samedi 30 mai 2015

Alors çà c'est fait ou Allitération VI (poésie


alors çà c'est fait ou allitération VI par manuelleyerly

Carnet de notes de PAPY MEUJOT (extraits) : « je ne suis pas Emmanuel TODD »





(…) Regardé les vidéos du club de la presse d'Europe 1 avec Emmanuel TODD comme invité (cf;, , ici, ici,  ou juste le son là). Ce type est un psychopathe ! Il explique avec un sérieux de pape qu'il fait des études sociologiques suivant les préceptes d'Emile DURKHEIM tout en oubliant de préciser que depuis Emile DURKHEIM il y a eu tout un siècle de recherche en sociologie dont au moins BOURDIEU et BERGER/LUCKMAN et leur conception de la construction sociale de la réalité (à moins que de la construction de la réalité sociale) qui permet d'articuler détermination et liberté, macro et micro, individu et société dans un jeu dynamique de construction LEGO, etc... De toutes les façons, en 2015, soit plus de cent ans après l'étude sur le suicide en France de DURKHEIM, étude nous expliquant que les gens ne se suicident pas parce qu'ils sont à bout mais seulement parce qu'ils sont déterminés par leur lieu d'habitation, leur origine sociale et leur degré d'alcoolisme et que la main invisible les a choisi afin de maintenir une stabilité statistique, hahahaha, de toutes les façons en 2015, il nous semble que plus personne ne fait des études sociologiques tout seul dans son coin mais les chacuns et chacunes s'inscrivent dans des plus ou moins groupes de recherches et ce notamment afin d'éviter les biais induits par les déterminations, préjugés, inconscients et plans de carrière du chercheur en sciences sociales mais aussi afin de maîtriser sa folle du logis qui est le double de son intellect : feindre ignorer cela tout en faisant la leçon dans les médias, voilà qui relève de l'asile psychiatrique ! Enfin, du moins d'une profonde malhonnêteté intellectuelle !
(…) Je ne supporte pas que Monsieur TODD nous explique avoir fait une étude sociologique de la manifestation du 11 janvier 2015 puisqu'à notre connaissance personne n'a pensé à en faire une ce jour-là. Afin de connaître la composition sociologique de la foule des manifestants de ce 11 janvier 2015, il me semble plus scientifique d'écouter les archivesde la radio EUROPE n°1 où, ce jour-là précisément, de nombreuxjournalistes sillonnaient la foule et interrogeaient, ici et là, à Paris et ailleurs, des manifestants. J'ai en effet un souvenir d'un TD de méthode d'enquête sociologique où est évoqué la méthode du peut-être fil qui consiste à interroger une foule au fil de son déroulement afin de se faire une vague idée de sa composition sociologique, méthode que nous avions utilisé pour une enquête sur le public du musée des BEAUX ARTS de Lyon ou peut-être que nous avions dit avoir utilisé... Il faudrait vérifier tout cela, bien sûr, mais il reste que les archives radiophoniques d'Europe 1 de ce 11 janvier 2015 et des jours précédents et suivants sont de toutes les façons intellectuellement plus intéressantes et riches de significations que les branlettes de monsieur TODD sur ses cartes ! Si les êtres humains ne savent l'histoire qu'ils font c'est aussi parce qu'ils croient qu'ils font ce qu'ils font que l'histoire se fond, pardon, se fait.
(…) Mais où Monsieur TODD se trouvait pendant les années où monsieur SARKOZY a été président de la République Française (2007-2012) ? Il hibernait ? Il nous semble à nous qu'au contraire la manifestation du 11 janvier 2015 a permis de sortir de la guerre civile latente instauré par des discours ambiguë d'hommes d’État et que les français ont signifié là leur désir de vivre ensemble quelque soit leur religion ou leur marque de fringues en affirmant leur attachement à la trinité dynamique « liberté, égalité, fraternité » qui est trop souvent complètement oubliée ou abandonnée par ceux et celles qui gagnent plus de 5 000 euros par mois, cette sainte trinité républicaine étant bien souvent nuisible à leur business « mais non chéri(e), tu es différent, supérieur, achètes ce jean, ce livre, ce tableau, ce séjour, ce cercueil afin de le signifier à la face du monde !» . Par ailleurs et pour ce que nous en savons, il y avait des musulmans dans la manif. Il me semble même me souvenir d' un sondage réalisé la semaine suivante démontrant qu'à partir de la manif du 11 janvier l'image (la perception) de la religion musulmane dans la nation française avait complètement changé et que les français, dans une large majorité (de mémoire 80%), ne pensaient pas que la religion musulmane posâtes un problème à la nation. Monsieur TODD réécrit l'histoire depuis sa propre psychologie, folie et désir de puissance voire freak control tout en nous faisant la leçon sur l'aveuglement des manifestants. Ce n'est même plus une poutre que ce garçon a dans l'oeil, c'est une montagne de canettes compactées !


(...)Bon, j'ai regardé lavidéo de la conférence de presse du film « the valley oflove » à Cannes où DEPARDIEU explique qu'il a fait comédien parce qu'il ne voulait pas travailler et voulait gagner beaucoup d'argent et cette absence de langue de bois m'a fait beaucoup de bien, ce qui m'a permis de supprimer définitivement le dossier TODD de mon disque dur nerveux. Bien sûr, Isabelle HUPPERT m'a énervé en parlant de son travail avec un sérieux de papesse mais je l'ai presque trouvé ridicule et risible quand elle expliquait avec gravité qu'elle a tourné un film titré L d'après un livre de DJIANN titré O et qu' « O est devenu L » ! Oui, c'est cela « O est devenu L » pendant que des éthiopiens se font exploiter et maltraiter par des chinois ... ils et elles sont risibles et ridicules mais bien souvent ils ne nous font même plus rire...
(..) ai relu mes notes des jours précédents et me rends compte qu'en 2015, même le pape n'oserait plus parler avec ce ton sérieux qu'on disait de lui, de pape. Je reste persuadé que les temps changent dans le bon sens, c'est juste cette queue de comète du XXe siècle qui est si difficile à supporter. Mais cela fera comme avec les CEAUCESCU, un jour, hop !, ils et elles ne seront plus là ou dans le trou et ce sera le XXIe siècle qui se montrera.
(..) ai relu mes notes des jours précédents : comme d'habitude je ne me suis préoccupé que d’âneries et j'ai encore oublié de prendre rendez-vous chez le dermatologue alors que je vois bien que certaines personnes commencent à avoir peur en me voyant quand ils comprennent que ce n'est pas de la crème que j'aurais oublié d'étaler sur mon nez mais ma peau.
(…) je me suis acheté le magazine LUI du mois de juin pour voir des filles à poil. Etant donné mon âge de cent trente et un ans, j'ai parfois la sensation d'être un pédophile en regardant des images de filles de moins de cinquante ans. Cette sensation est peut-être induite par cette mode ridicule pour les filles de ne plus avoir de poils entre les jambes. Quel boulot, cela doit être de s'épiler ! En plus c'est moche ! Heureusement que je suis un homme !

vendredi 22 mai 2015

allitération V, ou on ne voit pas le temps passer


allitération V ou on ne voit pas le temps passer par manuelleyerly

Note technique de PAPY MEUJOT à qui comprenne que pourra, concerne l'impasse écologique de la planète TERRE.




Pour ce que nous en avons compris, l'impasse écologique de la planète TERRE provient d'abord et avant tout de la modification du paramètre démographique dans l'équation, modification que, à notre connaissance, le progrès technologique et technique ne compensera pas pour l'instant et l'état de nos connaissances . Nous allons être neuf milliards d'être humains sur la planète Terre alors que nous avons mis des millions d'années avant d'être juste un milliard ! C'est cette donnée qui change profondément la donne. Bien sûr une bonne guerre mondiale, une grande famine peuvent aussi être des solutions d'un certain point de vue mais la survie des êtres humains ne sera alors pas assurée.

jeudi 21 mai 2015

Special message for people in Macédoine and Burundi


La manifestation par manuelleyerly

Il faut sauver Palmyre (conte-propagande pour moteur de recherche du futur).



Athéna demanda à Eole de lui fabriquer une rose des vents qui protégerait la cité de Palmyre des barbares qui l'assiègent. « Je peux te fabriquer une rose des vents qui placée au centre de la cité de Palmyre y fera régner une douce brise et l'entourera de colonnes de vents contraires et déferlants, dès lors nul qui n'y sera invité n'y pourra pénétrer. »
« Formidable !, répondit Athéna, top-là ! »
« Il y a cependant une condition, précisa Eole »
« Laquelle ? » demanda Athéna.
Eole la murmura à l'oreille d'Athéna. Celle-ci prit un air grave, réfléchit et dit
« D'accord, je suis d'accord, maintenant tapons dans nos mains pour lier nos paroles. »
et c'est ce qu'ils firent.
« Je prépare la rose des vents, va pendant ce temps prévenir les trois rois de Palmyre de notre plan. »
Athéna partie, Eole se demanda comment il allait bien pouvoir réussir une telle rose des vents quand il eut l'idée pour la conception d'y associer Hermès et Dédale.
« Et pourquoi le ferions-nous ? » Demandèrent le demi-dieu et le simple mortel en choeur.
Eole leur murmura à chacun à l'oreille en même temps (Eole est un dieu) le pourquoi afin qu'ensemble ils élaborent le comment. Hermès et Dédale prirent chacun un air grave, réfléchirent et acceptèrent.

Ainsi, ils construisirent une rose des vents capable des plus merveilleux prodiges, rose qu'Athéna apporta aux trois rois de la cité de Palmyre qui fût ainsi protégée par les vents contre les mauvais.
Mais qu'a donc murmuré Eole, et à Athéna, et à Hermès et Dédale ?
Nul ne le sait vraiment et certains disent que ceux et celles qui le savent doivent le taire tant que les méchants, les barbares et les mauvais qui menacent Palmyre et les terres des anciens Assyriens ne sont pas tous morts.

mercredi 20 mai 2015

allitération IV ou le sacre du printemps


allitération IV ou le sacre du printemps par manuelleyerly

Proverbes et expressions Du xxIe siècle




Ne pas se prendre pour la peau du kiwi,
 
Ne pas se prendre pour la queue de l'ours,

Ne pas tendre la peau de l'ours avant de l'avoir dépecé,

Ne pas rendre la peau douce avant de l'avoir déshabillé(e),

Ne pas aimer la peau rousse avant de l'avoir mouillée. 
 
Ne pas jeter le bébé avec les couches culottes sales,
 
ne pas jeter l'eau du bain avant de l'avoir pris,

ne pas casser la baignoire avant de l'avoir vidée,

ne pas jeter le blé avec l'ode du pain, 
 
ne pas acheter le pain avec l'oseille du louche,

Les années 70 : Agnès B.


Agnès B. était dans ma classe en huitième(CM1), septième(CM2), et sixième. Elle venait de Côte d'Ivoire, elle était copine avec la fille du directeur de l'école avec laquelle elle avait suivi les classes antérieures dans un autre home pour enfants dans le village. Nous sommes dans les années 70 et il y a encore beaucoup de pensionnats et homes pour enfants dans le village soit Villars sur Ollon (cf. des épisodes précédents), la restructuration se fera comme dans beaucoup de secteurs de l'économie des pays du continent européen dans les années 80. Agnès B. n 'était pas, comme les autres personnes africaines de la classe ou de l'école, pensionnaire mais dormait dans un home pour enfants tenu par peut-être un ami de son père, mais ce n'était pas gratuit, avait un jour précisé Agnès, si je me souviens bien (si ma mémoire ne m'abuse). J'ai un jour raccompagné Agnès à son home. C'est un souvenir que je ne comprends pas puisque je suis quand même petite, je dois avoir neuf ans à tout casser, le home où logeait Agnès B. était assez excentré, mais je me souviens très bien, monter sans cesse une route qui n'en finit pas, alors qu'Agnès B. me parle. Agnès est grande, elle a les cheveux crépus qu'elle porte ras et elle est, dans mes souvenirs, toujours habillée d'un même pantalon de velours côtelé bleu presqu'électrique, d'un pull quasi du même bleu, d'une chemise peut-être à carreaux, avec des chaussures basses de marche ou peut-être des clark's ou des baskets. Dans mon souvenir, je ne sais plus quelle question j'ai posée mais Agnès B. m'explique que son père n'est pas comme les parents des autres africains de la classe ou de l'école. Je crois qu'à l'époque je ne comprends pas que cela signifie que son père dispose de moins d'argent. Aujourd'hui, je pense comprendre que son père était peut-être un opposant politique ou peut-être un juste pas corrompu. Mais il n'est pas évident de comprendre tout cela à l'âge de neuf ans. Je ne me souviens pas d'Agnès parlant de sa mère, peut-être était-elle morte. Peut-être suis-je ensuite allée dans le home, j'ai l'impression de voir la chambre d'Agnès voire peut-être de déjeuner avec elle et rencontrer l'ami de son père mais il me semble que ce sont des faux souvenirs ou des rêves postérieurs.
Par contre, je vois bien Agnès à mes côtés alors que nous gravissons cette p'tain de côte, tel Pétrarque et son frère sur les flancs du Ventoux, et Agnès dans son costume bleu avec un ciel bleu et des montagnes en arrière plan me parlant de l'Afrique. Ou peut-être juste de la Côte d'Ivoire, ou peut-être d'Abidjan. Ou alors nous parlons du cours de géographie au cours duquel nous avons étudié l'Afrique. Ou nous parlons des autres élèves de la classe. Mais peut-être de la difficulté à grimper cette côte à pied.

lundi 18 mai 2015

FORUM « JE SUIS CHARLIE CHAPLIN » (suite)


Charlie Chaplin - discours dans "Le Dictateur... par crazypelikaan

Histoires courtes


Léonard DE VINCI lisait dans le journal Libération daté du 16 mai 2015 l’interview donné par monsieur Bernard LAHIRE au sujet de la parution de son livre intitulé « ceci n'est pas un tableau ». « C'est bien, dit Léonard qui semblait satisfait des propos, il reste maintenant à ce monsieur LAHIRE, afin de comprendre la deuxième partie du problème dont il a traité la première partie, deuxième partie qui est de loin la plus passionnante, il reste donc à ce monsieur LAHIRE à se mettre à peindre et dessiner par lui-même... et de recommencer chaque jour ces ouvrages dans son atelier... »
Léonard DE VINCI ferma le journal et pensa « à moins qu'en fait de deux parties cela ne constitue que deux minuscules facettes , ». Léonard, alors, rit.

Proverbes et expressions Du xxIe siècle : quand on n'a pas de tête, c'est difficile de porter des lunettes




FORUM « les dessous de l'affaire sont-ils forcément chics ? »


  • Je n'ai pas bien compris cet émoi autour de la petite culotte de Sophie MARCEAU dévoilée par le vent sur le tapis rouge devant le Palais des festivals de Cannes...
  • Ouais, je ne connais pas bien la filmographie de la dame MARCEAU à part peut-être la BOUM et un film de ZULAWSKY, mais elle a du déjà être vue en maillot de bain ou en slip dans des films, non ?
  • Voire même fesses nues…
  • pour les fesses, ce n'est pas sûr, les acteurs et les actrices se font souvent doublés pour les gros plans dans les scènes de sexe.
  • Ouais, mais bon là, à Cannes, ils sont tous en smoking et robe longue, ils se sentent obligés de se prendre au sérieux de peur qu'on se rende compte qu'ils sont tous de grandes carcasses vides ou pleines de néant, alors, un petit imprévu, cela les a distrait …
  • En tout cas, pour ce que j'en ai vu, soit une photo, la culotte, je l'ai trouvé plutôt grande et même carrément horrible comme la robe d'ailleurs, et je ne sais pas si cela a été dit mais la couleur de la robe était genre blanc cassé et celle de la culotte tirait vers l'ivoire, c'est carrément une faute de goût.
  • Pourquoi ?
  • Ben, c'est moche ! ce sont deux couleurs qui ne vont pas ensemble !
  • Mais c'est bien ce que je dis : les gens en parlent mais ils n'ont pas regardé, ils n'ont rien vu : c'est seulement l'idée d'une dame montrant sa culotte à tout le monde l'air de rien qui les émoustille, ce n'est pas vraiment ce qu'ils voient qui leur fait de l'effet …
  • Je crois que, pour la réception de cet « événement », il faut toutefois différencier ceux qui sont dans le réel de la montée des marches à ce moment là avec des sous ensembles suivant les rôles de chacun et ceux qui sont à regarder les images de cette montée des marches sur des écrans.
  • Sans oublier ceux qui ne verront que des photos de l' « événement » comme tu dis, par la suite et circulant,
  • et ceux qui entendront parler du truc, se feront une idée et verront ensuite les images...
  • Ouais, enfin, il y a peut être des trucs un peu plus important à faire.
  • ...Et puis, je crois qu'il ne faut pas négliger les différences de perception entre les générations : entre un mec qui a 70 balais et un autre qui en a 20 !
  • à mon avis, pour le second, ce serait plutôt que la dame ne portasse point de culotte , à la Britney Spears, qui pourrait lui faire de l'effet...
  • Et toi, tu ne dis rien, tu penses à quoi ?
  • Je cherche ce que pourrait être l'équivalent de « montrer sa culotte » pour les hommes.
  • Ben, par exemple, t'avais les gays dans les années 90, qui laissaient dépasser de leur jean l'élastique de leur slip CALVIN KLEIN .
  • Ben, t'as aussi Jean-Paul GAUTHIER qui faisait des jupes pour hommes : tu pourrais avoir un mec qui en porte une sur la croisette et ainsi le vent dévoilerait un slip ..
  • Euh …
  • Mais Jean-Paul GAUTHIER a cessé ses activités de mode, non ?
  • Ben, de toutes les façons, t'as toujours le kilt écossais !
  • ah, voilà, Sean CONNERY montant les marches en kilt et le vent dévoilant..
  • Son absence de slip ! c'est quand même la grande légende qui accompagne le port du kilt …
  • Et depuis le temps, cette légende n'aurait toujours pas été vérifiée !
  • J'ai un vague souvenir d'un mec à quatre pattes essayant d'approcher un groupe d'écossais par le bas pour en avoir le cœur net mais je n'arrive plus à me souvenir ni qui c'était ni où cela était et de toutes les façons, je me souviens que le type s'était fait repérer par les écossais avant de voir.
  • Ouais, mais bon, est-ce que voir le slip d'un mec est matière à excitation ou mise en branle d'une machine à fantasmes ?
  • Euh ..
  • De même pour « entrapercevoir les roubignolles d'un mec », je ne crois pas que cela fasse beaucoup d'effet sur les dames..
  • Moi, je ne sais pas, mais des fois, sur les photos d'arrivées du tour de France, t'as des coureurs les bras en l'air qui ont des barreaux de chaise qui ont l'air énormes bien moulés dans leur combinaison synthétique et, bon, cela peut donner des idées.
  • T'es une nana ou un mec ?
  • C'est quoi la différence ?
  • Ou alors des femen qui se jettent sur des mecs qui montent les marches et leur arrachent leurs smoking. Cela pourrait être l'équivalent d'entrapercevoir une grosse culotte dévoilée par le vent...
  • De toutes les façons, ce truc de la montée des marches du Palais des festivals de Cannes, c'est vraiment pathétique !
  • De l'extérieur, c'est sûr, de l'intérieur je ne sais pas...
  • J'ai regardé un bout d'une vidéo sur dailymotion de la montée des marches du premier soir et sans le son
    et j'ai trouvé cela pathétique puissance 100. Cela faisait bidon de plastique toc toc à un point !
  • Est-ce qu'ils et elles ont le sens du ridicule ?
  • Je crois qu'ils ne se voient pas, ils ne voient que les photos après où ils ont de jolis gueules et costumes et où ils peuvent sembler désirables alors que lorsque tu regardes les images filmées de la montée des marches, tu as une impression de zoo et de cirque qui les rend pitoyables..
  • Moi, j'ai éprouvé du dégoût et je me suis dit que ces gens ne peuvent pas comprendre le siècle qui vient, cela ne se fera pas avec eux, ils sont juste un écho du XXe siècle, ils sont out.
  • Je nuancerais : ce serait mieux que le XXIe siècle se fasse sans eux car nous ne voulons plus du fascisme.
  • Et ?
  • Ben, ils font partie de la vitrine de la boutique du conte d'Hans et Gretel !
  • Faut pas prendre tout çà trop au sérieux ! C'est juste pour se marrer !
  • Et comme dirait un écrivain russe dans les années 90 : le capitalisme a modifié l'avenir des jeunes dans mon pays , désormais les filles ambitionnent de devenir des putes et les garçons des mafieux !
  • Ouais, enfin, y a là quand même pas mal de fric brassé qui pourrait servir à autre chose !
  • C'est juste une bulle qui va se dégonfler, t'inquiète pas !
  • En attendant, on devrait faire des critiques des montées des marches : genre « Marie GILAIN :très bien, pro, fraîche, bonne volonté sans trop s’appesantir 19/20, Frédérique BEL : a t'elle été hypnotisée par la Bête à flash ? 8/20, Emmanuelle BEART : la décence et le respect des années écoulées nous interdit de noter, etc.. »
  • Ce n'est pas toi qui voulait faire des critiques des messes des différentes églises dans la ville de Paris au début des années 2000 ?
  • Ben, si, la messe est aussi un spectacle, et tout travail mérite critique....

samedi 16 mai 2015


allitérations (poésie) par manuelleyerly

Josette en vacances de son boulot d'espionne rousse du réel.




Cela faisait déjà six jours que Josette était dans un bus. Elle aurait juré avoir pris un ticket pour un voyage de deux à trois heures, mais bon, nul ne peut être sûr de quoi que ce soit par les temps qui courent parfois le cent mètres, et le ravitaillement était assuré, bon et gratuit. Seuls ceux et celles qui fumaient râlaient car il n'avait été prévu, dans les ravitaillements, nul paquet de cigarettes. « C'est l'occasion rêvée pour arrêter de fumer ! », leur avait dit le chauffeur du bus.
Il faisait nuit maintenant et la plupart des passagers dormaient, on ne voyait par la fenêtre que des lumières fuyantes et des formes mouvantes. Josette sortit de son sac un recueil de poètes anonymes du début du XXIe siècle et commença la lecture . Le poème faisait suite à un poème intitulé « Autopsie du corps de la reine », était en prose et s'intitulait « REVOLTE D’INSOUMIS » :

Elle négligeait les avancées et rédigeait en aveugle des mots de chaire d’universitaires renvoyés. Leurs claires études négligeaient le fait de servir un dessin dont nul et quelque chacun ne souhaitait opportun d’en décliner le dessein.
Il fallait jouer à se tuer, il fallait jouer à s’aimer, le temps pourrait créer l’illusion de la résolution. Nous mangions, nous mentions, négligions nos mastications, pour servir des missions de vendus par omission. Nous déclarions dévotion à des désirs absurdes condamnées à croire à d’antiques misères.
Misérables nos conditions, amer placard de nos déceptions, nous ne désirions plus tolérer l’innommable : nous nous déclarions nues sans que nul ne l’ait vu.
Désirez le voir pour ne pas le savoir, désormais que nul ne soit fait de cette triste obsession dont vous cachiez l’absolution, pour qu’ensemble nous découvrions qu’il existe bien des récifs aux voyages des éternels.


Josette eut la sensation étrange d'avoir elle-même écrit ce poème, ce pohème de poèchie, dans une époque antérieure à moins que paradoxale ou parallèle.
  • Cela m'arrive sans cesse, dit une voix derrière elle.
Josette se retourna et reconnut Georges
  • Çà alors ! Pour une surprise … commença Josette.
  • Ce n'est pas un surprise.
(à suivre)
[question anecdotique pour les fans et l'auteur : est-il si sûr que Georges et Josette se connaissent ?]

Forum « réforme de l'éducation »





    • T'as compris quelque chose aux débats sur la réforme proposée pour les programmes de l'Education Nationale ?
    • Je n'ai pas trop suivi, pour ce que j'en ai compris, ils et elles essayent de prendre acte de la modification dans la conception de la formation des jeunes esprits.
    • euh ?
    • Ben ouais, avant, la formation des élites du corps de la nation avait été plus ou moins calée sur la formation des élites du corps clérical de l'Eglise, donc les Humanités, l'apprentissage du latin et du grec pour la connaissance dans le texte des grands textes issus de l'Esprit et/ou des esprits des êtres humains, l'apprentissage de l'allemand pour accéder aux textes de LA philosophie allemande, KANT, HEGEL, mais aussi MARX, FREUD..
    • Mais Marx écrivait en anglais, non ?
    • Peut-être, de toute façon, je te raconte cela peu ou prou, d'après ce que j'en ai compris, faudrait tout vérifier...bref, en gros à partir de la seconde guerre mondiale, il n'est plus cru que les élites doivent se former ainsi mais déjà dès l'après première guerre mondiale, cet édifice de construction de beaux esprits était fissuré, plus d'un doutant de son efficacité sociale et/ou morale..
    • Ben, déjà avant non ? si j'en crois des écrivains comme BALZAC ou Eugène SUE...
    • Moi, je dirais dès François VILON...
    • Non, regarde RABELAIS a une confiance démesurée dans l'éducation..
    • Et SADE, alors ?
    • Bon écoutez, j'essaye de raconter une histoire, je suis obligé de simplifier un peu..
    • Donc ?
    • Après la seconde guerre mondiale, il est assez évident qu'il y a un petit souci car au sein du peuple le plus respecté pour sa tradition philosophique et universitaire vient d'avoir lieu un truc pas trop pensable avant : des personnes exploitées et tuées de façon industrielle et organisée sans aucune véritable raison et sans que les élites n'y peuvent quoi que ce soit voire pire avec leur soutien ou leur concours . Ce choc vaut pour l'Allemagne mais aussi au sein des autres pays.
    • Donc, dès la fin de la seconde guerre mondiale, en fait l'apprentissage du latin et du grec ne sont plus reconnus comme fondamental dans l'éducation..
    • Disons, pour ce que j'en ai compris, que c'est la tendance, qui s'accentue forcément dans les années 70 avec l'introduction de l’apprentissage des mathématiques modernes dès les plus petites classes.
    • C'est-à-dire ?
    • Ben pour ce que j'en ai compris, avant, les enfants étudiaient les mathématiques au travers de problèmes de la vie quotidienne, soit l’arithmétique avec les trains qui se croisent, les baignoires qui se vident, le coût de revient d'une récolte et le calcul des bénéfices selon le prix de vente ou alors la géométrie au travers des calculs de surfaces de terres cultivables, etc..
    • L'introduction des mathématiques modernes c'est alors l'introduction de l'abstraction d'entrée de jeu dans les apprentissages ?
    • Moi, je n'ai jamais trouvé les mathématiques abstraites, je dirais qu'il s'agit d'un apprentissage aux formes par la forme, c'est un outil de structuration des esprits très puissant.
    • Ouais, mais peut-être plus facile à manipuler, non ?
    • De toutes les façons, il ne faut pas se leurrer : l'éducation reste un truc expérimental de fait !

    jeudi 14 mai 2015

    allitération III, poésie


    allitération III, poésie par manuelleyerly

    Les trucs que je ne supporte plus.


    L'expression « damnés de la terre » : que je sache la terre n'a damné personne, je ne sais d’où provient cette expression mais pour parler des pauvres [ndlr : je crois que l'expression vient de Franz FANON], je préfère le mot « pauvres » et pour les synonymes afin de faire plus joli dans les textes et ben, il y a « pauvres ». Avec « damnés de la terre », j'entends déjà le flot wagnérien de musique obscène qui va nous submerger d'émotions toc sans rien résoudre, alors qu'avec « pauvres », j'entends Kurt WEILL et Bertold BRECHT, et alors « je suis d'attaque » comme dirait SOLLERS.
    Le rapport mondain aux arts : texte en cours (Cf. le festival du rapport mondain à l'art du cinématographe à CANNEs, France,Europe, Terre,Système solaire)
    le mot « dispositif » : sans commentaires.