mercredi 23 septembre 2015

Forum « l'idiot regarde le doigt », suite.




  • alors en fait, le cas « ONFRAY et l'extrême droite » est plus compliqué que ce que nous en disions l'autre jour (Cf. forum précédent). Ce monsieur a donné une interview au journal LE FIGARO où la stupidité de son esprit se bat en duel avec sa bassesse de vision : le mec fait un discours sur les images leurrées au sujet de la photo du petit enfant kurde retrouvé mort sur le rivage et prénommé AYLAN ! Non, mais, n'importe quoi ! Qu'il nous parle aussi des détails techniques, exposition, choix du cadre, sensibilité de la prise de vue et vitesse de l'obturateur, etc. tant qu'il y est à dire des trucs et des machins inopportuns pour le moins !
  • Moi, je n'ai lu que la critique mot pour mot qu'en a faite JOFFRIN et j'ai trouvé cela plutôt bien comme approche critique afin de crever la bête dans son œuf.
  • Je me souviens que le ONFRAY avait déjà tenu des propos limites au début de l'année , grosso modo « je préfère une vérité dite par Alain de BESNOIT qu'une connerie dite par je ne sais plus qui, disons FOUCAULT ». C'est le genre de raisonnement formel à la con qui ne fait pas avancer le schmilblick.
  • Cela ressemble à «  je préfère baiser avec une femme d'extrême-droite qui a une chatte qu'avec une femme de gauche qui n'a pas de chatte ».
  • Arrête de dire des grosses conneries !
  • Non, mais que le mec ONFRAY nous précise quelle vérité il a retenu dans les écrits de monsieur Alain de BESNOIT ! Là, nous pourrions discuter de quelque chose !
  • Si le ONFRAY ne se rend pas compte qu'en ne précisant pas quelle bonne idée il a pu trouver dans les écrits de l'autre crétin du Club de l'horloge, il encourage à lire les écrits de ce gros taré d'Alain de BESNOIT, c'est que le ONFRAY n'a pas trois sous de pédagogie.
  • Ce type est mégalo : du haut de sa grandeur généreuse, tel un bon petit père, il enseigne au bon peuple les penseurs philosophiques qu'il estime les intéresser dans une université populaire tout à sa gloire et maintenant, il se prend pour KANT ! Il discute de principes formels et de base. Bientôt il va nous faire du Mao Ze DONG « je préfère marcher sur mes deux jambes que sautiller. » Loin d'être un intellectuel engagé, il parle, complètement dégagé, de ce qui se passe ici et là, oh loin de moi conjonctures! Et il doit penser qu'il porte une parole forte puisque arrimée à des principes indiscutables.
  • Quelqu'un devrait lire « le chêne et le roseau » au ONFRAY, cela lui ouvrirait peut-être des connexions dans le cerveau.
  • Là, tu fais l'hypothèse qu' ONFRAY a un cerveau , or rien ne l'indique.
  • Arrêtez de dire des grosses conneries : tout le monde a un cerveau mais personne ne sait comment çà marche.
  • Non, mais, le ONFRAY, Il est ringard ! il est du vingtième siècle avec un système de valeurs issu du XIX e ! et nous devons passer au XXIe siècle !
  • Je dirais même plus : le ONFRAY, il n'est pas frais ! …. ouais, Ok, j'arrête de dire des conneries … enfin, j'essayerai...
  • Vous êtes vaches ! Il paraîtrait qu'ONFRAY a enfin écrit un bouquin de philo avec son dernier bouquin qui doit peut-être s’appeler COSMOS. 
    • Eh, ben, moi j'en ai lu des bouts du bouquin COSMOS, debout dans un supermarché culturel et je peux te dire que c'est de la grosse daube narcissico-précieuses ridicules 
  • De toutes les façons, je vous rappelle que la bonne philosophie ( ou la bonne littérature) s'écrit à travers ses auteurs. Ils peuvent être remerciés d'avoir fait le boulot mais ce qu'ils ont écrit ne leur appartient pas. Ils peuvent même être exclus de ce qu'ils ont écrit comme l'a signalé BLANCHOT.
  • Regarde CELINE, voilà un mec qui écrit un bouquin génial avec Bardamu et dont le titre m 'échappe, il y a le mot « nuit » dans le titre, bref le CELINE écrit un bouquin hyper complexe et hyper lisible et ensuite, il connaît un moment où il dévisse complètement dans la haine débile.
  • Comme un contrecoup ?
  • De toutes les façons, moi les personnes qui parlent « du peuple » au singulier je m'en méfie comme de la peste. Il y a des peuples, il y a des individus. Yann MOIX, dont je suis loin d'être une fan, a bien eu raison de demander au ONFRAY de donner sa définition de « peuple » (CF. récit ici).
  • Et la définition que l'ONFRAY donne ! c'est n'importe quoi ! De mémoire « le peuple ce sont les gens qui n'exercent aucun pouvoir et qui sont dominés »
  • Et ce n'est pas cela ?
  • Ben, non, pour moi, HOLLANDE, FILLIPPETI, Stéphanie DE MONACO sont des personnes composant les peuples de France au même titre que ma grand-mère ou ma grande sœur.
  • Le demos s'oppose à la vision oligarchique, là où il y a demos, tout le monde alors est peuple, c'est cela ?
  • Est-ce qu'il ne faudrait pas plutôt parler d'intérêt général ?
  • Peut-être. Disons qu'il y a des peuples , il n'y a plus de nobles. Je peux élire le roi de mon Q et trouver le Prince entre mes cuisses dans mon lit, mais en dehors de l'espace particulier et particulièrement fantasmatique de la chambre à coucher, il n'y a plus de nobilité.
  • Est-ce que ce n'est pas précisément l'argument de l'espace clos de la chambre à coucher qui a fait que les femmes ont été enfermées dans l'espace domestique pendant des siècles ?
  • Je ne sais pas. Les choses avaient du s'organiser avant d'être théorisées autour du fait que les femmes allaitaient les enfants, je ne pense pas que cette organisation plaçant la femme hors des espaces publics était liée à la sexualité.
  • Tu es résolument optimiste sur la nature humaine...
  • Pas du tout, réfléchis, ma grand-mère née en 1899 a fait treize grossesses et une de ses filles onze. Les femmes sans moyen de contraception, sans avortement et sans infanticide passaient des années à mettre au monde des enfants, à les allaiter et à s'occuper d'eux pratiquement sans discontinuer. C'est la contraception qui a permis à l'être féminin de se libérer de n'être qu'un ventre et une paire de mamelles. C'est la contraception qui a permis à la femme de disposer de son corps.
  • Ce sont les hommes qui préfèrent raconter que ce sont eux qui ont enfermés les femmes, cela les valorise, cela leur fait croire à un âge d'or où ils auraient eu tous les droits mais c'est une légende, ce temps n'a jamais existé.
  • Quand je vous écoute, j'ai l'impression que vous faîtes de la chambre à coucher la pièce fermée dans le conte de Barbe-Bleue, pièce qu'il ne faut pas ouvrir même si on a la clef et dans laquelle se trouve les cadavres des anciens mariages.
  • Celui-là est trop émotif.
  • Non, c'est un bon motif pour continuer à réfléchir. Il y a les cadavres des anciens mariages, les anciennes relations, celles qui ont abouti, celles qui n'ont pas abouti, celles qui n'existaient pas,
  • Mais ce n'est pas la chambre à coucher cela ! Plutôt l'antichambre de la chambre à coucher ...le sas avant la chambre comme cela se pratiquait en architecture auparavant.
  • Oui, bon c'est un autre sujet de forum. Donc si je reviens à notre discussion, le ONFRAY confond peuple et pauvres, c'est cela ?
  • Il ne serait ni le seul, ni le premier.
  • Et toi, dans ton coin, tu penses à quoi ?
  • Je me souviens que peu de temps après les attentats de janvier 2015, dans l'émission de télé « compléments d'enquête », Nicolas Poincaré a interviewé l'imprimeur de Daumartin qui avait été otage des frères KOUACHI. Il avait raconté que les frères KOUACHi avait évoqué le nom de Michel ONFRAY mais il ne se souvenait pas de ce qu'ils avaient dit, concentré qu'il était à masquer la présence de son apprenti et à essayer de ne pas se faire buter.
  • Et donc ?
  • Ben, cela vaudrait la peine de demander à l'apprenti s'il a entendu ce que les frères KOUACHI racontaient au sujet de Michel ONFRAY à son ancien patron ou d'essayer par l'hypnose d'aider l'imprimeur à retrouver la conversation, il doit y avoir une construction intellectuelle à désamorcer qui n' a sans doute qu'un rapport anecdotique avec Michel ONFRAY. [note du 28 novembre 2015 : http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/michel-onfray-dans-une-video-de-l-etat-islamique-la-polemique-en-trois-actes_1188523.html]
  • Je crois que tu as trop vu de séries américaines quand tu étais petite.
  • Parce que je serais devenue grande, maintenant ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire