vendredi 26 juin 2015

Leonard de Vinci lit les journaux :


Leonard de VINCI lisait un article publié dans Libération en date du samedi20 et dimanche 21 juin 2015. Il y était question d'une certaineRachel DOELZAL, militante antiraciste blanche qui s'était fait passerpour noire : « « à cinq ans, pour me dessiner j'utilisais un crayon de couleur marron pour me dessiner plutôt que rose », affirme t'elle, assurant qu'assumer son identité noire au grand jour était une question de « survie ». »
Leonard de VINCI trouva l'argument parfaitement stupide. Chacun sait (devrait savoir ou en faire l'apprentissage) que les êtres humains dit blancs ne sont pas roses mais « couleur chair » et que celle-ci s'obtient à partir de pigments marron et non pas de pigments rouge. Ainsi, les humains dits blancs pourraient être présentés tels des marrons très très clairs. « De toutes les façons, se disait Leonard de Vinci, je croyais qu'il avait été établi scientifiquement qu'il n'y a plus qu'une seule race humaine, les autres ayant été éradiquées avant l'âge de bronze si j'ai bien compris ma préhistoire... Je ne comprends pas ces américains, à s'accrocher à des représentations « d'identité » issus d'histoires stupides de leurs peuples, comme pour tous les peuples, et cela par simple peur du vide et du réel travail à accomplir …. »
Leonard de VINCI alla se promener dans les bois et pour la première fois de sa longue vie se trouva vieux : « je comprends enfin l'adage qui précise que les immortels ne sont pas éternels.. » Puis il se demanda si sa peinture aurait été différente si il avait aimé sexuellement des femmes plutôt que des hommes plutôt jeunes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire