samedi 8 octobre 2016

Note technique à Michel BARNIER : concerne la sortie de l'Angleterre, de l'Ecosse, du Pays de Galles, de l'Irlande du Nord de l'Union démocratique européenne.



Surtout ne pas filer la métaphore du divorce : l'Europe n'est pas un ménage à 28 ! Il ne s'agit pas de régler la procédure d'une séparation comme dans un divorce mais de régler la sortie d'un pays d'une union démocratique de pays alors que ce n'est pas prévu d'en sortir. Avoir organiser un référendum proposant la sortie de l'Union Européenne est une faute grave et que maintenant ils se démerdent, de toutes les façons, la City a en jouant toujours sur les deux tableaux dedans et dehors de l'Europe a eu déjà largement remboursé le Royaume Uni des trois peccadilles qu'ils avaient eu donné. Nous avons pu lire dans des journaux des raisonnements à la con précisant que l'Angleterre donnant 1/8 du budget de l'Europe pourrait demander 1/8 des biens de l'Europe, ceci est un sophisme d'une bêtise crasse ! Le Royaume Uni ne fait pas partie des pionniers, le Royaume Uni a profité de l'Europe, Donner c'est donner, etc.. Nous le répétons : Ce n'est pas un divorce, c'est un pays qui se désengage d'une construction commune entre vingt huit pays ! Bande de lâches !

Par ailleurs, je ne sais pas ce que veut dire en français le mot « Brexit » mais je me souviens que la pièce de Sartre « Huis-Clos » a pour titre en anglais « No exit ». 
C'est une l'intox de la City que de prédire une récession européenne en cas de récession britannique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire