vendredi 31 octobre 2008

Kan la têra tsantè, textes de joseph YERLY.



KAN LA TÊRA TSANTE..,
La grôcha fin

A mes compagnons d’armes de la grêve générale à Berne, novembre 1918, je dédie ces pages, Treyvaux, le 2 novembre 1937.

Drame villageois en quatre actes,
textes des chants du Chœur de Jean RISSE
Musique de Georges Aeby.

Personnages

Pyéro, fils
Belon, servante
Kolin, domestique, mari de Belon
Dzojè, père
Katri, vieille fille, sœur du père
Maurice, fils
Marie, jeune fille
Le Curé
Sœur Béatrice
Sergent du matériel
Un soldat
Une infirmière
Lieutenant-Colonel de Diesbach
Capitaine aumônier Savoy
Quatre étudiants
Une sommelière
Le père de Marie, Djan-Dzâtyè
Rémon, petit domestique
Un petit garçon
Figurants

Deux soldats
Sept à huit étudiants
Une aubergiste

CHŒUR :
La terre qui chante
Tout le jour, le soc s’applique
A régler les droits sillons
Où l’été met en musique
La chanson de la moisson.
Le soleil s’en va, mais la terre est bonne
Et va traverser hardiment l’automne,
Un archange peint le col des bleuets
Et Chauffe le nid des chardonnerets.
.. ..
Sous son drap de blanche laine,
Mon pays rêve et s’endort.
Paysan, ta grange est pleine,
Ton blé fait des rêves d’or.
Pour garnir le front de nos gracieuses
Babillent les doigts menus des tresseuses,
Le merle siffleur, au bord des ravins,
Appelle déjà le printemps prochain.
.. ..
Carillons des campanules,
Sonnez pour fêter les blés ;
Sous le vent, la plaine ondule
Comme un drapeau moiré.
Les vanils d’azur, les monts de Gruyère
Ecoutent monter l’orgueil de la terre,
La plaine n’est plus qu’un hymne infini,
L’accord éternel du travail béni.

.. ..
Premier acte
.. ..
.. ..
Au lever du rideau, la scène représente une opulente ferme fribourgeoise (..la Grôcha Fin..) avec « bôgo », balcons. Devant la ferme, à droite, un tilleul avec banc rustique. C’est un après-midi de juillet 1918. Katri la tante, lunettes sur le nez, tricote, assise sous le tilleul. Kolin entre par la droite avec un « krato » de cerises.
.. ..
.. ..
KATRI. – Tyin bi dzoa ! Le tin l’è chérin, no charan prou avè na teria le bi tin.
KOLIN. – Tan mi, k’on peuchè fourni dè ramachâ hou grétè, dévan lè méchon è lè rèkouâ.
KATRI. – (Se levant pour voir le krèto) Balyidè mè le krèto, kolin, n’in vu alâ betâ d’apâ po nouthr’n ètudian… A ! chu topârê benéje dè le vêre arouvâ, nouthron Pyéro… Cherè chti l’outon ke farè bi ! kan betérè la chotanna… O § ne vo katso pâ, mon kà frebilye dè dzoulyo, n’in dé to parê prèlyi è fê di j’armounè po vêre chin… On n’abé a ..la Grôcha Fin... Ne règreta pâ lè bilyè dè mile ka l’a kothâ le koléje. (Elle joint les mains). Nouthron Pyéro ou chéminéro, é din quatr’an, la premire mécha !
KOLIN. – Ma Katri, vo j’in dévejâde a vouthra dijija, to parê ; Pyéro l’è bin dzounelé ; l’a pu tsandji d’idé. L’è plye fachilo dè dèvinyi vilye filye tye tyè dè fére on Kuré !
KATRI. – Ora, mènè rin ! Pyéro chérè prithre è Maurice tindrè ..la Grôcha Fin... Mè nèvà faron dinche, vo le vêrê bin.
KOLIN. – Vo puédè dre to chin ke la titha vo tsntè, portan n’oublyâdè pâ ke kan le bon Diu va, y pià ; è pu ne fô pa tyè di prithre, fô achebin di bon payjan.
KATRI. – (Fâché) … Vo ne konprindrè rin, balyidè mè hou grétè. (Elle s’empare du krèto et rentre dans la maison, à gauche)....
KOLIN.- (Seul) Parlâdè mè pâ dè ha piàna, chinblye rin tyè ke Pyéro l’è chio. Pouro bouébà che l’a le mâla dè la kontèlyi.(il allume sa pipe. Belon entre en scène, panier à provisions)....
BELON. – (à son mari, après avoir regardé avec prudence vers la maison) Di vê, Kolin.Pâ du bounè novalè ! Chu jelâye a la bouteka, ou chukro po lè konfiturè., è l’é rinkontrâ le Kuré. Va vinyi vê Katri diora. (elle pousse Kolin du coude) Pyéro n’oudrè pâ ou chéminero chti l’outon.
KOLIN. – Va fére bi par inke ! non dè bleu ! pouro bouébo. Katri le va medji è Dzojè n’oujèrè rin dre. (Il se gratte la tête) To chin mè fâ dou pochyin. (Katri sort de la maison)....
BELON.- (à Kolin) M’inchôvo.(à Katri)Beto dèchu la konfiture, ora ? ....
KATRI. – ouê, vinyo vo j’édyi to tsô. (Elle remet le kréto à Kolin et rentre. Entrée de Maurice, le fils)....
MAURICE. – (à Kolin) Mè fo ke chè dè vo dre ôtyè ke mè pêjè chu le kà, du la dutrè dzoa. Pyéro vou étudèlyi le drê. Ne ch’achin pâmé bon po le chéminéro. Ma èkri, i appriyindè dè rintrâ, chuto a kouja dè tanta ! l’a dutrè dzoa ke chènia l’è to kapo. N’oujèrè rin de dre a tanta. L’orâdzo va èthyètâ !
KOLIN. – Ché dza ôtyè. Farè bi oure par inke ; Ta tanta chè va pâ mô dérandji. To che n’orguè irè inke ; vêre Pyèro alâ ou chéminéro ! (Il regarde vers le chemin)Achyin ! te ché le Kuré. (Le curé entre.)....
KOLIN et MAURICE. – Bonjour, Monsieur le Curé.
LE CURE. – Bonjour Kolin, bonjour Maurice. On est à la cueillette des cerises ?
KOLIN. – Oui, ma fi, vous savez, on dit qu’il faut tout tirer à profit, jusqu’à une moitié de lard. (Pendant ce temps, Katri est sortie de la maison en s’essuyant les mains à son tablier. Elle court vers le Curé.)....
KATRI. – (enchantée) Mais, Monsieur le Curé, pas possible ; Qu’est-ce qui nous vaut l’honneur de votre visite ? (Kolin et Maurice s’eclipsent)
LE CURE. – ( à Katri ) J’ai une mission à remplir auprès de vous. Elle n’est pas des plus agréables ; je vous préviens, Catherine.
KATRI. – (Intriguée) Qu’y a-t-il ?
LE CURE. – (sortant une lettre de son bréviaire) Pierre m’a écrit. Après avoir beaucoup prié, consulté ses professeurs, il a acquis la conviction que Dieu ne l’appelle pas au sacerdoce.
KATRI. – (Levant les mains) Jésus Marie ! Cela ne sera pas ! (au Curé) manger un tas de billets de mille pour ce mauvais garçon, pour le voir devenir Dieu sait quoi ! (avec énergie) Nous allons bien voir !
LE CURE. – (Calme) Remettez-vous, Catherine. Pierre a fait son devoir au plus près de sa conscience ; Il m’a fait part, à plusieurs reprises, de ses doutes et de ses ennuis. Ses maîtres au collège, ainsi que son confesseur ont approuvé sa conduite. Il peut très bien faire honorablement sa vie sans entrer dans les ordres… votre devoir, à vous, ici, est de ne pas lui faire la vie trop dure.
KATRI. – (avec rage) Il ira au séminaire, ou bien gare !
LE CURE .- (résolu) Vous n’avez aucun droit de faire violence à votre neveu. N’oubliez pas que vous êtes de famille à têtes près du bonnet… Pierre est comme vous… Un caractère entier – vous pourriez l’inciter à faire un coup de tête dont vous porteriez la responsabilité.
KATRI. – (avec colère) Il ira où il voudra ! mais moi, je serai maîtresse ici !
LE CURE. – Si vous chassez Pierre, ce jeune homme ne quittera pas la maison sans passer chez moi, mais attention, Catherine, l’orgueil est mauvais maître. Dieu le juge et nous jugera. (il va partir) Ma mission est terminée. (Il part)....
KATRI.- (Seule) Chu m’n’ârma. Nékué l’ari de chin ? (rageuse) ah ! l’è chin ke Dzojè bonyivè chetou tin. Vêlyo bi ora …è bin, atindè pire na vuêrba, vov u dza prindre pè le prin di piôtè, mè. Le bouébo ne rintrèrè pâ inke, ou bin mè n’in chalyethri, ma prindri mon drê. Dzojè rirè pâ tan dè partadji… Vo j’i kru ke to chin ou drè cholè. Katri de la grôcha fin ne vou pâ chè léchi tinyi po na kure ! (vers la fin, on entend des grelots et Pyèro apparaît en collégien. Il hésite à saluer sa tante.)....
PYERO.- Bon dzoa, tanta. (Il va timidement pour l’embrasser. La tante l’arrête d’un geste).....
KATRI.- (Froidement) No j’arin on èchplikahyon ché, é pâ plye tâ tyè ora. L’inkourâ vin dè mè dre ke te ne vous pâ alâ ou chéminéro. Tya-the dè veré ? ....
PYERO.- N’vudrè pâ vo féré de la pêna , tanta, ma to konta fê, mè krêlyo k’i konhyinte , ne dêvo pâ l’y alâ. Ne pu portan pâ broulyi le Bon Diu !
KATRI. – e Bin chin l’y è bin dou bi !!! Ourdi dji mile fran ou kolège po balyi on patatyon, on grifa papê, o mènamoua d’avoka. N’in vô bin lè fré ! L’è achurâ lè filyè , lè fémalè ke t’â lyu pè Tâna ou bin che lè frontèré ke t’a veri la titha ? ....
PYERO.- Ma tanta, n’a rin dè veré inke.
KATRI. – (de plus en plus furieuse) Te n’â pâmé fôta dè mè dre tanta ! Te ne mè tindri pâ dou lyadjou po ..la Kure.. ! (Pendant ce temps, Dzojè , le père, est entré portant une valise) (A Dzojè) Dzojè, chi galabontin ne rintrèrè pâ din ha méjon ou bin mè n’in chaleyerthri… No partadzèrin… fâ a ta djijà…L’é mon dèri mo.
DZOJE. – Ma, Katri… Mè chinblyè ke …....
KATRI .- T’â olyu, mon déri mo. Te tè krê pout’ithre ke mè chu arenâlye dè travalyi, mènadji pêr inke po fotre di mile fran a l’oura (désignant Pyéro) po fére on rin, on mocholè ke rôdèrè pê Fruboa a vu na kanèta è on fô kol lârdzo kemin on rimo dè chenalye. Na, kan l’è bon, l’è prâ. Du j’ora, l’arè le rathalu hô.
PYERO.- (décidé, s’empare de la valise que porte son père) E bin, chobrâde inthinblyo, mè i modèri. Fari ma ya kemin pori. Vo mè tséhyidè lèvi pa che vo ne mè konrpindè pâ. A ! che dona ya kemin pori. Vo mè tséhyidè lèvi pa che ke vo ne mè konprindè pâ. A§ che dona irè inke, vo n’arâ pâ bon tin. (à son père) Chènia, l’ardzin vo j’è tru a kà, l’è po chin ke vo j’akutâdè tru tanta. Vo porâ n’in d’ithre punê. Diu vulyè pâ ! (A Katri) E vo, tanta, l’è mé pêr orguè tyè pê dèvouhyon ke vo volâ mè vêreprithre. (à son père et à sa tante). Prinde to por, mè i rèmodo. (Belon arrive en courant). ....
BELON. – Pyéro, Pyéro, te ne modèri pâ chin mè balyi na dzouta. (Elle l’embrasse tendrement). (A Dzojè) Vo n’y pâ vèrgonye dè léch i rèmodâ chi bouébo. A ! che vouthra féna rèvinyiche ! tyè deri-the ? (Elle sort un porte-monnaie de ses jupons et le tend à Pyéro) Tè mon infan, l’y a dou Napoléon dedin. L’è lè promèchè ke Kolin m’a balyi din le tin … Yô ke te chèlyè, mouja a no, è kan te pori pâmé in’an, te pou mèfére chunyo. ....
PYERO. – (Il hésite à prendre le porte-monnaie)N’oujo pâ vo rpindre chin, ma buna Belon. (pendant ce temps, Kolin et Maurice sont entrés en scène)....
KOLIN. – (A Pyéro, après l’avoir embrassé)Prin pire, mon pouro bouébo, l’ardzin di tôpè vô atan tyè chi dou buro ! (a Dzojè) N’é rin pouêdre dè vo le dre. Vo n’ithè pâ tôpè vô atan tyè chi dou buro ! (A Dzojè) N’é rin pouêre dè vo le dre. ; Vo n’ithè pâ on’omo, vouê ! Ne valyi pâ la pêna d’alâ tsêrtchi ci bouébo a Fruboa po le léchi tséhyi lèvi apri. (Il désigne Katri) Konprinnyo pâ ke vo n’oujichâ pâ rèbetâ ha vuipa a chon lin.
KATRI. – Vo n’y rin a dre inke, vo ! Ché, n’è pâ lè djèrthon ke chon lè mêtre !
KOLIN. – (Furieux) A ! Vouê ! rin a dre !!! vudré bin vêre. L’y a vin è chat’an ke chu ché è belon vint’è thin. Mè chinblyè ke non chin jou prou matêre a pan po la méjon. Vouthrè j’infan kemin lè nouthro. A ! che le Bon diu no j’in d’ôche balyi, no lè tséthèran pâ lèvi, no … Rin a dre … le tsin l’a bin le drê dè letchi lè j’infan de la méjon… Rin a dre pout’ ithre… Ma mè tyiji dèvan l’indjuchtiche… djèmé !
BELON.- E mè, rin a dre… Chu jou kemin lou dona…oujo le dre… Kan Agathe l’è mouârta, apri, Pyéro, nekué chè lévâlye dè né ? nekué l’a panâ, nékué l’a brechi ?
KOLIN. – Du tin ke vo, vo fajâ a kotô dè prèlyi po pui mi rounâ, mé dèputchâ. In dête dèminâdzo, che n’ôchè jou tyè vo, a ..la Grôcha Fin.., lè ratè cheran chalyèté dou krebilyon dou pan (Pendant ce parler, le père est rentré dans la maison, perplexe, levant les bras. Katri rentre après).....
MAURICE.-(a Pyéro) Lyô vou –tho alâ ? pouro frârè ? (Ils s’embrassent)....
PYERO. – (Après s’être essuyé les yeux) Vè Moncheu le Kuré, apri vêri. Amo mi medji de la vatse inradja, tyè dè mè léchi trinâ la boutse déjà le nâ… A rèvêre a ti… (Il less embrasse rapidement et part de m^me après avoir regardé la maison).....
MAURICE. – (Pleurant) Pouro frârè, chin ke l’y an fê, ouê, pouârtèrè pâ tsanthe vêr no.
RIDEAU

CHOEUR
La terre qui pleure....
O Toi qui pars, écoute
Les larmes du matin
S’écouler goutte à goutte
Au seuil de ton destin.
.. ..
Revenant du latin et des villes
Nos coteaux accueillants et trandquilles
Murmuraient : Le voilà,
Mais on voit s’assombrir la demeure
La maison est en deuil, elle pleure
Son enfant qui s’en va.
.. ..
Notre terre est si sainte et si belle
Qu’on croirait par les champs voir des ailes
Palpiter sous le ciel,
Voyez-la s’avancer sous les branches
Et chauffer en tremblant ses mains blanches
Au soleil éternel.
.. ..
Les bons saints penchés sur sa prière
Porteront au divin sanctuaire
Ce qu’elle a dit tout bas :
S’il conserve au milieu des orages
Le beau nom familier du village,
Mon enfant reviendra.
.. ..
O toi qui pars, écoute
Les larmes du matin
S’écouler goutte à goutte
Au seuil de ton destin.
II e acte

(A SUIVRE in Kan la têra tsantè, l’œuvre écrite de Joseph YERLY du Mont (1896-1961), 1993 © Les enfants de Joseph Yerly du Mont, ouvrage imprimé à Glasson SA, Bulle)....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire