lundi 14 avril 2014

les trucs dont ne nous est jamais parlé : les sirènes à tête de souris


les trucs dont ne nous est jamais parlé par manuelleyerly

Note technique en direction d'Eric FASSIN


Vous avez écrit dans une tribune publiée dans le journal libération en date du 12-13 avril 2014 « La République est fondée sur le rejet du racisme ». A notre connaissance, en France, la République est fondée sur le rejet de la Royauté et l'affirmation de la trinité républicaine « liberté, égalité, fraternité » et ainsi de fait le racisme n'y a pas sa place pas plus que le sexisme ou le mépris des pauvres.

piqure de rappel : BACHAR EL ASSAD GET OUT !


cavaliers en attente d'un cortège par manuelleyerly

Georges, Maurice, Lucy et les autres


Louis vit Georges assis à une table de café, l'air hébété et l'aborda.
  • Salut Georges, comment va ?
  • Comment va ? Ben, comment voudrais tu que je le sache ?
  • Et ton histoire sur les trois frères, tu l'écris toujours ?
  • Ben, j'ai été un peu perturbé par la campagne de marketing psychique concernant le film cinématographique s'intitulant « les trois frères ». Moi, mon ouvrage s'intitulerait pierre, victor et nicolas ou les trois frères.
  • Ah, oui, la différence est notable !
  • Bref, j'en ai écris cinq lignes. Veux-tu les lire ?
Louis habité généralement la plupart du temps cependant par un vide sidérant se transformant par moment en un vide scintillant acquiesa. Il saisit le cahier de brouillon de petit format que lui tendait Georges et commença sa lecture. Il était possible en le voyant de loin de le croire immobile au dessus du cahier alors que ses yeux effectuaient un mouvement répétitif allant de la gauche vers la droite selon la tradition occidentale de l'écriture .


«  Joseph, Victor et Nicolas partageait exactement le même chromosome Y leur venant de leur père qui lui-même le tenait de son père ayant servi dans l'armée du pape. L'action se passe avant Garibaldi. »
  • T'es sûr, demanda Louis, que tu veuilles écrire l'histoire des trois frères . ? N'est-ce point celle de leur grand père qui t'intéresse.
  • Bah, cela ne changerait pas grand-chose, c'est toujours la même histoire qui se répète de toute façon !


Louis remarqua alors que Georges avait vieilli et cela l'inquiéta. « Lorsque les immortels commencent à disparaître.... ah zut ! Je ne me souviens plus de la suite de la prophétie » .


  • je ne suis pas mort, lui dit Georges calmement.


Et Louis frissonna de chaleur.


vendredi 11 avril 2014


les oiseaux le remake images de casting par manuelleyerly

Proverbes du XXIe Siècle

Ne prends pas les réalités pour des rêves,

Ne prends pas les lanternes pour des vessies,

Ne pas confondre Yalta, tagada et tacatatata,

Ne pas confondre oligarchie et "oh le gâchis!" (quoique)

Les questions qui se posent

Qu'est devenu Tom de My Space

Getting out the nightmare


getting out the nightmare par manuelleyerly

Joseph, espion roux du réel.




Joseph lut un article dans un journal relatant la parution de la traduction française d'un ouvrage de Léo Bersoni et Ulysse Dutot intitulé Arts of Impoverishment et notamment la phrase suivante : « Le signal profondément original et antimoderniste d'une renonciation à l'autorité de l'art ». Joseph trouva cette phrase un peu ronflante et incompréhensible. Il nota dans la marge « Kezacko « l'autorité » de l'art ? ».
Les jours suivants alors qu'il cherchait dans un tas de vieux journaux de quoi envelopper des bouts de cartons afin d'en faire des toiles postmodernes, Joseph lut un bout d'article racontant un truc au sujet du Parti socialiste et d'élections sénatoriales où, disait l'article, « Martine Aubry pourrait mesurer son autorité dans le parti  » dont elle était la secrétaire générale. Joseph trouvait bizarre toute cette attention à une notion on ne peut plus floue et à son sens véhiculée par car véhiculant des idées de droite politique.
Puis, un matin, à un petit déjeuner où Joseph mangeait des pâtes en prévision d'une longue marche à pied, Joseph commença pour se détendre la lecture d'un fascicule trouvé dans la bibliothèque de son père et datant de 1959. L'ouvrage s'intitulait « Le problème de la vérité », avait été articulé par monsieur Réné Mugnier et publié aux presses universitaires de France dans une collection dite d'initiation philosophique. Les premières pages était consacré au doute :
« … M. Jean Lacroix dans son ouvrage « marxisme, existentialisme, personnalisme, a consacré des passages tout à fait significatifs à la nature et à la portée du doute, notamment quand il voit dans le doute, suivant la formule se Saint Augustin, l'expression de la liberté même. Mais il ne cache pas que la pratique du doute est et reste difficile. « Ainsi se dégage la signification essentielle du doute cartésien. C'est bien une méthode pour nous élever de la nature matérielle à la nature spirituelle ou, suivant la terminologie platonicienne, du monde sensible au monde intelligible ; son rôle est d'abducere mentem a sensibus, pour reprendre l'expression si souvent employée dans les Lettres. Et telle est la raison profonde pour laquelle le doute est avant tout œuvre de volonté, c'est un exercice, une ascèse... » Nous comprenons mieux alors la révolution opérée par Descartes dans le domaine philosophique et scientifique : depuis Aristote et durant toute l'ère scolastique, on avait parfois abusé de la méthode d'autorité « c'est vrai, parce que le maitre l'a dit ; Aristoleles dixit ... », mais le maître, fut-il Aristote, n'est pas infaillible, il a pu se tromper : c'est la raison pour laquelle, après avoir terminé brillament toutes ses études proprement scolaires, Descartes a jugé bon et nécessaire de tout remettre en question, de rejeter tout ce qu'il avait admis auparavant, afin de l'ajuster au niveau de la raison. Voilà pourquoi le doute cartésien peut-être considéré comme le point de départ de la philosophie moderne. » Joseph relut plusieurs fois le « on avait abusé de la méthode d'autorité » et il lui sembla qu'il y avait la clef lui permettant de comprendre un tas de comportement que lui Joseph trouvait risible et débile : toutes ces petites minettes à des postes subalternes qui lui gueulaient dessus avec des airs de petits chefs subtils devaient sans doute avoir recours à une « méthode d'autorité »,tous ces petits minets qui affirmaient des âneries avec un air de sérieux de constipé. Joseph n'avait pas encore lu Aristote même si il se souvenait vaguement d'une voix lui enjoignant de lire « l'éthique à Nicomaque » dans les couloirs de l'institut d'études politiques de Lyon. Joseph se disait que ce concept de « méthode d'autorité » lui permettait de comprendre toute la période régressive, et à son sens atroce puisque adepte des Lumières, qui avait déferlé sur l'Europe depuis le changement de siècle et prenait fin à son sens en 2014. Pour le meilleur, il l'espérait.

Gogol + : Forum « Ne pas confondre les rats quittent le navire et les rats mangent le navire »


- Qu'est- ce que tu veux dire lorsque tu dis que ce sont les classes riches qui doivent commencer à penser autrement ?
  • Par exemple, Arnaud Montebourg qui est pour l'exploitation du gaz de schiste en France reste sur une conception dix-neuviemiste de l'économie : c'est par l'exploitation des matières premières que la nature fournit gratuitement et par l'exploitation des êtres humains qui extraient ces matières premières qu'une plus value économique est créée qui permet une plus value sociale pour les classes qui profitent de cette organisation sociale et ainsi de se payer du bon temps, de se cultiver et d'organiser tout un commerce des « bonnes choses » .Or, nous ne sommes plus au 19e siècle, déjà à la moitié du vingtième siècle nous avions été plus que sonné par la rapidité de la possible désagrégation du mode de société héritée du dix-neuf siècle et aujourd'hui nous sommes carrément plus nombreux et à la fois plus conscient et totalement débile.
  • Tu veux dire que ce qui ne tient plus est une organisation sociale qui fonctionne pour le bénéfice de quelques uns qui ruisellent de leur bonheur et de leur argent vers la masse des autres ?
  • Euh, cela n'a jamais marché ! Hormis dans les représentations de la pub et de la propagande !
  • Vous êtes caricaturaux !
  • La caricature a ses vertus que la vertu ignore !
  • Ouais, ok, c'est bien joli ce que vous racontez mais qu'est-ce qu'ils doivent faire ?
  • C'est leur façon de vivre et de concevoir la vie pour eux et pour les autres autour d'eux qui ne va pas. Il faut déjà qu'ils comprennent l'égalité, ce que signifie l'égalité.
  • Tu veux dire qu'il n'est plus possible de croire que parce qu'on a bien lu tous les critères et les indicateurs économiques disponibles, qu'on a pondu son petit rapport de courte vue sur les perspectives de la fausse économie dans le monde falsifié, il est normal de bénéficier de privilèges quant aux autres personnes qui auraient pendant ce temps lavé le sol ou ranger de la marchandise ?
  • Peut-être mais cela passe d'abord par une compréhension profonde de ce qu'est l »égalité, et c'est par là que se créée une liberté.
  • Faut arrêter de se croire malin, quoi ...
  • Moi, je croyais que ce qui ne marchait plus était que la nature en a marre de fournir tout un tas de trucs gratuitement tout en étant si mal traitée ?
  • Ben, c'est peut-être la même chose dit autrement.
  • Je comprends rien à ce que vous dites, c'est quoi le plan Q, là ?
  • Ah, non, ici c'est Gogol +, on se sera moqué en vous promettant des plans Q par ici ou là …
  • Ben, moi j'ai passé six hivers sans chauffage, ben je peux te dire que cela vous change un homme (une femme). Dés lors que tu traverses le mur du son du pathos, tu commences à sortir de l'illusion de l'organisation sociale du petit confort bourgeois qui endort tout le monde !
  • Qu'est-ce tu veux dire ? Que pour se réveiller spirituellement il suffit de ne plus avoir de chauffage l'hiver ?
  • Non, mais relativise tu vis dans une région carrément tempérée douce !
  • Ouais, ben, justement, il est possible de passer l'hiver sans chauffage ! Ce qui m'a renforcé dans l'idée de ne pas faire réparer ma chaudière, a été la lecture de « l'homme sans qualités » de Musil où dans un court passage le héros dont le prénom brusquement m'échappe visite avec sa « chef » Diotime la campagne autrichienne et ils vont dans des châteaux de vieux nobles qui y vivent sans chauffage …
  • Et alors ? C'est pour te croire noble que tu n'as pas de chauffage ?
  • C'est un tout petit peu plus complexe que cela, disons qu'aujourd'hui, je peux parler de mon expérience et qu'affronter l'hiver est une expérience à mon avis plus enrichissante que passer l'hiver dans des pièces chauffées toute la journée et ainsi de pouvoir rester immobile devant des écrans à absorber un nombre calculables d'informations dont il est possible de dire que 90% seront oubliées et inusitées !
  • Ce type est dingue !
  • Mais c'est une nana !
  • Bref, peu importe le sexe ! Ce que cette personne nous explique est qu'il est important de réenvisager fondamentalement nos rapports au monde !
  • Moi, ce que je ne comprends jamais, c'est la raison pour laquelle l'électricité et peut-être l'eau doivent être conçus comme des productions de masse. Pourquoi et surtout avec le renouvellable... ne s'agirait-il pas d'abord d'envisager que chacun soit aussi en charge de sa production personnelle d'électricité ? Plutôt qu'un gros truc produise pour les personnes conçus comme une masse informe, ben chaque entité de la somme se préoccupe de ce qu'il a besoin de produire.
  • Je ne comprends pas.
  • Ben je ne sais pas, mes compétences techniques en la matière éolienne sont limitées, mais par exemple pourquoi en lieu et place d'avoir des grosses éoliennes dans des endroits qui vont devenir bizarres tu n'aurais pas plutôt des petites éoliennes sur le toit de chaque maison en lieu et place de l'antenne de télévision ?
  • Et pourquoi pas pédaler devant sa télé pour la faire fonctionner ?
  • Ben, au moins, t'aurais réglé pour moitié le problème de l'obésité...
  • C'est sûr, si tout ceux qui se goinfrent de chips en regardant la télé devait en fait pédaler pour pouvoir l'allumer ….
  • Et pourquoi pas leur faire faire pousser les patates tant qu'on y est !
  • Ben, ouais, si le môme obèse devait planter les patates attendre qu'elles poussant les butern les récolter, les éplucher, les transformer en chips puis les manger en faisant du vélo pour fabriquer de l'électricité qui alimenterait sa télé... je peux dire que le môme il ne mange pas souvent de chips, il regarde moins la télé et il cesse d'être obèse .
  • Et pour faire fonctionner le four, il pédale aussi ?
  • Tu fais les chips au four, toi ?
  • Et pourquoi pas un four à bois !
  • Vous êtes tous dingues !
  • Non, nous parlons de l'avenir pour de vrai sans tabou.
  • Pour ma part Je crois que la raison des organisations centralisées et pyramidales est qu'il est ainsi aisé pour quelques-uns de les diriger et contrôler. Ce qui est plus compliqué dans des formes d'organisation en nuage.
  • Ouais, mais c'est l'avenir démocratique, non ?
  • Quoi ? Centralisme décmocratique ?
  • Ah, non ! Pitié !
  • Je ne suis pas sûre de comprendre ce que vous dîtes mais le fait qu'un mec comme le nouveau maire de Grenoble fasse de la politique montre qu'il y a un avenir pour les êtres humains et leurs communautés.
  • Ouais, un mec ou une nana qui se déplace à vélo et laisse tomber la voiture peut commencer à réfléchir et à organiser puisqu'il est dans la bonne échelle.
  • L'échelle sociale ?
  • Non, l'échelle de la perspective.
  • Je ne comprends pas.
  • Ben, circule à vélo ou à pied et tu comprendras !
    (à suivre)