mardi 27 octobre 2015

carnet de notes de Papy MEUJOT, extraits.



ai écouté l'émission radiophonique le club de lapresse d'Europe 1 avec Axelle LEMAIRE, secrétaire d'Etat chargée du numérique auprès du gouvernement de l'Etat français et de navarre. Je me suis demandé si le gouvernement français allait poursuivre ses expérimentations de République numérique en continuant les consultations en ligne et coconstruction des prochaines lois, par exemple pour la Loi Macron II voire même la prochaine loi de finances ! Ce serait passionnant d'avoir des avis d'internaute lambda sur la construction du budget et des propositions alternatives d'imputation : ceux et celles qui passent leur temps à draguer cinq ou six personnes et à en endormir quinze autres pour s'assurer une ligne budgétaire seraient désormais obliger d'argumenter en direction de l'intérêt général !!! une totale révolution !!! Le Parlement va d'un seul coup apparaître complètement ringard ! Mais il ne faut pas lui en vouloir, c'est une idée de mise en oeuvre de la démocratie et de la représentation mise au point au XVIIIe siècle (et même avant si je compte les parlements de région issus de La Fronde, si ma mémoire ne me joue des tours), par conséquent, passer à un parlement numérique au XXIe siècle ne semble pas complètement idiot au bout de trois siècles ! Compte tenu qu'il existe des assemblées dans les conseils régionaux, dans le conseil économique et social et au Parlement européen, je verrais bien les deux chambres nationales ou juste une se transformer en une plateforme inédite d'un parlement numérique où pourrait sièger les uns, les unes parce que tous les chacuns et chacunes du pays de France. Avec le budget de fonctionnement de ces deux dinosaures de chambres que sont l'assemblée nationale et le Sénat, je suis sûr qu'il y aurait de quoi faire un truc hyper maousse, une plateforme numérique que le monde entier et mon dentier nous envierait et nous copierait. La France a toujours été à l'avant-garde des outils de mise en œuvre de la démocratie, nous devons garder cette « avance technologique » dans les idées politiques ! Et puis je suis sûr qu'il resterait encore de l'argent pour essaimer des clubs citoyens numériques et physiques afin de former et animer civiquement les quartiers et territoires du pays de France dans un maillage serré ! Les partis politiques et les parlementaires nationaux en vingt ans n'ont guère participer à l'animation et la coconstruction d'une vie politique en France, ils n'ont produit que du spectacle de mauvais boulevard dans les médias ! Bref, que vive la République numérique !
« [...]
Et bien sûr, dans mon cas particulier, je ne peux m'empêcher d'espérer : Y a t'il une vie physique après la vie numérique ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire