samedi 22 août 2015

Forum Agriculture


  • Il ne faut pas laisser les agriculteurs et les éleveurs seuls avec les gens du Front National qui les intoxiquent.
  • C'est-à-dire ?
  • Ben, les problèmes que soulèvent les agriculteurs et les éleveurs sont réels, et de là où je me trouve, je ne crois pas qu'ils demandent la lune. La difficulté est que si il n'y a que des personnes du FN pour discuter avec eux, ils formulent leurs problèmes d'une façon qui va dans le sens des intérêts de l'extrême droite et non pas dans le sens des intérêts des agriculteurs.
  • C'est une spécialité de l'extrême droite de superposer leur grille de lecture distordue sur des problèmes réels.
  • Je ne comprends pas.
  • Ben, par exemple, lorsque les agriculteurs et les éleveurs bloquaient des camions qui venaient d'Allemagne et surtout de Pologne si je me souviens bien, ils ne bloquaient pas des « camions étrangers », ils bloquaient des camions qui contenaient de la marchandise dont ils estiment à raison qu'elle leur fait une concurrence déloyale puisqu'issue d'un dumping social. Le problème n'est pas un problème entre des nations, le problème est un problème entre des modèles sociaux-économiques, pour le coup c'est un vrai problème politique.
  • Les personnes du FN leur glissent un vocabulaire qui n'est pas celui qui correspond aux problèmes qui sont les leurs. Et si un problème est mal formulé, c'est déjà mal engagé pour trouver la solution...
  • Grosso modo, la question n'est pas, par exemple, de « préférer acheter français », il est plutôt de préférer acheter à des personnes qui s'inscrivent dans un modèle économique et social qui correspond à nos choix, des sociétés sans esclaves et apparentés.
  • C'est un peu comme avec les produits fabriqués en Chine, quand tu vois les conditions de travail des ouvriers dans certaines usines, t'as pas envie de participer à cette saloperie.
  • Ou pour les crevettes provenant de Thaïlande ! J'ai vu un reportage à la télé sur le sujet, c'était horrible, tu voyais des bateaux au large des côtes de la Thaïlande dans lesquels sont employées des personnes issues de la minorité ethnique persécutée par les birmanspour pêcher la nourriture donnée aux crevettes. Enfin, « employées », c'est un grand mot, ce sont des camps de travail pire que ceux des nazis...
  • Voilà. Nous ne voulons pas de cela. Ni de près, ni de loin.
  • Pour en revenir à notre sujet, en France, même si certaines fermes sont un peu industrialisées, nous avons encore un modèle d'agriculture avec des paysans à qui la terre appartient. Les exploitations n'appartiennent pas à des fonds de pension ou d'investissement machin truc, sauf la ferme des mille vaches, si j'ai bien compris. Et cette notion, le paysan propriétaire de son exploitation, c'est important de le préserver.
  • T'es pas pour les kibboutz toi ?
  • Si, aussi, mais ce n'est pas contradictoire, les kibboutz appartiennent aux personnes qui y travaillent. Tu comprends la différence ?
  • Et pourquoi c'est important l'agriculture ?
  • Ben, tu vois la richesse dans le monde provient de la nature. C'est l'élément premier. Après tu peux créer des richesses qui en découlent, mais tu ne pourras pas en créer sans. Les apprentis sorciers qui croient qu'ils pourront créer de la richesse ex-nihilo, sont des imbéciles.
  • Donc ceux qui travaillent avec la nature sont des personnes super importantes, alors ?
  • Ben, ouais.
  • Et pourquoi ils ne le disent pas ?
  • Ils s'occupent de faire pousser des légumes, de faire grandir le bétail, de traire les vaches, de sélectionner les graines, etc.. Il ne leur est pas demandé de s'occuper de rhétorique.
  • Ce serait cela alors la trahison des clercs ?
  • Peut-être.
  • Je crois que j'ai trouvé une bonne formulation : à l'instar des paysans du Tiers-Monde, les paysans de nos campagnes demandent aux industriels de l'agroalimentaire et de la distribution de pratiquer avec eux un « commerce équitable » afin qu'ils puissent vivre décemment de leur travail.
  • Est-ce que « Tiers-Monde » est une expression qui s'emploie encore ?
  • Ouais, bon, alors , euh, «  les paysans de nos campagnes demandent à ce que le commerce équitable s'applique aussi à leur production », bon, faudrait affiner, mais avec l'idée de « commerce équitable », on évite le piège nationaliste, ce merdier de l'extrême droite, me semble t'il.
  • Et nous, nous ne voulons pas d'un pays sans paysans. Un pays qui ne vit que du tourisme, c'est un faux pays, un pays kitsch, un magasin de souvenirs...
  • Une bulle avec de la neige, tu veux dire ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire