lundi 21 septembre 2015

Forum « l'idiot regarde le doigt ».






  • Il y avait un drôle d'article dans le journal LE MONDE de ce dimanche. L'article était au sujet des intellectuels français qui serviraient la soupe au parti Front National, et, bon j'ai lu l'article un peu en diagonale mais il m'a semblé que l'article traite plus de ce que les personnes du Front National s'estiment aidées par les propos, travaux et écrits de ces dit intellectuels mais à aucun moment tu n'as une analyse de ce que disent ces dits intellectuels. Par ailleurs, ils sont en plus tous mis dans le même sac de ZEYMOUR à ONFRAY en passant par FIENKELKRAUT ou TODD.
  • Et tu voudrais quoi ?
  • Ben, c'est toujours la même question très lourde à traiter : est-ce que la pensée de ces personnes puent ? Est-ce que la pensée développée par ces personnes est d'extrême droite ?
  • Et la réponse c'est quoi ?
  • Ben attends, je n 'en sais rien. Je te signale qu'il y a encore des personnes qui s'étrillent au sujet de savoir si la pensée de Heidegger est ou n'est pas en son sein nazie.
  • Moi je croyais qu'à partir du moment où on développe une pensée, on est fasciste.
  • euh ???? Ce n'est pas plutôt si on développe une pensée tout seul dans son coin...
  • Pour moi, la pensée de Heidegger n'est pas nazie mais elle a été produite à une époque où le nazisme émerge.
  • Moi, je croyais qu'à l'inverse si l'on ne pensait pas par soi-même, on était fasciste.
  • Il faudrait peut-être un peu plus de rigueur et de nuances dans vos propos à l'emporte pièce, par exemple définir « penser » , le distinguer de « réfléchir », etc...
  • En fait, ce qui t'indispose dans l'article du journal LE MONDE c'est que l'article évoque un sujet lourd avec une approche de magazine féminin, c'est cela ?
  • Peut-être...
  • Concernant ONFRAY, il paraît qu'il a enfin produit un livre de philo pour sa dernière publication, donc je ne sais pas trop, mais par exemple, pour son université populaire et pour ce que j'en sais, je trouvais qu'il y avait un problème à ce que le mec donne des cours magistraux et dispense le savoir selon les mêmes formes qu'avant 1968 avec lui comme « grand maitre enseignant » ! Cela me semblait totalement ridicule et pas du tout populaire pour le coup, et pour ce que j'en ai entendu, il n' encourageait pas les personnes à développer leur propre pensée face à leur expérience mais il les submergeait de ces propres interprétations, de bibliographies et de lectures indigestes.
  • Ouais, et au fil des années, il a complètement dérapé en « binarisant » les problématiques : alors SARTRE versus CAMUS, FREUD versus le MLF, etc...Même les questions du Trivial Pursuit semblaient moins caricaturales que ses approches ...
  • Moi, la première année de son université, dans les années 2000, j'avais écouté les enregistrements faits par la radio France-Culture. Dans mon souvenir, dans une semaine, t'avais quatre grand cours magistraux et le cinquième cours était dédié aux questions et aux échanges avec les publics. Et à cette occasion, tu te rendais compte que si les questions posées par les personnes du public pouvaient être passionnantes, le ONFRAY, de par sa position de « sachant ayant beaucoup lu », ne les entendait pas dans leur originalité et, pour ses réponses,il se raccrochait toujours aux branches de ce qu'il savait tel un vieux singe des académies.
  • C'est-à-dire ?
  • Je ne voudrais pas généraliser, mais je me souviens par exemple, d'une femme qui demandait ce qu'on peut dire aux enfants si on ne leur transmet plus les dix commandements. Cette femme prenait très au sérieux ce type qui avait écrit une éloge de l 'athéisme. Et le ONFRAY n'entendait même pas la question, le ONFRAY qui avait bien vendu son bouquin vantant les mérites de l'athéisme et dont je ne sais ce qu'il y raconte, mais le ONFRAY, grandi chez les jésuites, se met à expliquer à la dame que l'important n'est pas de prêcher les dix commandements comme une litanie mais de les enseigner en situation !
  • Je ne comprends pas.
  • Ben, si ! le ONFRAY ayant écrit un best steller sur l'éloge de l'athéisme expliquait à la dame que les dix commandements, c'est très bien pour l'éducation des gamins mais qu'il faut savoir comment les enseigner. L'athée valide les dix commandements transmis par Dieu à Moïse !
  • Donc le mec est juste un escroc alors …
  • Ben, dans la matière intellectuelle, tu peux être un escroc qui s'ignore.
  • Je crois que c'est beaucoup plus bête que cela. L'ONFRAY, il a rapport trouble au savoir, très scolaire, enfin aujourd'hui je ne sais pas trop, j'ai arrêté de suivre ce que fait et dit ce mec. Mais j'avais noté qu'il était très scolaire, très laborieux dans ses propos, ce qu'il dit ne parle pas du monde mais de ce qu'en ont dit machin et truc. Pour moi, il est typique du mec qui se croit de gauche alors qu'il est de droite et qu'il pense que ceux qui lisent des bouquins sont supérieurs aux autres.
  • Et ce n'est pas le cas ?
  • Non, c'est juste le rôle social qui n'est pas le même.
  • Il est aussi qu' avec le développement des industries culturelles il y a tellement de merdres et de navets qui sont publiés, qu'ingurgiter tout cela ne fait pas un être supérieur mais du caca dans la tête...
  • Ouais, Il ne faut pas confondre celui qui joue un rôle dans la société et celui qui joue un rôle dans la comédie sociale.
  • Moi, je dirais que la plupart des dits intellectuels deviennent des escrocs en continuant à jouer le rôle de l'intellectuel dans la comédie sociale alors qu'ils ont franchi le Rubicon de leur contribution dans la société et devrait alors vivre en ermite ou à Tahiti.
  • Vous dites trop de trucs à la va vite et par dessus la jambe. A mon avis, le seul « intellectuel » qui dit s'intéresser et travailler pour les peuples et qui est honnête dans ses écrits et sa démarche c'est RANCIERE. Il s'occupe vraiment du sujet et de l'archéologie bourgeoise des connaissances.
  • Y a aussi Vincent DESCOMBES qui lui étudie le langage et ce qui est dit et contribue pas mal à dégonfler les baudruches remplies d'air vicié par les extrêmes.
  • Et donc pas comme dans l'article du Monde où tout est traité de façon pour le moins superficiel, juste machin a dit et truc a dit alors que bidule pense que...
  • Mais le journal LE MONDE est vraiment la référence de la connerie mondialisée, si le journal LE MONDE ne traite cette question de l'extrême droite et des milieux intellectuels que superficiellement c'est parce que « l'idéologie » que prône le journal LE MONDE de nos jours est trouble.
  • C'est-à-dire ?
  • Ben, toute cette hystérie autour de l'ascension sociale, de l'élite sociale, etc... Le journal LE MONDE se veut le journal de l'élite sociale et est acheté par les Iwannabepartoftheupper. Dans ses pubs se mirent les marques du luxe, ses articles sur la mode, la culture ou le savoir-vivre sont smart à la truelle, c'est le journal de la bonne conscience sociale où l'intellect a été lavé à la machine et ne draine plus toute son ambiguïté originelle, bref où il n'y a qu'artefact de pensée, connerie mondialisée.
  • Quand j'étais petite, je n'ai aucun souvenir d'entendre parler à tout-va de l' « élite sociale », pourtant à cette époque dans les médias, tu pouvais voir et entendre des personnes comme FOUCAULT, LEVI-STRAUSS, DERRIDA,
  • Tu nous parles d'élite intellectuelle, là. Ce concept d'élite sociale est peut-être venu du désir dit aristocratique de réunir toutes les élites de chaque corps de métier...
  • Cela me rappelle les réunions qu'organise DIOTIME dans l'Homme sans qualités de MUSIL. A la demande des gouvernants, elle réunit tous les grands savants et penseurs du pays de cacanie et elle se rend compte qu'écouter chaque personne est passionnant mais que ces personnes ne peuvent pas discuter entre elles, voire même se détestent et ce, même pas cordialement, elle découvre avec effroi que la haute connaissance spécialisée ne circule pas et ne créée pas une société aristocratique, soit la possibilité d'une société gouvernée par les meilleurs. Le livre date de 1942 si je ne me trompe pas et MUSIL a commencé à l'écrire en 1922 !
  • Ah, ouais, je me souviens, c'est vachement bien ce bouquin. Il y a un personnage de général qui a été chargée d'espionner ce qui se dit dans ses réunions et il tombe amoureux de l'hôtesse, soit DIOTIME C'est un militaire et il a un point de vue sur les choses intellectuelles qui est plutôt celui d'un homme d'action. A un moment dans le livre, il va à la bibliothèque et il rencontre un bibliothécaire qui lui explique que si il lit tous les livres que lit sa belle alors il pourra savoir ce qu'elle a en tête, devancer ses pensées voire la séduire.
  • T'es sûr que c'est dans le livre ?
  • En tout cas, il y a un laïus sur le fait de connaître les lectures d'une personne et de contrôler son psychisme. Le général est un espion.
  • Ah, oui, d'où le programme de la NSA sur le web !
  • Vous vous êtes trompés de forum.
  • Oui et non, l'article du Monde désigne des lectures comme suspectes, comme le ferait un idéologue d'une machine à surveiller les populations, l'article du Monde n'ouvre pas le capot des véhicules des écrits des personnes soit ONFRAY, TODD, FINKIELKRAUT, etc.. afin d'en démonter les moteurs pour voir s'ils entraîneraient pas un peu trop les individus vers la droite mécaniquement et ce afin de contribuer à crever l'hydre de l'extrême droite.
  • Par exemple, dans la liste, t'as un mec comme le sociologue GUILLUY. Le mec, je l'ai entendu dans le club de la presse d'Europe 1. Pour ce que j'ai pu en entendre, le mec soulève le tapis de l'image de notre société et dit regardez toute cette poussière qui a été mise là en dessous depuis des années, dont tout le monde fait semblant qu'elle n'existe pas et regardez la bien, je vais vous la décrire. Il me semble que ce n'est pas d'extrême droite de faire cela.
  • Je suis assez d'accord. Les mecs et les meufs d'extrême droite, eux et elles, en restent à la grosse bosse qui commence à déchirer le tapis et à prendre toute la place dans le salon et disent « c'est la faute à l'euro et à l'immigration (aux communistes et aux francs maçons)  si le tapis se déchire et qu'il n'y a plus de place dans le salon,  c'est en supprimant l'euro et l'immigration (les communistes et les francs-maçons) que la bosse sous le tapis disparaîtra et qu'il y aura à nouveau de la place dans le salon ! »
  • ah, ouais, je comprends mieux, là...
  • Et toi, tu dis quoi ?
  • Je pense que croire que la crise dite des migrants trouvera une résolution par la fin de la guerre en SYRIE est une erreur. Cette crise n'est qu'un avant-goût des problèmes que pose à l'organisation économique de nos sociétés le fait de passer à dix milliards d'être humains. Ces foules qui veulent vivre et qui débordent des « forces de sécurité des populations protégées » doivent nous obliger à repenser de fond en comble nos organisations. Que 10% s'amuse pendant que 90 % triment ou sont zombifiés et parqués n'est plus possible ...
(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire