samedi 10 juin 2017

Forum « la division sexuelle du travail ».


  • J'ai encore entendu une meuf à la radio parler de « féminisme » et j'ai encore trouvé que cela sonnait hyper faux.
  • C'est peut-être que ce que tu nommes « féminisme » n'est pas ce que cette nénette nomme « féminisme »...
  • Pour moi, c'est assez simple, je suis un individu avec un corps de sexe féminin, je suis féministe parce que ce corps a été longtemps exclu et du champ social et du champ intellectuel comme point de vue, je suis féminisme dans la mesure où je revendique la mesure du monde et du social depuis là où je suis, soit ce corps féminin.
  • Ouais, mais est-ce que tu y es vraiment ?
  • Oh, non, pitié... Ce que je voulais dire est que souvent les femmes qui se présentent comme féministes dans les médias sont des meufs qui revendiquent une position pour la femme au sein du couple, elles réfléchissent leurs problèmes non pas à partir d'elle en tant qu'individu qui comme chaque individu s'en tient une grosse couche mais à travers leur relation de couple et pour moi, cela n'est pas du féminisme puisque c'est rester enfermé dans l'idéologie du couple : la femme n'existerait pas en dehors de sa relation de couple. Une femme seule n'existerait pas...
  • Il y a aussi les lesbiennes qui se présentent comme féministes et qui en fait cherchent à convertir de nouvelles recrues...
  • Tu vois, pour toi, la femme baise soit avec des hommes soit avec des femmes, point. Une femme se définirait et se résumerait dans l'acte sexuel, tout le reste de la vie d'une femme ne serait que du remplissage comme dans les scènes de film porno qui ne sont pas de Q.
  • Qu'est-ce t'en sais ! Tu n'as jamais vu de films porno !
  • Oui, c'est vrai, mais ce n'est pas en accédant à internet avec du WIFI gratuit dans des lieux publics que je vais pouvoir en regarder puisqu'il y a des gros filtres parentaux. Parfois je ne peux même pas regarder certaines de mes vidéos que j'ai posté sur internet. C'est te dire !
  • Un peu de tenue et de rigueur, s'il vous plait. Reprenons cette conversation sérieusement et si possible scientifiquement. Penses-tu que la femme existe en dehors de l'acte sexuel ?
  • Mais est-ce que tu te poses cette question pour un homme ? Est-ce qu'un homme se définit par sa relation de couple ? Est-ce qu'un homme réfléchit sa condition humaine au travers sa relation de couple ?
  • Moi, pour ce que j' en avais compris, comme seul le corps de la femme produisait les enfants, il y avait eu une division sexuelle du travail, soit la femme produisait les enfants et s'en occupait un temps pendant que l'homme allait chasser et cueillir de quoi nourrir ce beau monde, ce serait aussi bête que cela. Et comme à l'époque, il n'existait pas de méthode de contraception mais une forte mortalité infantile, alors les femmes étaient souvent enceintes et même si elles s'occupaient moins longtemps de leurs enfants qui s'occupaient plus les uns des autres, les femmes étaient de fait assignées à leurs grottes quasiment tout le temps de leur fertilité. Ma grand-mère paternelle a eu douze enfants !
  • Il faudrait être au courant des dernières productions scientifiques sur ces sujets. Tu en parles un peu trop depuis un mélange douteux de récit pour enfants mêlés à une science de Géo Trouvetou …
  • Ce que je veux dire c'est que le féminisme ce n'est pas le combat des femmes pour avoir l'égalité dans le couple et le poids des tâches ménagères, c'est le combat des femmes pour être reconnu comme individu !
  • Je suis assez d'accord avec l'idée qu'il est un leurre de croire que les inégalités dans la vie de couple soit générés par la différence des sexes. Pour ce que j'avais pu en observer dans des couples gays, il y a toujours un qui est plus responsable que l'autre de l'espace de la « maison » et ce n'est pas forcément celui qui apporte le moins de fric. Il ne me semble pas avoir jamais croisé un couple où chaque entité jouait à jeu égal avec l'autre, il y en a toujours un ou une tourné vers l'intérieur alors que l'un ou l'autre ou l'une se tourne vers l'extérieur comme si le couple tenait parce que l'un et l'autre tirent chacun dans une direction opposée …
  • Je crois que c'est aussi une question d'éducation et d'origine sociale. Certaines personnes sont habituées dès l'enfance à être responsables d'elles-mêmes, de leurs affaires et de leurs actes alors que d'autres sont habituées à trouver leur linge propre dans l'armoire alors qu'elles les ont à peine mis dans la panière à linge sale et à être toujours affublées d'excuses ou de compliments ponctuant leurs actes. Certaines personnes sont habituées à ce que d'autres personnes que leurs familles s'occupent de nettoyer leurs lieux de vie et leurs linges alors que d'autres aiment à tout faire elles-mêmes et par elles-mêmes. Certaines personnes trouvent normales de parler d'elles haut et fort sans être interrompues ni moqués ou critiqués, d'autres trouvent cela malpolies, etc.. Ce sont ces différences qui se rejouent et recomposent dans les couples bien au delà des sexes.
  • Mais il y a aussi ce qu'est un couple.
  • C'est-à-dire ? Qu'est-ce qu'un couple ?
  • Ben, justement, il faudrait y réfléchir. Tout le monde a l'air de trouver que cela coule de source. Certaines femmes ou certains hommes critiquent leurs positions dans leur couple, mais cela n'a pas toujours été ainsi, ils n'ont pas toujours été en couple, ils ont créée ce couple, ils critiquent leur place dans une relation à laquelle ils ont contribué et qu'ils ont créé.
  • Lorsque j'entends couple, je ne peux m'empêcher d'entendre en écho des cours des sciences physiques sur des couples force et vitesse qui permettent de calculer des moments... Mais bon, c'est devenu flou et lointain, il faudrait vérifier...
  • Il me semble bien que t'as souvent besoin d'un couple de données pour définir une entité. Par exemple le couple intensité et tension pour définir la puissance en électricité, etc..
  • Dans le champ social des êtres humains où existe aussi un electromagnétisme, les uns et les autres se mettent en couple le plus souvent en raison de la pression sociale, c'est plus simple d'être en couple. Si tu n'es pas en couple, c'est la galère... Donc c'est plus par conformisme ou commodité que les uns et les autres sont en couple que le résultat d'un choix mesuré et éclairé.
  • Ben, c'est un peu comme le combat des femmes pour accéder au monde du travail, est-ce que c'est vraiment une victoire d'aller faire un boulot de merdre qui sert toute une machinerie à détruire la planète, la nature et les êtres humains pour revenir le soir s'occuper de ses enfants qui deviennent dingues parce qu'ils sont de plus en plus broyés menus par toutes les contradictions de nos sociétés dont ils seraient l'avenir et pour regarder ensuite à la télé d'autres dingues totalement déconnectés du monde des communs des mortels puisque gagnant beaucoup trop d'argent ?
  • J'ai mal à la tête.
  • Nous reprendrons cette conversation un autre jour alors.
  • Voilà. Peut-être. Eventuellement. Au revoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire