samedi 12 septembre 2015

Triple Palme d'Or à Angela MERKEL qui saurait éviter avec intelligence et délicatesse les pièges tendus, tissés, ou posés par la bande, par Vladimir POUTINE et Bachar al ASSAD aux européens et européennes.


Et maintenant un peu de distraction après tous ces événements tragiques et ces crispations (faut bien reprendre des forces avant d' aller chatouiller les dirigeants constipés des ex-pays de l'Est!) : Extraits des lois de l'hospitalité de Pierre KLOSSOWSKI, in Roberte, ce soir,(1954)
« le maitre de céans n'ayant de souci plus urgent que celui de faire rayonner sa joie sur n'importe qui, au soir, viendra manger à sa table et se reposer sous son toit des fatigues de la route attend avec anxiété sur le seuil de sa maison l'étranger qu'il verra poindre à l'horizon comme un libérateur. Et du plus loin qu'il le verra venir, le maître se hâtera de lui crier : « entre vite, car j'ai peur de mon bonheur. » C'est pourquoi d'avance le maître saura gré à quiconque, loin de considérer l'hospitalité comme un accident dans l'âme de celui et de celle qui l'offrent, la tiendra pour l'essence même de l'hôte et de l'hôtesse, l'étranger lui -même venant en tiers partager cette essence à titre d'invité. Car le maître de céans recherche avec l'étranger qu'il reçoit une relation non plus accidentelle, mais essentielle. L'un et l'autre ne sont d'abord que des substances isolées, sans communication l'une avec l'autre, qui ne soit toujours qu'accidentelle : toi qui te crois loin de chez toi chez quelqu'un que tu crois être chez soi, tu apportes les accidents de ta substance, en tant qu'ils font de toi un étranger, à celui qui te reçoit dans tout ce qui ne fait de lui-même qu'un hôte accidentel. Mais parce que le maître de céans invite ici l'étranger à remonter à la source de toutes les substances au delà de tout accident, voici comment il inaugure une relation substantielle entre lui et l'étranger, qui en vérité sera un rapport non plus relatif, mais absolu, comme si le maître étant confondu avec l'étranger, sa relation avec toi qui viens d'entrer n'était plus qu'une relation de soi à soi-même.
Dans ce but l'hôte s'actualise dans l'invité, ou si tu veux, il actualise une possibilité de l'invité, autant que toi, l'invité, une possibilité de l'hôte. La délectation la plus éminente de l'hôte a pour objet l'actualisation dans la maîtresse de céans de l'essence inactuelle de l'hôtesse. Or à qui incombe ce devoir sinon à l'invité ? Est-ce à dire que le maître de céans s'attendrait à une trahison de la part de la maitresse de céans ? [...]»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire