lundi 19 juin 2017

Flagrant délit d'empathie aves les peuples de gauche : lu dans le JDD daté du dimanche 18 juin 2017 : « Aurélie FILLIPETTI va saisir le Conseil constitutionnel. Battue au premier tour des législatives, elle doit réintégrer l'administration, mais s'est rendue compte que si la loi prévoit un complément de salaire pour les députés battus qui rejoignent le secteur privé avec un salaire de moins de cinq mille euros, elle ne prévoit aucun dispositif pour le public » Oh, mais quelle horreur ! Quel scandale ! Enfin, je comprends mieux maintenant pourquoi les députés socialistes ne se battaient pas pour la revalorisation des salaires dans la fonction publique : ils étaient mal renseignés …

  • Faudra un jour que quelqu'un m'explique pourquoi certaines personnes se présentaient comme non seulement de gauche politique mais « à gauche de la gauche » alors qu'elles ont une mentalité de droite. Ce n'est pas une honte d'être de droite politique !
  • Mais est-ce que ce ne sont pas des idées limite d'extrême droite : « moi, mère ubu, je vais exercer un métier pour lequel les uns et les autres sont payés, je l'estime, des clopinettes mais moi, mère UBU, je suis au dessus du lot et donc les contribuables doivent me payer un complément de salaire parce que je le vaux bien en mon « essence » personnelle car je suis un être supérieur », je suis désolé, c'est une pensée politique d'extrême droite !
  • Laisse tomber, tu vas encore avoir la nausée...
  • Ouais, bon, faudrait peut-être avoir le détail, c'est quoi le boulot qu'elle veut faire la petite pépée, tout çà quoi, blabla.
  • Vous êtes des lâches ! Vous ne voulez pas penser jusqu'au bout les significations !
  • C'était combien le revenu mensuel de base pour l'être humain chez ceux et celles qui se disaient à gauche de la gauche et qui se sont pris le mur de face ?  800 euros, c'est cela ? Ou alors 5000 euros ? Je n'ai pas compris.
  • Moi, je suis pour le salaire minimum mondial mensuel à 6000 euros et la mondialisation des trente deux heures.
  • Heureusement qu'on habite au bord de la mer, je vais aller nager pour oublier que ce monde social me dégoûte.
  • Ouais, oh ! Faut pas généraliser un cas particulier ! Comme dit le dicton, faut pas prendre la crotte de nez pour le corps astral !
  • Et pourquoi, elle ne se cherche pas un boulot dans le privé la FILIPPETTI ? Maintenant que tout le monde sait qu'ils ou elles pourront la payer moins de 5000 euros par mois et que l'Etat c'est-à-dire chacun et chacune raquera la différence ?
  • Est-ce qu'on peut signifier au Trésor Public que l'on ne veut pas que le fric des taxes et des impôts soit utilisé pour payer un complément de gros salaire à machine ou truc mais soit utilisé en priorité pour dératiser les prisons ?
  • BeuEUUEUEUEurg !
  • Ce n'est pas évident de signifier le bruit du vomi par un onomatopée.
  • Ah, ouais ! Par exemple, la FILIPPETTI pourrait faire critique littéraire à radio FG !
  • Mais, est-ce que radio FG existe encore ?
  • Je n'en sais rien.
  • Dans tous les cas, si j'étais le Conseil Constitutionnel, je prendrais le problème à l'envers, soit ce dispositif de complément pour gros salaires créée une inéquité parmi les citoyens …
  • Je l'ai déjà dit, les députés et tutti quanti doivent passer au régime général de chômage, je comprends que ce soit un boulot un peu spécial, mais bon, qu'est-ce qui n'est pas un peu spécial et bizarre de nos jours ?
  • La façon dont le mouvement « en marche » a abordé la question et la gestion des députés modifie complétement nos perceptions du métier et statut de député. Ils ont abordé la question avec les techniques et les concepts des ressources humaines d'une boîte lambda : piochons parmi les personnes qui ont le désir de faire ce boulot celles qui auraient des profils correspondants aux compétences qui nous intéressent, formons les à la théorie de ce qu'est un député (responsabilités et missions) et offrons leur une hot line de gestion et résolution de leurs problèmes. À ma connaissance, les autres partis n'abordaient pas la chose avec autant de pragmatisme , mais un peu à l'ancienne, chemin de croix et/ou initiatique pour les « élus » » …
  • Cédric VILANI, qui dirige l'institut Henri POINCARÉ, a dit des trucs intéressants sur le vivier de compétences que constituent les députés d'en marche pour la représentation politique dans Libération la semaine dernière (http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/06/15/cedric-villani-l-idee-c-est-d-avoir-des-competences-variees_1577148)
  • Je crois que nous sommes en train de sortir de la société bourgeoise. J'ai vu un reportage à la télé sur entre autres le journaliste Alain DUHAMEL (http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-du-jeudi-15-juin-2017_2228333.html). Bon, j'ai beaucoup de respect, c'est la haute bourgeoisie, le bon goût, on dîne entre personnes de caractère et de talents, etc.. je comprends que lorsque tu nais à de bonnes places, cette société peut avoir du charme mais c'est une totale illusion, autour (et au sein) de ce beau monde gravitent d'avides saloperies et ce charme masquait de graves mauvais sorts jetés à des millions d'autres personnes qui devaient payer le prix de ce bon goût réservé à quelques uns.
  • C'est un peu comme la noblesse russe qui a longtemps peuplé et hanté les palaces et les casinos de Suisse et d'Europe, ils étaient d'un commerce fort agréable, mais, bon, leurs peuples étaient affamés...
  • J'aimerais que tu aies raison, que nous sortions de cette illusion pour aller faire (vers) une société plus démocratique et non pas vers une autre illusion presque fasciste.
  • Croisons les doigts. Et toi, tu ne dis rien ?
  • Qu'ils se mettent leur fric dans le Q !
  • Amen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire