas, ce type n'est pas d'une clarté d'eau de roche. Pour ce que j'en ai compris, le mec était classé parmi les frondeurs, les mecs et les meufs censés être encore plus à gauche que la gauche de gouvernement, enfin un truc comme cela, ensuite il serait tombé amoureux de MACRON et aurait pris un rôle important dans le mouvement « en marche » et si j'ai bien compris, c'est lui qui passait des douches froides à toutes les personnalités médiatico-gallo-romaines qui affichaient leurs soutiens à MACRON.
  • Tout cela, ce sont des salades. Je voudrais que FERRAND nous dise si selon lui, il n'a pas un peu lesé les adhérents des MUTUELLES du MANS pour avantager sa meuf et peut-être lui-même. C'est cela la question qu'il faut lui poser.
  • C'est un peu comme pour STRAUSS-KHAN, j'ai toujours regretté qu'en raison de la procédure américaine et des partis-pris de ses avocats, nous n'ayons jamais pu entendre sa version des faits : qu'a t'il vécu ce matin là de mai 2011 au SOFITEL de New-York, ou du moins comment aurait -il justifié a posteriori ses actes. Ce serait intéressant, non ?
  • Genre « j'ai croisé le regard de la femme de ménage que je n'avais jamais vu et ne connais pas et j'ai compris tout de suite qu'elle rêvait de me sucer et par conséquent j'ai cédé à ses désirs et me suis jeté sur elle, etc.. blabla, c'est ce genre de conneries que tu aurais aimé entendre, c'est cela ?
  • Non, mais j'imagine qu'il aurait quand même essayé de dire des trucs plausibles et justement, qu'est-ce qui aurait pu être plausible ? Nous ne le saurons jamais.
  • Disons plutôt que ces avocats ont été sages d'éviter l'exercice.
  • Oui mais, si je ne m'abuse, dans la procédure française avec instruction à charge et à décharge, il y aurait eu une version STRAUSS-KHAN publique des faits.
  • Ouais, c'est cela, à charge et à décharge...
  • De toutes les façons, dans le cas de Richard FERRAND, à mon avis, il ne répondra pas à des questions précises sur les procédures de vente et de location du local machin par les mutuelles truc. Le mec n'est pas fou...
  • Alors il est bidon dans son engagement de rénovation du champ politique  ! Je suis pour une société d'individus libres, égaux et fraternels. Tu ne peux pas dans une société d'individus libres et égaux faire sans la fraternité. Et la fraternité, cela ne veut pas dire que personne ne s'enQle, cela veut dire que personne ne va rendre malade les autres pour les obliger à croire ou à dire que je ou telle personne est un mec ( ou une meuf) bien selon les critères de moralité sociale des dames patronesses du XIXe siècle !
  • Elle a raison, la société ne peut pas avancer si il n'est pas possible d'appeler un chat un chat ou un tricheur un tricheur ou une poufe une poufe. C'est une perte de temps et d'energie énorme et totalement démotivante ! Nous devons vivre dans une société ouverte où il est possible de discuter des pratiques des uns et des autres avec les uns et les autres et de condamner certaines pratiques quand elles s'avèrent toxiques.
  • Pour moi, il n'y a pas de problème, je suis de gauche et ma conception sociale est que les uns et les autres contribuent par leur travail au maintien de la société et ensuite le reste de la journée s'ils veulent s'enfiler des concombres dans le Q, je n'y vois pas d'inconvénients et surtout aucun rapport avec leur contribution sociale...
  • Ouais, mais tu parles d'une société du plein emploi, là …
  • C'est-à-dire ? parce que c'est le plein emploi, je peux m'enfiler des concombres dans le Q ? je ne comprends pas …
  • Non, il y a une société du plein emploi donc chacun a un job et un rôle pour contribuer au champ social, il ou elle a aussi le droit de jouir comme il ou elle l'entend, dans le respect de la jouissance des autres bien sûr, et si ce qui lui plaît c'est de s'enfiler des concombres dans le Q, il ou elle peut le faire, cela ne gène personne et ne le gène pas pour trouver du travail, il ou elle n'a pas besoin de s'en cacher ou d'en avoir honte.
  • C'est cela votre définition d'une démocratie avancée ?
  • Sous un certain angle, oui.
  • Bon, je vais y réfléchir.
  • Jouir dans le respect de la jouissance des autres ? Ce n'est pas un peu trop ambitieux comme truc ?
  • Non, tu as mal compris : Jouir comme tu l'entends, mais dans le respect de la jouissance des autres ... sans imposer un mode de jouir aux autres si tu préfères.
  • HAAAAAH !
  • Çà me paraît quand même un peu compliqué.
  • Concrétement, cela ne l'est pas.
  • HAAAAH !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire