samedi 30 août 2014

Les aventures de Martine : martine lit le bilan économique et social de l'année 1989, une brochure établie par le service économique et les correspondants du journal Le Monde (France) en 1989 et sous-titré « Vent D'est ».

Martine fatiguée du brouhaha médiatique et des opérations de communication politique de machin ou de truc ne lisait presque plus les journaux contemporains. Quant à la radio, « j'ai l'impression d'entendre les résultats langagiers d'une forte irrigation par l'agitation-propagande d'extreme-droite et ce surtout dans les bouche de ceux et celles qui s'affirment haut et fort dans les tuyaux médiatiques comme de gauche politique ! Disait-elle, je peux me tromper, j'espère  me tromper, quoiqu'il en soit tout ce cirque de faux gladiateurs, tous ces bruits de combats de coqs et de poules me donne de violents maux de tête ! »
Comme beaucoup de gens, Martine avait été dégouté d'apprendre que monsieur François Hollande croyait en 2012 que la crise économique était conjoncturelle et qu'un cycle de croissance s'annonçait. « Donc, se disait Martine, lorsqu'il disait « je vais inverser la courbe du chômage », il comptait que la courbe du chômage s'inverse toute seule. C'est-à-dire que ce type ne croyait pas du tout à la politique. Heureusement que j'ai voté POUTOU au premier tour de l'élection présidentielle sinon j'aurais la nausée tous les jours en me levant. »
Martine s'occupait surtout de son jardin potager afin d'avoir de belles citrouilles pour agrémenter  à l'automne des soupes de légumes aux patates (2,80 euros les 10 kilos), carottes (0,99 euros les 3 kilos), oignons (1,50 euros les Cinq kilos)  [Nota bene : les prix indiqués correspondent à une promotion proposée par le supermarché Intermarché en cette dernière semaine d'août 2014 qui ont permis à Martine d'acheter vingt kilos de patates, dix kilos d'oignons et six kilos de carottes, cf. les informations disponibles sur la carte de fidélité Intermarché de martine, informations qui n'intéressent guère de monde étant donné le pouvoir d'achat niveau -1 de martine ] « Si je réussis à mélanger mes légumes bio aux légumes sûrement hautement pesticidés proposé en prix éco dans les supermarchés, je devrais arriver à un niveau de poison ingéré correspondant à la moyenne statistique de la population mondiale, disait-elle »
Pourtant, Martine, un jour en effectuant des rangements dans sa maison, était tombé, sans se faire mal, sur le « Bilan économique et social de l'an 1989 » publié par les éditions du journal LE MONDE en 1989. La brochure coûtait 47 francs français de l'époque. Et bien que Martine avait dit « que Manuel Valls, qui a l'air solide et pas du tout soupe-au-lait ou ado-révolté-fils-de-bobo, et son équipe fassent le boulot à faire et je ne veux plus me préoccuper de tout ces histoires économiques et sociales avant 2017 ! » Martine avait commencé à lire ce bilan économique et social. Mais Martine avait commencé à lire cette brochure pour éprouver de la nostalgie, pour recevoir les échos d'une période passée, d'un temps révolu de sa jeunesse … Pourtant loin de voir se profiler le décor, le contexte et l'ambiance de sa jeunesse, Martine ne semblait y lire que des échos du monde de 2014 : « … Le problème est maintenant de savoir si la France va faire le choix de la consommation et de la dépense immédiate ou celui de l'investissement. Un problème auquel les pouvoirs publics ont apporté une première réponse sous forme d'un « pacte de croissance » qui consiste à répartir les surplus de richesses produites à égalité entre les investissements, les salaires et l'emploi... » ou « ...Retarder l'âge du départ à la retraite permet tout à la fois, en principe, d’accroître le nombre de cotisants et de réduire le nombre des retraités et la durée de versement des pensions. C'est en outre une solution relativement indolore. Pour équilibrer les régimes de retraites d'ici à l'an 2000, selon l'étude déjà citée du commissariat du Plan, même dans l'hypothèse d'un chômage maintenu à son niveau actuel, il suffit de retarder de trois années l'âge de départ, à l'exclusion de toute autre mesure. Or cela correspond à peu près au retard constaté à l'entrée dans la vie active.[...] » ou « Les banques françaises ont entrepris depuis quelque temps d'afficher les tarifs de leurs services. Mais le souci de transparence des Banquiers ne va pas jusqu'à décortiquer la formation du coût de leurs services.... » ou « Crise ? Vous avez dit crise ?, Georges Jollès ancien président de Biderman chargé avec Jean Bounine d'un rapport sur la situation par Roger Fauroux, ministre de l'industrie, préfère e mot d'adaptation à celui de crise. Une adaptation qui dure depuis quinze ans à l'échelle de la planète et s'est traduite en Europe par de nombreuses fermetures d'usine et des millions d'emplois perdus[...] »


(à suivre).

jeudi 17 juillet 2014


courrent ils à mon rendez-vous pour l'hiver ? par manuelleyerly

Carnet de notes de Socrate.

J'ai eu entendu ce monsieur Henri GUAINO à la radio et j'ai tout de suite reconnu l'art du sophiste. Ce type réussit à dire qu'il n'y a pas de complot politique en ce qui concerne la mise en examen de monsieur Nicolas Sarkozy mais que c'est désastreux symboliquement pour la République de mettre en  examen un ancien président de la Répubique ! Oh, le beau sophisme ! Dans le raisonnement de ce monsieur, les personnes ayant eu des charges et responsabilités politiques ne doivent pas être mises en examen parce que cela nuit au symbole de l'homme politique ! Oh le beau sophisme ! Contrairement à ce que prétend ce monsieur GUAINO, ce qui est symboliquement désastreux n'est pas de condamner selon les normes du droit des personnes qui y ont contrevenu quand bien même ces personnes auraient exercés des responsabilités publiques importantes mais que des personnes ayant exercés des responsabilités publiques importantes contreviennent aux normes du droit avec une si grande désinvolture (sans doute en raison du sophisme les décrétant intouchables puisqu'ayant exercé des responsabilités publiques importantes ….). De la même façon, ce monsieur GUAINO n'a pas l'air de comprendre ou du moins feint d'ignorer dans ses raisonnements que les juges ne font pas n'importe quoi et comme bon leur semble mais appliquent le droit qui est produit par les élus de la République. Ce monsieur Guaino est un sophiste et les sophistes peuvent détruire les démocraties, ils mettent leur art de séduction et de persuasion par la parole au service des plus offrants, ils n'ont pas de conviction et surtout pas démocratique. Vous pouvez les appeler « smart power »si vous trouvez cela plus « in », ils restent pour moi des sophistes dont le pouvoir de séduction est à démystifier. Sans cesse.

Lettre de Jean Vilar à André Malraux (extraits)

…. J'ai récemment eu vent des déboires de votre homologue, la jeune Aurélie FILIPPETTI, avec les intermittents du spectacle au Festival d'Avignon à nouveau dirigé par un confrère : je me serais presque cru en 1968 ! Si ce n'est que ces imbéciles mimétiques de l'agitation-propagande sont cette fois-ci clairement manipulés par l'extrême-droite ….

Ceci est un communiqué de monsieur de Montesquieu.

Nous voudrions rappeler qu'une loi possède un esprit et que celui ou celle qui ne le reconnaît pas appliquera la dite loi à la lettre. Ainsi, appliquer un tarif de frais de livraison de 0,01 ou 0,001 euros est une application à la lettre de loi interdisant le cumul de promotion sur les prix des livres et la gratuité des livraisons . Il ne devrait pas être compliqué à ceux et celles qui respecte l'esprit de cette loi soufflant un vent contre les monopoles de démontrer devant des tribunaux que ce tarif de frais de livraison peut être assimilé à de la gratuité puisque ce tarif de frais de livraison ne représente même pas le prix d'un timbre pour un pli de moins de vingt grammes sur le territoire européen. [les amazones ont lu et approuvé ce communiqué et précisent qu'elles considèrent que le site web Amazon.com exploite et pille leurs auras et légendes sans leur avoir jamais demandé leurs autorisations ni respecté leur charte politique et syndicale.]