mardi 6 janvier 2009

CONTE DE NOËL POUR ADULESCENTS



Projet de conte de Noël.
.. ..
Au Ministère de l’Education, se tint une réunion. Le chargé du culte avait une mine grave et dit :
.. ..
« Mes chers collègues et amis, l’heure est grave, il paraîtrait que les enfants ne connaissent plus les chants fondamentaux : par exemple, 99% des enfants interrogés n’ont joué la chanson de geste promenons-nous dans les bois une seule fois dans leur récente existence. Ils auraient à l’inverse la tête farcie de fariboles comme Positive attitude ou albator. A se demander à quoi pensent les éduquer leurs parents et leurs éducateurs ! »
-         Je crois qu’ils sont programmés par l’industrie culturelle à regarder des dessins animés et des chanteurs pop se trémousser toute leur vie, dit l’un parmi les collègues.
-         Oui, dit un autre parmi, et l’industrie des images animées pornographiques maintiendrait un minimum d’activité par mimétisme et ainsi la survie de l’espèce, mais il semblerait que les observateurs aient noté un hiatus sur ce dernier point, le voyeurisme étant le point aveugle de cette conception.
-         Et pour cause, dit celui-là parmi également.
-         Je suis dépassé, dit le chargé du culte effondré, je suis de la vieille école. »
.. ..
Le stagiaire, frais émolu des écoles de l’administration, ne comprenait goutte à cette réunion qui lui avait été signalé comme au sommet. Il avait étudié ..la PNL.., les techniques de communication de masse, les messages subliminaux et les messages subliminaux au messages subliminaux mais Promenons-nous dans les bois, là vraiment il ne connaissait pas, il n’avait lu aucun profil-dossier ou publication à ce sujet. Etait-ce une référence culturelle cachée aux Bois de Boulogne ? aux Bois de Vincennes ? était-ce une réunion codée ? Quel grille de décryptage devait-il mettre en œuvre ? Pour ne pas avoir l’air d’être de reste, il demanda d’une voix qu’il prit soin de moduler enchanteresse quoique sérieuse et posée :
.. ..
-         Quel est le panel d’enfants représentés ?
.. ..
Le chargé du culte sembla s’éveiller hors de sa colère l’enfouissant et une lueur brilla dans ses yeux.
.. ..
-         A votre avis ?, demanda-t’il au jeune stagiaire fraîchement émoulu.
-         Je ne saurais avoir d’avis en cette matière, répondit le jeune émoulu franchement stagiaire légèrement décontenancé, les sondages sont une procédure scientifique et leur résultats doivent être accompagnés d’une notice détaillant ce genre d’informations.
-         Procédure scientifique ? demanda goguenard le chargé du culte se réchauffant, Ah, ah, je vois, mais de quelle science parlez-vous là, jeune homme ?
.. ..
Le jeune stagiaire fraîchement dévolu et fin grossier technicien resta paralysé, sans voix et émietté sur sa chaise suite au regard fulgurant adressé par le chargé du culte se régénérant.
.. ..
« La démonstration est terminée, messieurs, vous pouvez constater par vous-même à quel point la situation est grave, ces jeunes imbéciles ne savent même plus qu’ils sont de jeunes imbéciles, gonflé qu’ils sont de savoirs inutiles. Quant à celui-là, je ne sais pas, que peut-il être fait de quelqu’un qui n’a jamais joué la chanson de geste Promenons-nous dans les bois ! ma foi, cela me dépasse ! Vraiment, je ne comprends plus à quoi peuvent être utiles ces petits crétins arrogants ! que proposez-vous ? »
.. ..
-         Je n’ai pas bien compris la démonstration, dit celui parmi qui n’avait rien écouté, perdu étant qu’il était dans des pensées telles avait-il oui ou non fermé le gaz en quittant sa maison, la maison ayant brûlé, en aurait-il été déjà averti, dans l’hypothèse où son téléphone portable serait sur lui, cependant pourquoi les pompiers connaîtraient-ils son numéro de téléphone portable, peut-être la concierge pourraient le leur donner, seulement n’avait-il vraiment jamais vu une seule concierge dans une maison, et d’ailleurs celle-ci aurait sans doute elle-même brûlé dans l’incendie lui-même, à moins que, cependant, d’ailleurs où habitait-il exactement?, Je n’ai pas bien compris vraiment, la démonstration, vraiment…, répétait celui qui parmi en se reprenant.
.. ..
.. ..
Le chargé du culte du Ministère de l’éducation se sentit seul. La démonstration lui avait pourtant sembler si brillante. Il s’échappa, regardant ses mains et avant-bras, en se félicitant de ne plus avoir à s’épiler que tous les trois mois désormais puis revenant rapidement dans la pièce, à ses collègues et amis, dit :
.. ..
- La réunion est suspendue. Merci de demander aux secrétaires de balayer ces miettes de stagiaire. Merci, messieurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire