jeudi 8 décembre 2016

Forum « campagne de placement de produit et techniques de commercialisation ».


  • J'ai réentendu à la radio le Richard FERRAN qui soutient le Emmanuel MACRON  http://www.europe1.fr/emissions/le-club-de-la-presse/europe-soir-le-club-de-la-presse-edgar-morin-et-richard-ferrand-07122016-2921498 et franchement, le dentier m'en est tombé. C'est encore pire que je ne croyais ! Ces mecs se prennent pour des artistes, c'est-à-dire que le MACRON se prend pour un grand artiste philosophe, c'est encore plus ridicule que je ne croyais !
    - Je ne sais pas si c'est ce que tu veux dire mais je trouve aussi que le MACRON se situe clairement dans la ligne « illusionniste du réel »: et je t'écris un bouquin intitulé « Révolution » et je te parle novlangue et langue fleuri couramment et je ne dis rien de concret ou de réel mais que des mots comme « dynamique » « en marche », « espoir », blabla, bref il s'agit de séduire le marché des électeurs dépolitisés et rêvant encore de se mirer dans le miroir aux alouettes ...
  • Et aussi toutes les mémés ménopausées et les vieux andropausés !
  • Et pourquoi il n'aurait pas le droit de se positionner comme un artiste, « artiste » c'est ce que nos sociétés occidentales considèrent comme la crème de l'élite sociale royale quoique bancale puisque sans bacchanale, qu'en dis-tu ?
  • Premièrement, si MACRON était vraiment un artiste, il ne chercherait pas le pouvoir. Deuxièmement, le modèle social publicitaire mis en avant dans les discours est non pas celui de l'artiste, mais celui du chemin du clampin qui a réussi à se faire reconnaître socialement comme artiste : cela n'est pas du tout mais alors pas du tout la même chose. C'est un discours de containement social : « tu vois ce mec-là, cette meuf-là, ainsi qu'ils le racontent dans les médias, lui aussi , elle aussi, ils ont galèré mais ils ont continué à croire en eux, ils ont insisté et tu vois, ils ont réussi, alors toi aussi, accroche-toi dans ce monde hostile ! toi aussi, tu peux Réussir ! Surtout ne te préoccupe pas de questions politiques et syndicales, travaille ta créativité sur facebook et twitter, blabla », etc.
  • Cela me désole ! Nous sommes au XXIe siècle, les sciences humaines ont évolué vers plus de scientificité, nous pourrions faire de la politique d'une façon totalement informée et nous faisons encore face à des charlatans sortis tout droit d'un imaginaire de la fin du XIXe siècle !
  • Et puis, avec les contraintes démographiques et écologiques, l'illusionnisme politique ne peut plus fonctionner : HOLLANDE et SARKOZY l'ont appris à leur dépens.
  • Ouais, enfin, ce sont surtout les populations qui apprennent à leur dépens que ceux-là et celles-ci qui aspirent à être des chefs politiques s'avèrent des crétins caniches roqueux vaniteux se croyant plus malins que les autres ...
  • J'ai entendu le directeur du journal « l'Opinion », Nicolas BEYTOUT, sur Europe 1 dire que François HOLLANDE pourrait très bien profiter de ces cinq mois pour entreprendre toute une série de réformes pour moderniser les organisations et institutions du pays et que les uns et les autres ( et donc l'Histoire avec sa grande hache) lui en seraient reconnaissant. J'ai trouvé cela loin d'être con.
  • Ouais, mais alors, qu'il lui envoie un plan détaillé parce qu'HOLLANDe ne sait pas ce qu'il faut faire …
  • « L'opinion », c'est un journal de droite, non ?
  • Est-ce que « Libération » est un journal de « gauche » ?
  • Mais qu'est-ce qu'il faut réformer ? Je crois que c'est d'abord dans les esprits qu'il faut changer la donne : le gras dans lequel il est possible de trancher, il est dans ce que certains et certaines se gaussent d'être le haut du panier. Il faut envisager un monde social de la coopération où les uns et les autres vaquent à leur tâche et non pas où des uns et des autres passent leur temps à essayer de nous convaincre qu'ils le valent bien c'est à dire plus que nous et les autres.
  • Ce qui me posait problème dans les discours de FERRAN que j'ai pu entendre est qu'il y a quand même de fortes traces de volonté d'organiser un peu tout et non pas de réguler. J'entendais presque l'écho des discours sur la formation de l'homme nouveau et j'avais froid dans le dos. Il y a un côté fascisme light que j'aime pas trop...
  • Moi, j'aimerais que les uns et les autres qui emploient le terme de « progressiste » pour se définir politiquement nous expliquent ce qu'ils entendent par là : Qu'est-ce que c'est que leur définition et leur conception du « progrès » ? de la m^me façon, lorqu'ils désignent un « ennemi » qui serait « conservateur » alors qu'ils nous explicitent quelle est leur définition et leur conception politique de la « conservation ». Nous ne sommes plus au XIX e siècle et sa croyance béate en les seuls bienfaits du progrès...Et bon, pour moi, « gauche politique » est un mot qui a un sens et désigne clairement une ambition sociale de chute des privilèges et d'instauration d'une société à maillons lâches tenue et régie par les hauts principes de liberté, d'égalité et de fraternité régulant les relations entre les individus.
  • Ouais, enfin, merci pour ces belles phrase, mais back to the real et pour l'instant je n'ai entendu aucun des candidats, à part peut-être FILLON, parler de la dette financière de la FRANCE et comment ils vont s'en occuper et la gérer et quelle est leur conception quant à l'existence de celle-ci, etc. Parce que « blabla et blabla » pendant la campagne électorale et une fois élu « ah ben, ouais, mais non, parce que bon il y a la dette alors on est coincé ,blabla ». Donc cette fois, ce serait bien que la question centrale de la dette financière de la France soit traitée pendant la campagne electorale et que les candidats nous disent comment ils font faire avec ce trou noir ? (s'en débarrasser ou creuser le trou ?)
  • L'argent n'existe pas. Pour moi c'est le grand problème philosophique du XXIe siècle : l'argent n'a plus aucune existence réelle et pourtant il est devenu presque la seule valeur de référence ayant englouti toutes les autres or puisque non réel, il peut alors absorber tout le réel.
  • Le non-être n'est-ce pas le synonyme du Mal chez Parménide (ou Heidegger, je ne sais plus) ?
  • Je vous arrête tout de suite, ces conversations sur la non-existence de l'argent ont déjà eu lieu, et depuis il y a eu la crise des subprimes, la crise grecque, la faillite de Lehman Brothers, etc... et surtout la crise écologique commençant sérieusement à se faire remarquer et « impacter » comme disent les crétins, je crois donc que la situation n'est plus du tout la même qu'au début des années 2000.
  • J'aimerais que tu aies raison.
  • Je continue de croire que pour lutter contre la bêtise publicitaire qui nous empoisonne, il faut travailler et diffuser à fond d'autres bêtises en contre-poison.
  • Romain GARY l'a bien dit : la bêtise est la plus grande force spirituelle !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire