mardi 30 août 2016

Papy MEUJOT et la consolidation de la modification.



Papy MEUJOT lisait le journal et notamment l'interview par une journaliste d'une dame présentée comme philosophe et dramaturge au sujet d'un traité des bons sentiments qu'elle aurait écrit (cf. l'interviewlà). Papy MEUJOT trouvait les propos échangés complétement débiles mais il se garderait bien de le dire à qui que ce soit. « Bien sûr, cela ne donne aucune indication sur la valeur du livre dont elles parlent, » se disait Papy MEUJOT.  En effet, combien d'élèves ont été éloignées des livres de littérature ou de philosophie par les cours censés leur en parler ? Combien de prof de français névrosés n'ont pas su dire à leurs élèves « Je ne saurais rien vous en dire puisque c'est à vous de vous y coller, de les lire et d'y trouver ce qui vous concernera. » afin de leur permettre de se jeter à l'eau et de lire ? Combien de prof n'ont pas eu le courage de dire à leurs élèves qu'il ne pourrait que leur raconter des histoires et des anecdotes au sujet des livres en question mais que tout cela n'est rien, même pas pipi de chat, car il faut qu'eux, êtres en devenir, trouvent les livres qu'ils doivent lire. ? Combien de prof de philo n'ont pas eu le courage de venir faire cours en toge en laissant SOCRATE s'emparer d'eux afin de le laisser dialoguer librement avec la jeunesse attentive? « Quel gâchis ! » marmonnait Papy MEUJOT.
Papy MEUJOT ne comprenait pas l'interview de la dame au sujet de son traité sur les bons sentiments « Apparemment, la dame se situe dans une histoire de la langue et étudie l'évolution de l'expression « bons sentiments » mais à aucun moment n'est cité, par exemple, au hasard, l'expression « l'enfer est pavé de bons sentiments. » ! » Papy MEUJOT mit un certain temps à élucider d'où venait la gène qu'il éprouvait à l'égard des propos de l'une ou de l'autre damoiselle au sujet des « bons sentiments ». « La difficulté, et spécialement en terme de morale, est bien qu'entre les mots et les choses il y a un monde, une langue et un corps ! Sans parler même des mondes, des langues et des corps ! Lorsque qu'une personne parle de « bonté » à une autre, il y a fort à parier qu'elles ne parlent pas de la même chose. C'est bien la peine de se dire philosophe et dramaturge si ce n'est pour convoquer la scéne comique du langage avec ses trappes, ses décors peints en trompe l'oeil et ses cintres d'où il est possible de faire croire s'être envolé tout en continuant à regarder la scène... » Mais à mesure que Papy MEUJOT retrouvait le fil de ses idées, il entendait déjà les pies jacasser et lui dire « tu as mauvais esprit ! ». « Non, disait-il aux pies, il faut avoir connu les déserts arides où les mots et les paroles s'évaporent aussitôt, les régions des lacs gelés où les paroles se figent et les mots se brisent, les couloirs venteux qui arrachent toutes paroles avant même qu'elles aient pu sortir de la gorge, toutes ces régions hostiles où le corps reste nu et l'homme dépourvu. Et tous ces pays en guerre où chaque parole blesse et où les mots sont flêches. IL FAUT AVOIR TRAVERSÉ TOUT CELA POUR SAVOIR CE DONT IL EST PARLÉ ! » Papy MEUJOT hurlait alors que les pies s'étaient déjà envolées. Il trouva aussitôt son emportement et son emphase ridicule et inapproprié. « Je ne devrais pas dire de telles choses. Ce n'est pas ainsi. »
Papy MEUJOT alla donc se promener pour respirer et tenter de reconnaître et nommer toutes les plantes qu'il croiserait le long du chemin. «  Je suis terriblement superficiel, pensa t'il soudain. » Et cette pensée le rasséréna.

Forum : « quel est le point commun entre un gaucho, un cow boy et un armailli ? »


  • J'ai encore entendu un mec, Pierre JACQUEMAIN, parler de sa déception quant au quinquennat de HOLLANDE ( Cf.là) et j'ai à nouveau ressenti cette sorte d'incompréhension : comment ont-ils pu croire que HOLLANDE était un mec de gauche ? Bon, il était possible de croire qu'il ferait plus de trucs clairement marqués à gauche, par exemple, j'ai cru qu'il mettrait en œuvre le droit de vote pour les résidents dans le cadre des élections locales. Mais HOLLANDE ne sortait pas de nulle part et à part son fameux discours de campagne où il fustige la finance, il disait souvent des trucs de bon centriste propre sur lui.
  • Et puis quand il était secrétaire du parti socialiste, tu ne peux pas dire qu'il y avait une forte direction à gauche.
  • Je ne suis pas d'accord, l'absence de direction claire peut être perçu comme la tentative de trouver une façon de gouverner des individus à gauche.
  • J'ai entendu cette émission de radio. Le mec est un jeune qui a été conseiller dans le cabinet de EL KHOMRY, dans son cas, c'est sans doute sa jeunesse qui peut expliquer son aveuglement...
  • D'après ce que j'ai entendu, ce mec n' était pas vraiment dupe d'HOLLANDE, si j'ai bien compris, il est arrivé en politique via DELANOE qui n'est pas un grand fan d'HOLLANDE à ce que je sache. Ce qui m'étonne plus, c'est l'incapacité de toutes ces personnes à articuler un discours qui dépasse leur cas personnel sans dérouler une série de clichés éculés : le problème de la gauche politique à gouverner n'est pas un problème qui serait apparu aux yeux du monde entier en 2012, c'est un serpent de mer !
  • Donc il y a un problème de langage pour nommer ce qui se passe ?
  • C'est-à-dire ? De quoi parles tu parles de « ce qui se passe » ? ce qui se passe … Où ? Quand ? Comment ?
  • Le gouvernement JOSPIN avait déjà posé des problèmes aux yeux de ceux qui les avaient élu ! Alors bien sûr il y avait eu les trente cinq heures qui était la bonne grosse mesure de gauche, historiquement cela faisait oublier un tas de petits abandons et de lâchetés que les électeurs n'avaient eux pas oublié de sanctionner en 2002 !
  • Ouais, de toutes les façons, l'instauration des trente cinq heures dans les années 90, même Martine AUBRY, à l'époque était contre et trouvait cela inapproprié, mais bon, elle a mangé son chapeau et aujourd'hui elle incarne paradoxalement la mesure alors que les trente cinq heures en France résultent de la pensée volontariste de JOSPIN et STRAUSS KHAN.
  • Ben, ouais, un mec qui ne comprend pas qu'il baise avec une prostituée mais croit baiser avec une nana qui a envie, peut, de la même façon, ne pas comprendre que la gauche politique ne veut pas trente cinq heures de travail par semaine mais des écoles qui marchent, du boulot pour les jeunes, une économie productive et dynamique, une agriculture respectueuse et prospère, etc.. bref, un pays où il fait bon vivre avec peu d'inégalités sociales.
  • Donc Jospin tombe en 2002 et là, la gauche ne fait pas le boulot. Ils nous tartinent de conneries contre le FN épouvantail, mais ils ne font pas le boulot : les électeurs ne les ont pas compris, blabla, c'est la faute à l'éparpillement des candidats, blabla et ils continuent à ne dire que des bétises et à se vautrer en parlant de la KULTUR et des HARTISTES sans se rendre compte qu'ils sont devenus des notables de centre droit !
  • Je suis assez d'accord ! Mais qu'est-ce qu'on a pu entendre comme âneries depuis 2002 ! et je passe sur l'époque de l'apparition de la Vierge en 2007 avec la candidature de ROYAL ! Et ensuite, t'as la mystification de l'élection d'HOLLANDE à la primaire de 2012 ! Je ne comprendrais jamais pourquoi AUBRY n'a pas été désignée ! Parce qu'elle est une femme et parce qu'elle est de sa génération sont les seules explications que j'ai pu trouver. Et pour moi, tous les MONTEBOURG, FILIPPETTI et compagnie ne sont pas crédibles en champion de la gauche tant qu'ils ne nous expliquent pas pourquoi ils étaient du côté de HOLLANDE en 2012 car la seule explication que j'ai pu trouver était un motif de carrière personnelle.
  • Empêcher la gauche d'accéder au pouvoir et y préférer un bon gros centriste pour sa petite carrière personnelle c'est quand même trahir l'Histoire et sa hache !
  • C'est le moins que l'on puisse dire ! Dans ce panier de crabes, je préfère encore VALLS, il a pour lui d'être sincère et d'essayer de faire, quitte à faire des conneries mais au moins il est penché sur l'établi et produit.
  • Ouais, enfin, tu peux te tromper et les autres aussi. Chacun peut faire des erreurs.
  • Y a aussi l'époque qui était bizarre, il ne faut pas oublier ! T'avais à la fois l'agonie du patriarcat, l'affirmation des femmes et de la liberté sexuelle dans la scène publique, T'avais toute une génération qui n'a jamais cru en Dieu sans avoir besoin de faire croire qu'ils y croyaient qui accèdait à des postes de direction, t'avais aussi les petits malins de l'informatique qui faisaient le web et avaient des revanches sociales à prendre après avoir longtemps été contenu dans les sous-sol des entreprises tout en se marrant de leur puissance advenue avec des blagues de potachee et en toute inconscience, t'avais une modification des conditions de la visibilité de la connaissance, etc, etc.. Donc tout ce contexte d'exitation de noyaux atomiques sociaux faisait diversion pendant que les mecs et les meufs dits de gauche se contentaient juste du spectacle, du show et des bons mots ! Apparaitre et participer à la société du spectacle ne fait pas avancer la gauche politique, aurait pu dire Guy DEBORD
  • Ouais, j'entends l'autre jour, je ne sais plus sur quel support média, quelqu'un dire qu'HOLLANDE est bon pour écrire et dire des discours. Et alors, t'es obligé de rire ! Ce n'est pas ce qui est attendu d'un mec à qui a été confié un pouvoir exécutif …
  • Ouais, mais bon, c'est juste cela, c'est assez vrai. Il n'est pas le seul. T'as de plus en plus et de façon caricaturale des hommes et des femmes politiques qui font juste des discours et qui sont assez bon là-dedans. T'as l'impression qu'ils se croient dans une série télé ou un film et quand ils parlent, c'est le moment où ils apparaissent dans le champ et disent leurs textes qui sera retenu par l'histoire et vu par les téléspectateurs mais leurs actions en hors champ n'existent juste pas ! Ce sont des comédiens ! Ok, ils écrivent eux mêmes leurs textes, super, m'enfin cela n'a jamais été de la politique.
  • C'est juste glaçant !
  • C'est pour cela que tu te méfies de MONTEBOURG ou de FILIPPETTI ?
  • Oui, eux, t'as carrément l'impression qu'ils entendent la musique d'accompagnement qui sera placé au montage des images de leurs interventions …
  • Tu peux mettre DUFLOT dans le même lot . ..
  • Ils sont juste une caricature survivante de l'homme et la femme politique du XXe siècle mais c'est un peu court pour mettre en œuvre une politique au XXIe siècle et a fortiori une politique de gauche gouvernementale !
  • NAJAUT- BELKACEM, elle est pareille, non ? De la même façon, elle produit des discours et des conférences de presse, elle les interprète plus ou moins bien avec « passion » mais cela ne suffit pas à mettre en œuvre une politique d'éducation nationale à l'échelle d'un pays.
  • Mais pourquoi est-ce qu'ils confondent comédie et action politique ?
  • Parce que DIDEROT n'a pas encore écrit «  le paradoxe de l'homme politique » !
  • Aaaaah, nous comprenons tout tous beaucoup mieux maintenant !!!
  • Je ne suis pas exactement d'accord avec vous. Tu peux gouverner par la parole et créer de l'action par des discours à la condition d'avoir une parole qui articule des phrases construites. Tu peux gouverner par la parole si tu parles la langue.
  • Je ne suis pas sûre d'être d'accord avec toi : d'une part, la connaissance du langage est la chose la plus dure et cela peut faire l'objet d'une vie, tu peux même y perdre la raison et il y a une dimension religieuse dans le cadre d'un gouvernement de paroles.
  • Ben, il faut des hommes et des femmes de parole pour créer un gouvernement par la parole.
  • Je n'avais pas pensé auparavant à la dimension sexuelle de l'expression « prendre la parole ».
  • Ouais, ouais, c'est bien joli tout ce que vous dîtes, mais concrètement, dans le cas de la politique française et de la ministre de l'Education Nationale, nous sommes plutôt du côté du latin de cuisine ou de la télénovella.
  • J'ai de la peine à admettre l'idée que tu peux être ministre de l'éducation nationale à moins de quarante ans. Il me semble qu'il doit te manquer une longueur de vue et une perspective pour en parler.
  • Tout à fait d'accord et on en revient à ce que racontait ce jeune ex-membre du cabinet de la EL KHOMRY : Pour la loi travail, HOLLANDE met en action la EL KHOMRI pour faire déplacer les médias et parler les syndicats pendant que la technostructure produisait la loi.
  • La Delphine BATHO avait déjà peu ou prou raconté le même type d'histoires.
  • Moi, je l'ai déjà dit. S'il existe une technostructure, ce n'est peut-être pas un mal, le monde est complexe et il faut des spécialistes qui maîtrisent techniquement leur sujet et ses évolution possibles. Mais alors pour compenser cela, il faut les faire travailler non pas avec des élus au suffrage universel mais avec des élus tirés au sort parmi les citoyens. Ainsi, il n'y aura pas de conflit de compétences : les élus sont tirés au sort, ils n'ont pas de compétences particulières si ce n'est de représenter les peuples et les populations et la technostructure devra expliquer ce qu'elle doit faire jusqu'à ce que les élus tirés au sort comprennent. Les élus tirés au sort n'auront aucun problème à dire qu'ils ne comprennent pas puisqu'ils auront juste été tirés au sort. Ainsi tu casses les possibles abus de pouvoir par la nécessité de la pédagogie. Les mecs de la technostructure peuvent mener en bateau les ambitieux et les petis malins, mais l'idiot utile au service de l'intérêt général, à mon avis, non...
  • C'est de la théorie.
  • En tout cas, cela fera faire de grosses économies à l'état. Plus besoin de campagne électorale, plus de campagne de pub, plus d'affichage, etc...
  • Ben, faudra restructurer le secteur de la comm, mais bon, cela a bien été fait pour la sidérurgie...
  • Là, je recommence à voir un avenir, il y a une technostructure, des personnes tirées au sort qui essayent de faire le boulot de gouverner au mieux et par ailleurs t'as des acteurs qui font des spectacles et des films et là tout à coup, cela respire mieux, c'est plus clair.
  • Et qui prend la parole dans ta vision ?
  • Quelle parole ?

Soutien aux producteurs de lait demandant un prix d'achat correct de leurs productions : Boycott des marques de ceux qui les payent mal !


faire une vacherie par manuelle-yerly

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/laval-un-blocus-des-agriculteurs-pour-faire-pression-sur-lactalis-4425359
http://www.europe1.fr/economie/combien-les-agriculteurs-gagnent-ils-sur-une-bouteille-de-lait-2829988

Nous soutenons le modèle de production français, nous ne voulons pas de ferme à plus de 1000 vaches et nous souhaiterions que les différents acteurs de la filière s'engagent de la même façon dans un avenir agricole qui sent encore la bouse ! Non aux usines à lait !

samedi 27 août 2016

Forum : « Gisele Halimi mange du surimi en bikini et réfléchit au burkini en cati-mini» .



  • Je crois qu'en fait les anglais qui ont publié dans leurs journaux les photos des flics demandant à une femme sur une plage d'enlever une partie de ses habits sont en fait fascinés parce qu'en France, des flics peuvent, au nom de la loi, demander à une femme de se déshabiller. Ce qu'eux, anglais gouvernés à plusieurs reprises par des reines-mères castratrices, sont incapables d'imaginer !
  • Quand tu arrêteras de dire des conneries, tu nous feras signe !
  • Je ne dis pas des conneries ! Les anglais et leurs rapports au corps, tu peux écrire quatre volumes là-dessus ! Ils sont complétement névrotiques !
  • Moi, j'avais connu un anglais, bon, ses parents étaient quakers, donc c'est peut-être un peu spécial mais il m'avait dit que culturellement, les anglais ne se touchent pas, tout doit passer par le langage.
  • C'est-à-dire ?
  • Ben, par exemple, une mère va consoler son fils par le langage et non pas par des gestes, même s'il est petit.
  • Et tes infos, elles datent de quel siècle ?
  • Je ne crois pas que cela soit une question de nationalité. Est-ce que cela n'est pas plutôt une question de sensibilité ?
  • Hum... Sensibilité à quoi ?
  • Il me semble que ce que l'on nomme « nationalité » c'est en fait l'ensemble de trucs et des machins que te transmet l'école publique.
  • Et quel rapport entre Jules FERRY et le burkini ?
  • Je crois, pour ma part, que ce sont ceux qui rendent synonymes « burkini » et « musulman » qui se trompent! Je pense qu'une femme peut être musulmane et se baigner en maillot de bain. Le burkini correspond à une pensée qui veut que la femme doive se cacher le corps. Et à mon sens, cela n'a rien à voir avec de la religion.
  • Ce n'est pas un truc érotique, plutôt ?
  • Erotique de couple, tu veux dire ?
  • Je trouve que l'on devrait nommer les personnes qui veulent se baigner toute habillée des burkinistes et donc t'aurais l'ensemble des bukinistes, l'ensemble des musulmans et à l'intersection t'aurais les musulmans burkinistes. Ainsi, serait mieux compris de tous que tu peux être musulman et ne pas être pour le burkini. Il existe des musulmans non burkinistes...
  • Et quel rapport avec les bouquinistes ?
  • J'ai lu dans le journal une meuf qui expliquait qu'elle n'avait pas pu se baigner à la plage avec ses enfants : son mari était allé demander si sa femme pouvait se baigner avec son maillot quatre pièces auprès des surveillants de baignade qui avait essayé de comprendre ce qu'il voulait dire puis lui ont dit que si avait dit que si c'était un burkini c'était non parce qu'ils seraient obligés de le signaler blabla. Et la meuf qui racontait tout cela disait qu'elle était dégoutée parce qu'elle n'avait pas pu se baigner avec ses enfants, blabla.
  • Et alors ? C'est vrai que ce n'est pas cool, non ?
  • En fait, la femme a fait un choix : elle a préféré de ne pas se baigner avec ses enfants pour rester dans son trip « je me couvre le corps », plutôt que d'aller se baigner avec ses enfants en maillot de bain en faisant une petite entorse à ses grands principes.
  • Ouais, mais bon, j'imagine que ses enfants ne l'ont jamais vu en maillot de bain ! C'est un mode de vie ...
  • Ouais, c'est cela, « maman est sacrée et personne ne la voit jamais toute nue sauf papa », c'est cela ?
  • J'avais vu un film où un gamin allait au hamman avec sa mère et voyait toutes les femmes et les filles de son quartier nues ! C'était vachement bien ce film, je ne sais plus où il se passait, en Algérie ou en Tunisie, peut-être.
  • Est-ce qu'il y a des hammams en Arabie Saoudite ?
  • Je ne sais pas.
  • Moi, au début de ces affaires sur le burkini, je me disais que les maires qui prenaient des arrêtés municipaux anti-burkini étaient des gros fachos, blabla et puis, tout à coup, j'ai compris et j'ai complétement changé d'avis. Par exemple, dans l'histoire du parc aquatique privatisé pour une journée blabla, les bikinis étaient interdits. C'est-à-dire que des femmes dont les enfants auraient été copains avec des enfants dont les mamans se baignent en burkini n'auraient pas pu aller à cette journée ou alors auraient été obligés de porter un burkini : vivre ensemble oui mais en burkini. J'ai compris alors que la réponse des maires à ces mères devenait : vivre ensemble oui mais sans burkini !
  • P'tain, c'est compliqué !
  • Non, ce n'est pas compliqué, il faut en discuter. Et les anglais de la City qui veulent juste gérer le fric des pétromonarchies et qui ont des plages nulles, préfèrent, en bon commerçant, contourner le problème.
  • Cela n'a aucun rapport avec le sujet mais est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi les accords du Touquet ne seraient pas renégociés ? Pourquoi les français ne profiteraient pas de la sortie de la Grande-Bretagne du club européen pour renégocier cet accord pourri ? A part le fait que Theresa MAY n'aurait pas trompé son mari avec François HOLLANDE au sens de Michel ROCARD, je ne trouve aucune explication plausible.
  • Moi, j'avoue que je ne comprends pas trop ce débat sur le burkini. J'habite près de la Manche et bon, l'eau est plutôt fraiche, il y a des surfeurs et des planchistes, donc bon, les gens portent des maillots de bain de toutes formes et surfaces, d'autres sont en combinaison de planche et marchent dans l'eau, ou, on en voit moins, m'enfin, y a toujours une ou deux mémés qui se baignent avec des bonnets de bain affreux avec pleins de fleurs en plastique pour protéger leur cheveux de l'eau salée, etc... Donc, bon, tu pourrais très bien avoir parmi les personnes en combinaison des musulmans qui ne veulent pas montrer leur corps ou d'autres avec des bonnets de bain pour cacher leur chevelure, etc...
  • Donc pour toi la problématique c'est soit les musulmans veulent se cacher le corps en se baignant pour respecter des interdits religieux et donc ils peuvent trouver moyen de le faire en s'accommodant des coutumes locales, soit ils promeuvent une mode vestimentaire qui se remarque et qui cache le corps et ce pour affirmer un mode de vie, C'est cela ?
  • Peut-être, je ne sais pas. Je ne suis pas sûre de comprendre ce que tu dis.
  • Bon, disons- le autrement : soit je cache mon corps pour une question intime dans le cadre de ma relation avec Dieu et par conséquent je m’accommode pour pouvoir le faire, soit je montre aux autres que je cache mon corps et j'encourage les autres à faire de même.
  • Ah, ouais, ce n'est pas pareil ...
  • Mais est-ce que ce n'est pas un truc de Q, genre ils doivent se cacher le corps pour qu'il ne soit vu que pour la baise, grosso modo pas nitendo ?
  • Non, mais ce sont les femmes qui doivent se cacher le corps, pas les hommes ! Les bourges françaises et d'Europe, au début du tourisme de mer, se baignaient aussi toutes habillées. Je n'arrête pas de le dire : ce n'est pas la religion x ou y qui demande aux femmes de se cacher le corps ! « Cachez ce sein que je ne saurais voir ! ».
  • Je te signale que Tartuffe est un curé …
  • Non, Tartuffe est un tartuffe et à l'époque de Molière, il exerce la profession de curé...
  • Je comprends que lorsque tu vis dans le désert, tu doives te cacher le corps et te protéger la tête des rayons du soleil et aussi du vent, du sable. Je comprends qu'un niquab dans une tempête de sable c'est un truc pratique pour circuler, que tu sois un homme ou une femme. Mais, bon, une fois sorti du désert, cela devient plutôt anecdotique, exotique, pas pratique.
  • Et, ben, moi, un jour, sur une plage en Bretagne, j'ai vu une famille avec la femme habillée en mode pudique machin. Et c'est vrai que je trouvais qu' ils étaient dans un autre trip que les autres familles de la plage. Ceci dit, t'as aussi les jeunes couples sans enfants qui lisent des gros bouquins sur la plage qui sont aussi dans un autre trip …
  • Ouais, m'enfin, je te rappelle qu'il faut quand même se méfier un peu de ses perceptions …
  • Pourquoi ?
  • Parce que la plupart du temps, tu perçois surtout le reflet de ta propre connerie sur le monde !
  • Ah, bon ?
  • Pour ce que j'en sais, les naturistes aussi sont intolérants face aux personnes qui portent des maillots sur les plages qui leur sont réservés.
  • Je ne connais pas vraiment le problème. Près de chez moi, il y a un bout de plage réservée aux naturistes depuis les années 70 mais en fait, de nos jours, tout le monde l'appelle le coin des PDs, c'est un endroit de drague pour les mecs où ils peuvent se montrer et se mater leur matériel.
  • C'est un mode de vie, hein...
  • Justement, si je fais le parrallèle entre naturiste et burkiniste, je ne peux pas m'empêcher de penser que ce burkini est un retour en arrière pour les femmes. De la même façon, quand j'entends des femmes dire que « c'est bien de réserver des salles pour les femmes pour celles qui veulent être tranquilles sans être embêtées par les hommes », j'ai l'impression d'entendre ma grand-mère lorsqu'elle disait qu'elle était plus tranquille depuis la mort de son mari parce qu'il ne l'embêtait plus ! Cette femme s'est quasiment fait violer toute sa vie par son mari et c'est cela qu'elle nommait pudiquement « se faire embêter ».
  • J'ai envie de dégueuler.
  • ...Cette femme « s'était » faite violer...
  • Je ne comprends pas.
  • Cette femme s'était faite violer par son mari et aujourd'hui elle ne se fait plus violer.
  • Ah, oui.
  • Çà va mieux ?
  • Oui.
  • Et toi, tu ne dis rien, tu penses à quoi ?
  • A Hitler défendant le droit des peuples à disposer d'eux-m^mes devant l'assemblée de la SDN (Société des Nations) à Genève afin de récupérer les Sudètes.
  • C'est gai …
  • C'est gay ?
  • Ouais, c'est peut-être bien et plus sage. Mais au moins pendant cette séquence, nous aurons eu une conférence de presse conjointe où le ministre de l'intérieur (soit le chef des flics) a dit qu'il devait régner en France la fraternité, que les uns et les autres devaient pouvoir vivre ensemble sans provocation et sans stigmatisation et où le président du conseil français du culte musulman en France a affirmé que les musulmans étaient pour l'égalité entre les hommes et les femmes. Donc, bon, je trouve que le schmilblick a quand même bien avancé.
  • Ha, Papy MEUJOT ! Çà va ?
  • Çà va.

mercredi 24 août 2016

post porno, étude VIII, suite

http://www.dailymotion.com/video/x4q1t9i_post-porno-etude-viii-suite_creation

Les années 90 : à cette époque, nous utilisions le moteur de recherche ALTA VISTA.

Les années 2010.



Souvent pour aller de mon village au village voisin, j'emprunte une route que mes parents désignaient par le terme de la « vieille route », terme qu'ils devaient tenir de personnes du village à une époque où dans le vieux bourg, il y avait encore le café épicerie LECOQ. Ce caractère « vieux » devait correspondre à l'époque antérieure à la construction de la quatre voie qui mène au Barrage de la Rance construit dans les années 60. Cette vieille route devait traverser majoritairement les bois des Ponthual, noblesse de l'ancien régime, chassée à la Révolution puis tentée d'être restaurée dans le chaos de la suite, noblesse qui ne devait son titre et ses terres qu'au dévouement d'un des leurs en tant que premier écuyer loyal d'un roi de France. Pour ce que j'en ai compris, l'histoire de France à ce niveau de proximité n'étant pas enseignée et transmise de façon sûre et consensuelle. Bref, sur cette vieille route, on perçoit encore ici la trace d'un moulin qui devait fonctionner avec une rivière qui devait être surmonté d'un pont qui apparaît encore dans les noms des lieux-dits, et là la présence des bois aujourd'hui quasi disparu alors que les biches s'obstinent à traverser encore les champs de blé ou de maïs. Ces dernières années, beaucoup de maisons ont été construites sur cette route, avec toujours cette interrogation en arrière plan de ma part concernant l'endroit où peuvent bien travailler ces personnes puisqu'il n'y a pas de boulot dans le pays mais j'ai fini par comprendre que ce n'était pas parce que je n'avais pas été foutu de trouver du boulot que personne n'en trouvait. Bref, je passe souvent sur cette vieille route et à force de passer et repasser, j'ai parfois discuté un peu avec le couple d'agriculteurs dont les terres longent le chemin. Ils ont une fille autiste et avaient un fils qui est mort. L'homme a eu un cancer, peut-être une leucémie qui est en rémission. Ils sont aujourd'hui à la retraite et produisent encore un peu sur un bout de terre, le tout entouré de fleurs qu'il me plait de contempler en passant. Ils louaient le reste de leurs terres à l'agriculteur qui fournit l'AMAP du village mais ne voulaient pas vendre leurs terres. Un jour, la femme m'a emmené dans la serre pour me donner des salades et des radis. C'est là qu'ils ont installé leur vélo d'appartement pour faire de l'exercice. Il y avait ce jour-là dans l'air une drôle d'odeur et elle m'avait expliqué que c'était ses nouveaux voisins qui avaient fait amener des bois ______ pour faire des barrières, je lui ai alors demander si c'est de là que venait l'expression ______________, mot et expression dont je ne me souviens plus du tout aujourd'hui. La dame ne savait pas parce qu'elle ne connaissait pas l'expression. Elle m'avait expliqué que chez ses nouveaux voisins, la dame et la fille « montaient », c'est-à-dire qu'elles « montaient sur des chevaux » , et elles se faisaient installer une petite (grande) aire pour faire joujou et sauter des obstacles avec leur monture, d'où la présence des bois ________. Elle m'avait dit que les nouveaux voisins étaient des anciens de chez LACTALIS. Je lui avais fait répéter parce que j'avais compris ACTHALYS et je m'entends encore lui dire « Ah, ouais, LACTALIS, ce sont ceux qui exploitent les paysans qui font du lait ! » Elle avait souri mais m'avait ensuite récité une leçon selon laquelle il ne faut pas être jaloux des personnes qui s'enrichissent par leur travail. Je me souviens de ne pas avoir eu la délicatesse de laisser tomber (personne n'a envie de se fâcher d'emblée avec ses nouveaux voisins) et je lui avais fait remarquer qu'entre gagner de l'argent en exploitant le travail des autres et gagner de l'argent par son propre travail, il y avait une différence. La conversation avait un peu tourné à l'eau de boudin, ce qui n'est jamais vraiment grave à la campagne puisque quoiqu'ils se disent, le soleil continuera de se lever chaque matin, les graines à germer, les oiseaux à chanter, les mammifères à se renifler les fesses et le sexe pour savoir s'il est possible de copuler et chacun aura oublié les âneries qu'il aura pu ânonner la veille. C'est pourtant bien ce monde-là qui serait en train de disparaître si personne ne fait gaffe.
Parfois, en passant, sur la « vieille route », je vois dans l'enclos aménagé quelqu'un sur un cheval qui passe les obstacles comme dans les compétitions sportives retransmises à la télé et je ne peux m'empêcher de trouver cela profondément ridicule et inopportun. Et de me souvenir vaguement de textes de Pierre BOURDIEU sur les stratégies de différentiation et distinction sociale.

Note technique en direction de Meriam ABIDI et Inna SHEVCHENKO.



Nous avons lu dans le journal de Libération du samedi 20 et dimanche 21 août 2016 le portrait de Meriam ABIDI écrit par Inna SHEVCHENKO. Respect pour Meriam. Dans l'article, nous avons pu lire ceci « La culture de la honte est au coeur des morales islamiques. En vivant en dehors des règles, tu es responsable de la honte que tu apportes à ta famille et à ta communauté entière. Et donc tu dois être punie. » A notre avis, c'est se tromper de restreindre « la culture de la honte » aux seules morales dites « islamiques ». la liste pourrait être longue des « hontes » socialement utilisées pour réguler : la honte d'être au chômage, la honte d'être pauvre, la honte d'être riche, la honte d'être pucelle, la honte d'être dépucellée, la honte d'ignorer, la honte de trop savoir, la honte de ne pas avoir de smartphone, la honte de ne pas savoir qui est machin-truc qui fait la une de Paris-Machin, etc.. Oh, la honte ! En Occident, et pour ce que nous en savons « la culture de la honte » étaient aussi liées aux morales dites « catholiques » lorsque celles-ci représentaient encore un pouvoir temporel réel soit ce qu'aujourd'hui le marketing désignerait peu ou prou par « pouvoir prescriptif important pour les comportements. ». Je ne connais pas bien le Coran mais dans le nouveau Testament, Jesus dit à Marie Madeleine soupçonnée d'adultère « va, je ne te juge point. » Ce n'est pas le message chrétien qui nourrissait cette « culture de la honte » mais c'était cette « culture de la honte » qui se servait de la religion catholique alors majoritaire comme régulateur des consciences pour imposer son pouvoir sur les corps et les esprits. Et nous supposons qu'il en serait de même de nos jours avec la religion musulmane. Pour ce que nous en avons compris, les véritables ennemis de cette « culture de la honte » sont outre le fait de ne pas avoir honte des notions comme l'égalité, la liberté, la fraternité dès lors qu'elles sont à l'oeuvre pour application (tentative de). Pour ce que nous en avons compris, cette « culture de la honte » n'est pas un fait religieux mais un vieux problème, archaïque, de pouvoir ( structures et formes) et pour ce que nous en avons compris la démocratie, les paroles échangées et transmises qui tuent les larves de haine la font reculer plus efficacement qu'un « affrontement » de « valeurs » entre des personnes dites athées et d'autres dites religieuses.
Pour ce que nous en avons compris, cette « culture de la honte » est un outil de l'extrême droite politique qui cherche épandre et pérenniser des sociétés inégalitaires fondées sur la violence arbitraire, le pillage et l'exploitation. Et pour ce que nous en savons, dans des sociétés où le fait religieux n'est plus actif dans les consciences humaines, cette extrême-droite politique peut très bien essayer de se servir du combat des femmes pour asseoir ses projets inégalitaires. Son vecteur de propagation étant la haine.
Bien sûr, nous pouvons nous tromper.

Note technique en direction de Henri PENA RUIZ : Ne pas confondre conditions de productions et techniques de contrôle.



Vous avez écrit (Libération 27 Août 2016, voir article ) «  Résumons pour l'heure un argument ressassé : payons des lieux de culte au lieu de laisser l'Arabie Saoudite le faire. Ainsi nous pourrons contrôler les discours qui s'y tiennent et leurs auteurs patentés afin d'éviter la propagation d'un islamisme fanatique. Bref, Payons la salle de concert ainsi que l'orchestre et nous dicterons la musique. L'apparence de vérité d'un tel raisonnement n'est qu'un leurre. »
Ce qui est un leurre profond ne serait-il pas de croire que parce qu'on paye l'orchestre et la salle , alors on « dicte la musique » !!! hahahaha !!! celui ou celle qui paye l'orchestre et la salle peut donner la liste des musiques qu'il aimerait entendre et s'il n'est pas aimable, l'orchestre pourra toujours jouer avec les pieds, mais « dicter la musique » … Hahahaha !!! Quelle prétention !!!!
Pour ce que nous en avions compris, l'idée de trouver un financement national aux mosquées était analogue à celle de la subvention aux arts : en payant des bâtiments où les artistes pourront travailler alors des formes et des façons pourront apparaître puisque non soumises à l'obligation commerciale. Donc, en payant des bâtiments aux croyants musulmans de France alors un islam issue de la société française pourrait apparaître. C'est peut-être une vieille idée marxiste que de penser que les conditions de production ont une influence sur les contenus des production mais nous ne la trouvons pas démodée a fortiori dans les champs intellectuels. Ou pour le dire autrement, la théologie de la libération n'est pas née à Rome.
Bien sûr, il se peut que cela soit une idée erronée et la pratique de plus de cinquante années de subvention publique dans les matières artistiques et culturelles devrait pouvoir nous enseigner quelque chose sur ce point.

samedi 20 août 2016

post porno, étude VIII


post porno étude VIII par manuelle-yerly

Forum « le genre de la sessualité ».


  • Je crois que ce qui différencie fondamentalement les hommes des femmes c'est que les mecs quand ils sont petits, ils tètent les seins de leur mère alors que les filles ne tètent pas la teub de leur père.
  • C'est degueu ce que tu racontes !
  • C'est pas degueu ! Réfléchis un peu ! C'est quand même un événement fondamental et constitutif le fait de téter sa mère ! Je vois mes chats, quand ils sont contents, ils appuient avec leur pattes de devant sur le sol de l'exacte même façon qu'ils appuyaient sur les mamelles de leur mère quand il tétaient !
  • Ouais, je ne sais pas trop, je ne me souviens pas de l'expérience de téter ma mère.
  • Moi, je sais que ma mère a rapidement arrêté de me donner le sein car cela lui faisait mal.
  • Donc c'est pour cela que tu n'es pas normale ?
  • Je n'en sais rien, je pense que ma mère ne le faisait pas exprès ou alors totalement inconsciemment mais quand elle me parlait de moi bébé c'était toujours des trucs horribles, elle avait une sciatique en m'attendant, quand je suis née, c'était horrible parce que ma sœur avait du passer une soirée chez une des sœurs de mon père et était rentrée traumatisée, et donc je lui faisais mal aux seins en tétant, ou alors ma grand-mère m'avait planté des ciseaux dans le dos, ma sœur, la pauvre qui souffrait parce que j'étais rousse, m'avait rasé les cheveux, je m'étais jetée dans les orties parce que mon père m'avait dit qu'ils ne piquaient pas le dimanche, etc..
  • Ce n'est pas horrible, c'est plutôt rigolo, non ?
  • Oui, aujourd'hui, je trouve tout cela rigolo, mais il m'a fallu un peu de temps...
  • Moi, je trouve que vous ne dîtes que des âneries.
  • Je ne dis pas que ce ne sont pas des âneries mais cela va mieux en les sortant...
  • En ce qui me concerne, je crois que les mères disent à leurs enfants ce dont ils auront besoin dans leurs vies, même si cela peut paraître bizarre sur le coup.
  • C'est-à-dire ?
  • Ben, par exemple, ma mère m'avait dit qu'elle n'éprouvait pas d'instinct maternel à mon endroit, que ma sœur était née chétive et qu'elle ressentait le besoin de la protéger mais que moi j'étais née en pleine forme et santé et que par conséquent je n'avais pas besoin d'aide. Sur le coup, cela ne m'avait fait ni chaud ni froid mais je m'étais dit qu'elle aurait pu faire un effort pour me dire quelque chose de sympa. Mais en fait, quand tu es au fin fond de l'enfer et que tu entends « toi, tu es en pleine santé et tu n'as pas besoin d'aide » je peux te dire que çà t'aide énormément !
  • On s'éloigne du sujet, non ?
  • Ben, le rapport à la mère c'est quand même constitutif de la sexualité, non ?
  • Je voulais parler de l'approche différente de la sexualité par les hommes et par les femmes en raison de la différence sexuelle sous le prisme de l'allaitement.
  • Donc si je suis ton raisonnement, toutes les filles devraient être gouines, alors ?
  • Ah, çà y est ! J'ai compris pourquoi je ne comprenais pas cette conversation ! Vous parlez des filles et des garçons, et non pas des hommes et des femmes !
  • Et c'est quoi la différence ?
  • Euh...

çà colle !


çà colle ! par manuelle-yerly

Note technique à Jean-Christophe CAMBADELIS :



Le journal le Canard Enchaîné daté du 17août 2016 a rapporté les propos suivants que vous auriez tenu : « La question qui sera posée au moment de la présidentielle sera donc de savoir qui sera le moins rejeté au moment T. »
L'usage des représentations par lettre en mathématiques et sciences physiques veut que le temps soit représenté par la lettre t, la vitesse par la lettre v, la puissance par la lettre P, l'energie par E, la masse par m, l'intensité par i, la force par la lettre F surmonté d'une flèche et donc le moment de la dite force par la lettre M auquel, dans notre souvenir, est indiqué en indice inférieur le point dans l'espace pour lequel ce moment est signifiant. Il existe bien sûr des exceptions, le travail usuellement étant représentée par la lettre W, la chaleur par la lettre Q, l'entropie par S, etc.. où il est possible de constater la perte d'influence des savants français et de l'usage de la langue française dans les sciences dites exactes. Il y a bien sûr aussi les inconnus traditionnellement représentés par les lettres x, y, z dont nous ne connaissons la date de l'usage puisque les grecs anciens usaient d'un autre alphabet dont le d soit le delta sert à exprimer les variations d'une même donnée. Concernant les constantes, la plus connue est la vitesse de la lumière représentée par la lettre c sans doute en raison de sa référence dans l'absolu de la célérité.

[nous profitons de la présente pour vous annoncer notre prochain forum « trucs, astuces, opérations et charlatans. »]

jeudi 18 août 2016

NOTE TECHNIQUE : ne pas confondre burkini, surimi, atoll de bikini et Gisele HALIMI.


Pour ce que nous en avons compris, notre pays, la FRANCE, est en guerre contre l'organisation dite DAECH dont les partisans et sympathisants utilisent le burkini comme instrument de propagande et cheval de Troie afin d'étendre le conflit sur notre territoire. De la même façon qu'ils mêlent certains de leurs combattants au flux de migrants réels fuyant les territoires de guerre. Certains appellent cela la guerre subversive, d'autres la « guerre sale ». C'est pourquoi, ainsi que l'a expliqué Jean-Pierre CHEVENEMENT sur la radio Europe 1, « je suis pour que les personnes se baignent dans les costumes qui leur plaisent mais je respecte les décisions des maires qui ont la charge de veiller au maintien de l'ordre public » (grosso modo, le verbatim c'est ici). Autrement dit, sur les plages de France, de la même façon que je ne peux me baigner toute nue ou tout nu (Cf. le film « un gendarme à SAINT-TROPEZ ») , je ne peux me baigner toute ou tout habillé(e). Nous signalons l'existence des combinaisons de planche à voile ou de surf dont des modèles existent avec capuche pour ceux et celles qui auraient vraiment des problèmes personnels à se mettre en maillot de bain.
Par ailleurs, et pour ce que nous en savons, l'ange Gabriel n'a pas dit à Mahomet que Dieu demandait à ce que les femmes se baignent toutes habillées ou portent des vêtements qui cachent leurs corps. A notre connaissance, il s'agit plus d'un choix émanant d'hommes qui préfèrent être perturbé par leur imagination qu'interpellé par ce qu'ils voient. Ainsi, PETILLON a publié (au moins) un superbe dessin dans le Canard Enchaîné où l'on voit un homme interloqué demandant à sa femme si elle sort en maillot de bain et celle-ci de répondre qu'elle est en tenue de ville ...

samedi 13 août 2016

Ecce homo (voilà l'homme !)


ecce homo par manuelle-yerly

now it's time to pray for alep !

http://www.ouest-france.fr/monde/syrie/paris-preoccupe-par-une-attaque-chimique-presumee-alep-4413429


 http://www.dailymotion.com/video/xk18kw_hommage-a-ibrahim-qashoush_news
 

Forum « Psycho or Psy-Show ? »



  • J'ai lu dans le journal que l'association américaine de psychiatrie avait rappelé à l'ordre ses membres suite au déferlement de psys dans les médias américains commentant la possible maladie mentale de TRUMP (Cf : article Libération  «  un candidat tellement dingue que certains le croient fou »). Grosso modo, l'association rappelait aux psychiatres que les tentatives de faire une analyse psychiatrique de TRUMP sans l'avoir jamais rencontré dans le cadre d'un protocole était non seulement immoral mais irresponsable.
  • Et alors ?
  • Ben, je ne sais pas, je m'interroge...
  • Sur quoi ?
  • Laisse-le tranquille ! Est-ce que vous avez déjà entendu parler de la folle du logis ?
  • Euh.... je ne crois pas.
  • Je crois que c'est DESCARTES qui en a parlé le premier sous cette forme : Sous la couche de raison humaine, se trouve pour chacun la folle du logis. Si l'individu se réalise bien, alors il y a cohabitation heureuse, si quelque chose ou quelqu'un fait que cela se passe mal, alors c'est la guerre interne.
  • Sous les pavés, la plage …. m'enfin si je te comprends bien, tout le monde est dingue.
  • Cela ne t'a jamais frappée ? Tout le monde est dingue mais essaye de faire société, tant bien que mal et cahin-caha.
  • Donc il n'est pas possible de dire que quelqu'un est dingue, c'est cela ?
  • Ben, disons que la définition de la folie est sociale : tel ou tel comportement permet à la société d'exister et de perdurer, tel autre la menace.
  • C'est pour cela que les experts n'ont pas voulu libérer Jacqueline SAUVAGE ?
  • Je crois, oui. Pour ce que j'en ai compris, cette femme n'a toujours pas remis en cause le fait qu'elle se soit fait justice elle-même. Ok, elle était battue mais ce n'est pas une raison pour tuer celui qui vous bat. Et parce que Jacqueline SAUVAGE n'a pas encore fait ce chemin, la justice estime qu'elle ne peut pas être remise en liberté car elle n'arrive pas encore à mesurer la gravité de son acte du point de vue social.
  • Quel rapport ? Personne n'a jamais dit que Jacqueline SAUVAGE était folle, non ?
  • Ben, non, puisqu'elle a été déclarée responsable de son acte et est en prison pour cela. Elle est en prison parce qu'elle a tué une autre personne.
  • Tu veux dire que le « tu ne tueras point » est une condition indispensable pour construire une société .
  • Une des conditions, oui, je le crois.
  • Y a un rapport entre idée au logis et folle du logis ?
  • J'ai entendu l'avocate de la dame SAUVAGE à la radio, et j'avais envie de dégueuler :la nana faisait un psy-show avec des tremolos et des sanglots dans la voix en racontant une bouillabaisse intellectuelle …. et je te mélange la victime de violence conjugale et les victimes des terroristes, et je dis n'importe quoi.... Je ne supporte plus ce cinéma d'émotions à deux balles !
  • Fais gaffe, si tu ne « compatis » pas, tu vas être traité de sociopathe !
  • Arrêtez de vous chamailler ! Donc, reprenons... si je vous comprends à peu près, le fait que certains élus américains essayent de couler TRUMP en le disant fou n'est pas complétement idiot puisque ce type est le champion du cinoche émotionel, populiste  et débile !
  • Tu veux dire «  puisque TRUMP la joue PSY-SHOW, y'a qu'à le traiter de PSYCHO ! »  c'est cela ?
  • Grosso modo, ce serait de bonne guerre.
  • Ouais, sauf que non. Dire que quelqu'un est fou pour s'en débarrasser c'est une méthode de dictateurs et d'imbéciles. C'est trop facile ! Et comme dirait Hoffmanstall «  c'est le comment qui fait la différence. » Vouloir arrêter une graine de tyran en utilisant des méthodes de tyran c'est se corrompre et se pourrir soi-même. C'est donner un très mauvais exemple à suivre ...
  • Oh lalala, c'est compliqué la démocratie !
  • Non, ce n'est pas compliqué la démocratie, c'est compliqué à défendre.

(à suivre).