samedi 31 décembre 2016

Note technique collective en direction de François HOLLANDE


C'est en acceptant de participer à une primaire de la gauche que monsieur François HOLLANDE, président en exercice, est tombé dans un piège, piège duquel monsieur Manuel VALLS l'avait prévenu au moins indirectement en début d'année 2016 en affirmant ici ou là haut et fort qu'il était impossible que le président en exercice participe à une primaire. Après avoir accepté la primaire, ne pas se représenter devenait la seule issue possible à moins d'être masochiste et d'aimer être dindon de farces. La traîtrise, s'il y en a une, c'est l'organisation d'une primaire à gauche pour 2017 c'est-à-dire dans le camp même du président en exercice pouvant prétendre légalement à un deuxième mandat.
Il ne faut pas se tromper de lecture. Une fois la primaire acceptée, alors le jeu redevenait ouvert et il n'y avait plus de traitres mais des candidats, des compétiteurs comme disent les sportifs.
Il ne faut pas se tromper de traitre.
Il est aussi possible qu'il n'y ait là pas de traitres. Il y avait une impossibilité politique. La même qui a empêché monsieur Nicolas SARKOZY d'être le candidat de la droite. Chacun est, peut-être, un jour ou l'autre, un cocu de l'Histoire. Surtout pour ceux et celles qui s'y sont crus plus malins.
L'Histoire avec sa grande hache.
De toutes les façons, les problématiques écologiques à venir auront tôt fait de renvoyer tout cela à des petits problèmes de chefs scouts. Car si monsieur François HOLLANDE dit se rendre compte puisque désormais dégagé de la compétition à quel point la gauche est divisée, il doit comprendre que les français assistent à ce spectacle médiatique ridicule depuis son élection soit mai 2012 alors qu'ils les avaient élu pour qu'ils règlent leurs problèmes ! Il y a quand même un souci contemporain avec ces hommes et femmes politiques qui confondent la tâche de gouverner un pays avec celle de « régner » sur les blablas médiatiques ! Nous parions que les français ne sont pas si bêtes [ne sont pas si veaux] et qu'ils et elles vont vite se rendre compte que Marine LE PEN en 2017 , c'est comme SARKOZY en 2007, comme HOLLANDE en 2012, juste des vents et de la mousse médiatiques qui ne feront rien et surtout pas avancer le schimlblick !. Est-ce qu'il y a des adultes dans la classe politique qui aspirerait à gouverner la France ou sommes-nous vraiment obligés de nous taper tous ces ados attardés ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire