jeudi 1 juin 2017

I had a dream :



A la fin des années 70, à l'internat, il y avait un ciné-club. Il était tenu par le censeur du lycée où se trouvait l'internat (CF des épisodes précédents https://manuelleyerly.blogspot.fr/2014/05/mon-premier-grand-role-dramatique.html). Nous ne l'aimions pas beaucoup car il portait des semelles de mousse et se promenait toujours dans les dortoirs à l'heure où les filles se déshabillent. Chacune avait vécu cette expérience de se mettre en chemise de nuit, de ranger ses habits, de se retourner et, oh surprise ! le censeur est là qui regarde ; depuis combien de temps était-il là ? impossible de le savoir car il portait des semelles de mousse et ne faisait pas de bruit en se déplaçant … Pour nous, ce n'était pas très grave, nous avions dix ou onze ans et n'étions ni formée, ni réglée, mais les filles en BEP secrétariat qui portaient déjà des soutiens gorges en dentelle et les filles de première qui lisaient des livres de littérature générale s'en plaignaient sans toutefois savoir auprès de qui se plaindre officiellement, le censeur étant le premier « chef » de la tribu interne … Bref, le censeur animait le ciné-club et nous avait passé un film d'horreur classique dont le titre m'échappe pour l'instant. C'était en noir et blanc, un vampire en Roumanie ou Hongrie dort dans une église sous la protection d'une croix énorme et un jour, la croix est détruite par des badauds et alors le vampire qui, dans le film dans mon souvenir, est une femme, se reconstitue et ensuite va sévir dans les patelins environnant. Je ne me souviens que de la scène impressionnante où le squelette reconstitue sa chair. C'est pourquoi, ces derniers jours, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que le Général De Gaulle délivré de la grosse croix sur sa tombe par un badaud qui jouait au foot, en a profité pour se reconstituer et en bon esprit non mort va pouvoir aller dire leurs quatre vérités à ceux et celles qui abusent de l'utilisation de son nom et de son aura sans en respecter précisément l'esprit, qu'ensuite il irait féliciter le nouveau locataire de l’Élysée et lui proposerait ses services de non mort pour quelques jours afin de l'aider à se débarrasser des entourages professionnels vampiresques voire vampiriques qui corrompent ses bonnes volontés et menaceraient la future réussite de son quinquennat.
Mais bon, bien sûr, tout cela n'est que du cinéma dans ma tête...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire