lundi 13 octobre 2008

La suspension des accords des BRETTONS WOODS, Conférence de La Récamier... ..



Notre monde traverse une période d’industrialisation et de normalisation de la production de l’intime, du sensible et des comportements pour la facilité de l’établissement d’un code qui en fait tuera toutes les possibilités de communion personnelle. La propriété intellectuelle dans ce cadre devient le nouveau mode d’oppression d’une bourgeoisie dont l’objet reste la gestion de la médiocrité. L’art et ses œuvres ne sont plus dès lors indexés sur « l’or des philosophes » et, ainsi que dans les années mille neuf cent soixante dix, cet étalon « universel » d’échange, la monnaie, a été déconnecté d’un rapport concret aux productions de richesses naturelles (l’or), nous assistons impuissant à la suspension des accords de Brettons Wood dans le champs artistique, la virtualité de l’art et de ses œuvres produit un monde hautement artificiel dans lequel l’intellect devient le poison qui empêche de reposer les questions de façon concrète (est-il légitime que les ¾ de l’humanité vivent dans des conditions de pauvreté et de précarité ? » restant la question centrale devant laquelle nul ne devrait se dérober. Cette question perd sens si l’on s’en remet à une croyance collective qui dédouane toute culpabilité et introduit la différence comme une école de tolérance à l’insupporté. ) Constatant l’abus qui a été fait de la dénomination d’art et d’artistes pour des usages inflationnistes et d’augmentation des leurres intellectuelles afin d’échapper à la seule nécessité de penser un monde du partage de la possibilité et ainsi de contrer l’appropriation sans légitimité du monde par quelques puissances privées. ....
Les inégalités de fait dans les possibilités de chacun si elle entraîne une différenciation des personnalités et des compétences permettant une représentation des rôles à jouer et de leurs limites, ne doivent pas se confondre avec une représentation hiérarchique de l’humanité. Les potentialités du développement intérieur doivent être accordées à chacun compte tenu que les rôles à jouer sont fixés et que quoiqu’il arrive, il restera des incontournables dont le caractère enrichissant quant à la réalisation n’est pas directement proportionnel au service rendu à la collectivité, en d’autres termes, une société qui nie l’existence de ses cales créera sa propre impossibilité Une société où des individus personnels peuvent évoluer n’est pas celle d’une croyance entre des vainqueurs et des vaincs ou dans la résurgence de mythes et de croyances destinés à lier la communauté pour mieux la leurrer. Il est aisé de se rendre compte que les croyances collectives ne servent que quelques volontés particulières de profiter sans avoir à considérer. Il y a les Maîtres en carton pressé et les contre-maîtres en papier mâché. La production de savoir et de formes ne saurait être utilisé pour la conservation des privilèges sans légitimité et la production de justifications d’un ordre non justifié.....
.. ..
Ainsi, les surproductions culturelles, artistiques orchestrent les saturations et distorsion d’information permettant de continuer à gérer et contrôler des espaces de commerce inégaux régulés par des instances non démocratiques et collaborent ainsi à l’investissement par la raison financière de la mesure de l’ensemble du champ social et personnel. Ce qui se situerait hors marché, ne serait-ce que pour revendiquer que l’économie est au service de la personne humaine et de sa communauté mondiale, et non l’inverse, est de plus en plus difficile à affirmer. L’individu est un instrument de mesure économique, la personne humaine l’échelle de toute pensée. Désormais, la finance est le parasite monstrueux qui bouffe la possibilité de l’humanité de se réaliser. ....
En l’an 2002, et sans doute les prochains, il s’agit de bien comprendre ce sur quoi l’esprit critique se doit de ne jamais démissionner. Parquer les artistes dans une corporation branchée et sacralisée sur l’autel de la réussite sociale reste le meilleur moyen de les déconnecter d’un moyen d’appréhender le réel et d’inventer d’autres types de contrats avec le réel que les contrats-types en vigueur (en l’occurrence la prostitution généralisée, la gestion par la peur et l’exclusion, la loi du plus fort). ....
Nous devons défendre l’existence de valeurs hors marché et dont nulle rationalité économique, scientifique ou pseudo scientifique ne pourrait jamais expliquer ou maîtriser, sans toutefois s’amuser à les faire apparaître artificiellement par des dispositifs élaborés (tentation de l’apprenti sorcier). Nous devons croire en la démocratie en acte, cesser de considérer dans nos seules décisions la seule défense de nos intérêts privés. La guerre des sexes n’a pas de lieu parce qu’il n’y a pas d’endroit à cette guerre inventée de toutes pièces par les imbéciles qui ne parviennent à accepter leur égalité. ....

Le Kaléidoscope est le meilleur ami de l’Humanité(e), Conférence de Maurice.....
.. ..
.. ..
Selon un certain point de vue, il serait nettement absurde de chercher à produire une « critique » de quoi que ce soit. ....
.. ..
L’histoire de l’Art dans une période de confusion peut devenir une référence importante, un récit au sens temporel particulier qui toujours se redéploie, équivalent d’une Odyssée ainsi qu’Italo Calvino l’a eu décrite. Chacun peut s’en emparer dans la profusion et la circulation des œuvres et fragments, les révolutions et métamorphoses jouant ainsi à chaque instant selon de cycles et des exceptions, ici ou là,ici et là, à chacun le choix de son mode ou l’état de son inspiration. ....
.. ..
Cet arrière-plan d’apocalypse d’une histoire linéaire [ou, en d’autres termes de la faillite du principe : les mêmes causes produisent les mêmes effets] permet à la danse de retrouver sa grâce inutile. La capacité à nous laisser traverser par l’air des temps et les environnements, le temps d’un instant sur des vertes pelouses. Etait-ce avant nos trahisons ? ....
.. ..
Y-a-t’il rencontre entre le Spectateur engagé et le Corps désengagé ? Là est la question ? Ici Les jambes se croisent et se mêlent, ici les corps alanguis entrent dans la boîte noire et là les corps de reposent en White cube. Coïncidences ? Correspondances ? Tendance ? Maquettance ? Allez, oublie et danse !....
.. ..
Eh, oui, La danse peut alors commencer, sans sujet, sans objet, écran blanc des désirs à venir. ....
.. ..
Trois petits tours et puis s’en vont.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire